lundi 16 décembre 2013

En passant par la Lorraine



Samedi, mon petit voyage entre Champagne-Ardenne et Alsace m'a également mené dans l'une des villes les plus connues de Lorraine, Nancy. Les horaires n'étant pas tellement optimisés pour rejoindre Strasbourg depuis Bar le Duc, j'y avais en effet deux heures d'attente (ma tentative désespérée d'attraper le train de 17.15 en descendant d'un train arrivant à 17.15 s'étant soldée par un sprint inutile et deux petits points rouges s'éloignant en bout de quai...). 
Un temps que j'ai mis à profit pour découvrir un peu la ville, et notamment la fameuse Place Stanislas. On m'en avait vanté les mérites et je n'ai pas été déçu. Je l'ai trouvée vraiment magnifique et très bien mise en valeur par les différents éclairages des bâtiments qui la ceinturent. Les magnifiques réverbères coiffés d'une couronne donnent au tout un cachet indéniable. Il faut dire qu'on est accueilli par de belles grilles dorées, qui mettent tout de suite dans l'ambiance!
La place est nommée d'après le Duc de Lorraine Stanislas Leszczynski, qui en commandita la construction au milieu du XVIIIe siècle. Elle a été rénovée pour son 250e anniversaire, l'aspect qu'on lui connait aujourd'hui date de 2005. 
La photo n'est pas géniale : je n'avais pas de trépied. Mais pour une image nocturne à main levée dans le froid, je ne suis pas complètement mécontent du résultat. En tout cas, si vous êtes de passage à Nancy, je vous invite vivement à faire le détour. En plus, ce n'est qu'à dix minutes de la gare :)

Pour en savoir plus:
- Page décrivant la place sur le site de l'Office de Tourisme de Nancy

dimanche 15 décembre 2013

Fin du voyage...



Ce dimanche marque le début du service annuel 2014 pour de nombreuses compagnies ferroviaires européennes. Comme chaque année, des horaires changent, des trains apparaissent... ou disparaissent. C'est le cas des TER qui relaient jusqu'à hier Châlons en Champagne, préfecture de la Marne, à Verdun, située dans la Meuse. Les quatre aller-retour quotidiens en semaine laissent dès aujourd'hui leur place à des bus. L'état de la voie, la faible fréquentation et l'absence d'enjeu politique majeur sur cette ligne inter-régionale rurale auront eu raison de la maigre desserte ferroviaire.
La photo a été prise quelque part entre Suippes et Sainte Menehould, au niveau du PK 214 (point kilométrique). Pour ne pas rater "l'événement", j'avais en effet bricolé un itinéraire hier afin de pouvoir parcourir la ligne avant sa fermeture au service des voyageurs. In extremis, je pourrai donc l'ajouter à ma carte des axes ferroviaires sur lesquels j'ai pu rouler. Maintenant, ce n'est plus possible, et c'est bien triste...

Le service annuel 2014 est également l'occasion d'autres changements, dont le plus médiatique est certainement la mise en service des trains à grande vitesse entre le réseau français et espagnol. Les TGV et leurs cousins les AVE relient désormais Paris, Toulouse ou encore Marseille à Barcelone, pour ne citer que quelques villes desservies. Cette mise en service est un vrai progrès qu'il convient de souligner, et je suis particulièrement heureux de voir que les trains internationaux continuent de reprendre un peu de vigueur. Toutefois, avec un bel enrobage dont les communicants ont le secret, elle est présentée comme si le fait de ne pas avoir à changer de train à la frontière pyrénéenne était une réelle nouveauté. Pourtant, grâce aux voitures Talgo et à leurs essieux à écartement variable, c'était déjà possible dans le passé, de jour comme de nuit. Et c'est discrètement, sans annonces tonitruantes, que la RENFE et la SNCF ont mis fin ce matin au service des "Trenhotel" nocturnes qui reliaient Madrid et Barcelone à Paris. Sans changer de train...

Enfin, pour terminer sur une note plus positive, on notera également la réouverture du Sillon Alpin Sud entre Moirans et Valence. Désormais électrifiée, la ligne s'offre une seconde jeunesse pour le plus  grand plaisir des voyageurs, privés du rail depuis un an.

[edit 19/12/13] Comme on me le fait très justement remarquer dans les commentaires, j'aurais également pu mettre à l'honneur la réouverture de la ligne Paray le Monial - Montceau les Mines - Montchanin, en Bourgogne. Après plusieurs mois d'importants travaux, la ligne a même vu sa vitesse augmenter significativement et passer de 80 avant le chantier à 100, voire 120 km/h selon les sections. En voilà une bonne nouvelle!

lundi 9 décembre 2013

Entre deux



Je suis toujours aussi peu inspiré sur ce que je devrais poster ici. Voici donc une image qui, photographiquement, ne vaut pas grand-chose mais qui présente un ciel assez curieux. La vue est prise depuis le Haut Koenigsbourg, et l'on avait vraiment l'impression qu'un immense couvercle de nuage avait recouvert une bonne partie de la plaine d'Alsace.

vendredi 6 décembre 2013

Là haut, dans la montagne...



N'étant pas très inspiré sur ce que je pouvais poster ce soir, je vous propose un petit retour en arrière. Nous quittons les Vosges, assez présentes sur le blog ces derniers temps, pour les Alpes. 
Nous sommes en mars de cette année et en plein week-end de "super pointes" ferroviaires vers les stations de ski. C'est donc au milieu d'un paysage dans lequel il paraît tout petit que le dernier train de nuit supplémentaire de la journée se fraye un chemin dans la vallée de la Durance. Il vient de quitter la gare de L'Argentière - Les Écrins et se dirige vers son terminus, Briançon, après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres depuis Paris Austerlitz. Les deux vénérables BB67400 ne sont pas de trop pour emporter sa longue composition de quatorze voitures sur les fortes rampes de la ligne! 
Difficile de dire si l'on aura l'occasion de voir de tels trains sur les voies ferrées "montagnardes" de France encore longtemps...

samedi 30 novembre 2013

Montagne automnale



Voilà un petit moment que je n'avais rien posté par ici. Il faudrait que je ressorte un peu plus mon objectif de sa sacoche, mes mes dernières balades ne m'ont pas tellement inspiré côté photo. Il faut dire que le temps n'était pas vraiment de la partie et que je n'ai rien trouvé qui puisse s'accommoder du plafond nuageux habituel. Du coup, je ressors cette image prise autour de Dambach la Ville. Désormais, les couleurs automnales de l'Alsace vont petit à petit laisser leur place à la blancheur de l'hiver. L'occasion de faire de nouveaux clichés, j'espère ;)

samedi 16 novembre 2013

Chemin de traverses



Je ne sais pas trop quoi poster en ce moment, alors pour aller avec ce sentiment, voici une image dont je ne sais pas trop quoi penser. Elle a été prise en septembre dernier depuis l'une des voitures ouvertes des Voies Ferrées du Velay. 
J'aimais bien cet endroit, entre la petite voie métrique serpentant en pleine campagne et le bel arbre s'intégrant parfaitement dans ce paysage champêtre. Après avoir vu le cliché sur mon ordi, je me suis dit qu'il serait peut-être plus intéressant en noir et blanc. Vous avez devant les yeux le résultat de cette expérimentation. Je trouve qu'il subsiste une certaine ambiance, mais certaines choses me chiffonnent. Si j'arrive à en cerner quelques-unes (les caravanes et meules de foin qui dénotent un peu, par exemple), le sentiment général que me laisse la photo n'est pas clair...

mercredi 13 novembre 2013

Quais & lumières




Il y a des endroits de Strasbourg que j'aime tout particulièrement, car ils dégagent une sorte d'ambiance assez indescriptible, qui me parle. Il y a par exemple la très sympathique place du Marché Gayot, enclavée entre ses façades et qui rappelle presque un village, avec ses terrasses animées. Il faudra que j'aille y faire une ou deux photos d'ailleurs. Il y a aussi ces recoins vers les Ponts Couverts, un peu à l'écart des maisons à colombage de la Petite France, qui bien que très touristiques gardent un attrait certain. Et puis il y a le Quai des Pêcheurs. Avec ses façades multicolores, ses bateaux résidents permanents et la confluence de deux bras de l'Ill, je lui trouve un charme spécifique, surtout à la nuit tombée. En fait, il me semble que la capitale alsacienne toute entière se révèle plus agréable, presque plus chaleureuse, lorsque ses réverbères s'illuminent et que ses vitrines brillent de mille jolies choses. 
Avant-hier, lorsque j'ai pris la photo, je suis arrivé juste un peu trop tard pour profiter pleinement de l'heure bleue, mais juste assez tôt pour profiter des différentes lumières du lieu. Entre les arbres verts, les lampadaires orangés et les maisons rosées, je trouve que les contrastes sont très agréables. En plus, l'Ill était plutôt haute et le courant relativement fort, ce qui créait des mouvement intéressants dans l'eau, diluant les couleurs dans une espèce de glacis mouvant. En tout cas, cela fait toujours une nouvelle image nocturne strasbourgeoise...

lundi 11 novembre 2013

CG



Il n'y a pas que du vieux à Strasbourg. En témoigne ce bâtiment, abritant le Conseil Général du Bas Rhin, non loin de la Petite France. Si l'on en croit ce que nous raconte la voix des bateaux-promenades, l'architecte a souhaité représenter un navire échoué sur les bords de l'Ill. 
En fait la vue est normalement plus agréable de l'autre côté, car elle donne sur les Ponts Couverts sur fond de Cathédrale. Malheureusement, des travaux sont en cours et une vilaine grue jaune venait un peu gâcher tout ça. J'essayerai de retourner sur la terrasse panoramique du Barrage Vauban lorsqu'ils seront terminés :)


jeudi 7 novembre 2013

Exception




Ceux qui me connaissent ou qui suivent ce blog depuis un moment savent que cette image est quelque peu exceptionnelle. Oh, pas pour ses qualités photographiques, presque inexistantes, mais plutôt pour le lieu. Il s'agit de Grenoble. Eh oui! 
Je n'ai jamais trouvé que la ville possédait un quelconque charme: centre-ville historique extrêmement réduit, densité extrême du fait du manque de place et donc immeubles à gogo, pollution qui "floute" les montagnes, etc. Beaucoup de bâtiments ont été construits ou réaménagés suite aux JO de 1968 et manquent donc cruellement de cachet historique. On est (très) loin du grès des Vosges de Strasbourg ou de la pierre de Chailluz de Besançon!
Pour être tout à fait honnête, il faut avouer que mes années de prépa, et notamment la première, ont fortement dégradé l'image que j'ai de Grenoble. Je ne suis donc pas du tout objectif. Pourtant, ces derniers temps et bien que mon jugement quant à la beauté de la ville ne changera probablement jamais, je trouve qu'elle a aussi de bons côtés. Il y a quand même des choses sympathiques à faire: sans parler du ski, monter à la Bastille offre une très chouette vue sur toute la cité. À tel point que j'ai vraiment regretté d'avoir oublié mon appareil photo lorsque je suis allé y faire un tour ce week-end. C'est dire! ;)

mardi 5 novembre 2013

Dambach




Retour sur les hauteurs de Dambach la Ville, cette fois un peu moins haut et un peu plus près des vignes et de leurs belles couleurs dorées. Les températures commencent à bien baisser, il y a donc fort à parier que ces dernières ne vont pas tarder à disparaître... 
En tout cas, j'ai eu bien du mal à obtenir un ciel dépourvu de taches noires: la concentration de coccinelles étaient assez hallucinante! D'ailleurs, il doit en trainer une ou deux dans l'image qui ont échappé à ma vigilance. Quant au cadrage, il n'est pas non plus génial avec le bout de chemin dans le coin inférieur gauche, mais j'aime quand même bien cette image. C'est le reflet de ce que je voyais et dont je profitais :)

dimanche 27 octobre 2013

Place du Château



On reste en Alsace pour cette petite photo strasbourgeoise dont le cadrage laisse probablement beaucoup à désirer, mais dont j'aime assez les couleurs. Il y a des échafaudages particulièrement disgracieux sur la droite, d'où cette coupure.
En tout cas, depuis quelques temps, les palissades de chantier ont laissé leur place à la nouvelle Place du Château, qui offre un point de vue privilégié sur la belle cathédrale de la ville. Juste avant la tombée de la nuit, lorsque le ciel n'est pas encore tout à fait noir, l'éclairage orangé du grès des Vosges est vraiment du plus bel effet. Détour obligatoire!

lundi 21 octobre 2013

Vue alsacienne



Comme je l'écrivais dans le post précédent, la journée de samedi nous a gratifié d'une très belle lumière. Le ciel était d'un très beau bleu et contrastait parfaitement avec les tons dorés des vignes du piémont vosgien. Le perchoir offert par les tours du Château du Bernstein s'est donc avéré être un point de vue remarquable sur la plaine d'Alsace et ses multiples couleurs automnales.
Situé sur les hauteurs de Dambach la Ville, ce dernier était bien mentionné comme point de passage sur mon guide mais je ne pensais pas qu'il était possible de "visiter" ses ruines. C'est par un étroit passage percé dans la muraille de ce qui devait être un donjon qu'on accède à un vieil escalier métallique, menant tout droit au sommet, aménagé par le Club Vosgien. Autant être honnête, préférant le plancher des vaches aux édifices un peu trop élancés, j'ai mis quelques minutes avant de me décider à franchir les dernières marches. Finalement, la vue a eu raison de mon appréhension. Quel spectacle! C'était tellement chouette que j'ai mis encore plus de temps à me dire qu'il fallait que je redescende. C'est que j'avais un bus à ne pas rater à Châtenois, quand même.
En fait j'ai presque préféré ces quelques pans de murs au Haut Koenigsbourg, pourtant très chouette. Pendant un petit moment, j'étais vraiment tout seul sur ma tour, n'ayant rien d'autre à faire que profiter, au calme. Il faut dire qu'ils ont un petit côté "aventure", ces vieux châteaux parsemant la crête des Vosges. Ici, pas question de parkings surchargés, juste de sentiers et de pistes forestières. Un bon moment ;)

dimanche 20 octobre 2013

Ombre & Koenigsbourg



Hier, il faisait un temps absolument magnifique, avec une belle lumière pour souligner les couleurs automnales des Vosges alsaciennes. C'était l'occasion de resortir les chaussures de randonnée et d'aller marcher un peu. J'ai donc ouvert mon livre de balades à faire depuis le train et j'ai choisi de me rendre à Dambach la Ville, le long de la route des vins, pour ensuite rallier Châtenois par les crêtes. 
Si j'ai pu profiter des paysages du vignoble au travers des vitres de mon TER, c'est en prenant de la hauteur que j'ai vraiment pu les admirer. Je posterai sans doute une ou deux images un peu plus tard, mais en attendant je vous propose le Haut Koenigsbourg, aperçu depuis le pied des ruines du Château de l'Ortenbourg. Comme vous le voyez, la fin d'après-midi a été marquée par l'arrivée des nuages, qui nous gratifient aujourd'hui des averses alsaciennes habituelles.
Mais après un si beau samedi, je ne vais pas bouder mon plaisir. Bien que je sois assez critique avec le climat alsacien, c'est un peu l'histoire du "qui aime bien châtie bien". Car il faut bien reconnaître que sous le soleil, alors que les feuilles des vignes se parent de tons jaunes et orangés, l'Alsace est belle. Tout simplement.

mardi 15 octobre 2013

Linderhof



Ce soir, retour à notre voyage autrichien de cet été. Ou plus précisément à sa partie allemande, puisqu'on se trouve en réalité du côté bavarois de la frontière. Après avoir rendu visite au célébrissime Neuschwanstein, c'est sur les avisés conseils d'un collègue que nous avons cherché à trouver le château de Linderhof. Nous sommes finalement tombés dessus un peu par hasard, non sans avoir auparavant longé un lac autrichien fort sympathique.
J'avoue que lorsque nous sommes arrivés sur le parking, je me suis demandé où est-ce qu'ils avaient bien pu cacher un château dans le coin. Entre forêts et montagnes, aucune tour ou donjon en vue. C'est que je n'avais pas regardé auparavant à quoi il ressemblait, ce fameux Linderhof! Cela a donc été une très agréable surprise que de découvrir ce "petit" manoir, mis en valeur par un magnifique jardin, le tout dans un écrin de nature verdoyante. 
Cerise sur le gâteau, nous avons même eu droit à une visite en français. Bien qu'enregistrée, c'était sympathique de comprendre un peu ce qui se disait du mobilier ou du contexte de l'époque. D'ailleurs, il y avait bon nombre d'objets ou de portraits d'inspiration française, Louis II de Bavière ayant semble-t-il développé une certaine fascination pour Louis XIV. Car comme pour le grandiloquent Neuschwanstein, c'est bien le même roi de Bavière qui est à l'origine du Linderhof actuel, qui date de la fin du XIXe siècle.
Je dois dire que c'est plus le cadre et l'extérieur qui m'ont plu que l'intérieur, finalement assez classique, entre dorures et  grands lits à baldaquins. Après la cohue du Neuschwanstein (sans parler de cette drôle de chose appelée "Marienbrücke" surplombant le vide d'un peu trop haut pour moi =D), le calme de Linderhof était le bienvenu. J'ai vraiment aimé cette belle demeure et son grand parc, très esthétique. Une visite, vous l'aurez compris, particulièrement agréable!

Pour en savoir plus:
- Site officiel du Linderhof : www.linderhof.de (petite partie en français)
- Page Wikipédia consacrée au château : Linderhof

dimanche 13 octobre 2013

Tanneurs



Je vous avais déjà parlé de la Maison de Tanneurs, célèbre bâtiment de la Petite France de Strasbourg. Je la trouve particulièrement sympathique la nuit, lorsque ses fenêtres s'illuminent de tons rouges et orangés. J'ai aussi l'impression que ça lui donne un côté plus authentique, moins "décor de cinéma", alors que la plupart des touristes et des appareils photos ont déserté les lieux. Le cadrage de la photo n'est peut-être pas extraordinaire, mais je ne pouvais pas monter d'avantage mon trépied et je voulais garder les fleurs suspendues à la balustrade.

vendredi 11 octobre 2013

Automne




Contre toute attente, il semblerait que (quelques heures par an), l'Alsace ait droit à un automne qui ne se résume pas à "pluie et grisaille". Il y a quelques jours, j'ai donc pu prendre cette photo sur les bords de l'Ill à Strasbourg. Bien que beaucoup plus urbanisés que ceux du Doubs à Besançon, ils conservent un certain charme et il est plutôt agréable de s'y promener. 

dimanche 6 octobre 2013

Dans les nuages



Ainsi qu'il en a l'habitude, le soleil ne s'est que peu montré ce week-end en Alsace. Malgré tout, il s'est quand même permis quelques apparitions, entre nuages et gouttes de pluie. Cela donnait parfois des situations sympathiques, surtout lorsqu'elles étaient aperçues depuis un perchoir aussi pretigieux que le Haut Koenigsbourg. Ici, le village de Saint Hippolyte et son vignoble se jouent de la grisaille pour quelques instants...

mercredi 18 septembre 2013

Au soleil



Bon, cette photo n'est pas fantastique mais il y a tellement de grisaille dans le ciel en ce moment que cette petite fleur jaune me rappelait le soleil. Elle se trouvait sur les hauteurs du Roux, en Ardèche.

mardi 17 septembre 2013

Billard d'antan



Comme vous le savez sans doute, les journées du patrimoine se sont tenues ce week-end. À cette occasion, les Voies Ferrées du Velay organisaient plusieurs circulations sur leur ligne, qui relie Dunières en Haute-Loire à Saint Agrève en Ardèche. Une occasion à ne pas rater: sauf si un événement spécial est organisé, la fin de la saison du 29 septembre prochain marquera également celle du tronçon Dunières - Raucoules. Malheureusement, les rails et traverses de ce tronçon devraient en effet céder sa place au goudron d'une "voie verte". Dimanche marquait donc le dernier jour pendant lequel il était possible de parcourir l'ensemble de l'itinéraire Dunières - St Agrève, l'exploitation touristique habituelle se faisant par tronçon.
C'est donc ce que j'ai fait, à bord de différents engins pour la plupart hérités de l'ancien réseau des CFD (Chemins de Fer Départementaux) du Vivarais, qui rayonnait sur un peu plus de 200 km entre Ardèche et Haute-Loire. Les petites lignes à voie métrique qui le consituaient complétaient le réseau des grandes compagnies: l'objectif était de desservir par le train un maximum de commune. Le plan Freycinet, élaboré à la fin des années 1870, visait tous les chefs-lieux de cantons, c'est vous dire! Aujourd'hui, seules les lignes Dunières - St Agrève et St Jean de Muzols - Lamastre ont survécu à la fermeture de 1968.
Malgré des horaires pas vraiment respectés qui m'ont fait rater mon TGV, je n'ai pas été déçu du voyage. Pour ces adieux à une partie de la ligne, en dépit de la grisaille et de la bruine, les voyageurs étaient venus en nombre pour profiter des beaux paysages du Massif Central. Car à la vitesse à laquelle se déplacent les trains, on a tout le temps de le faire, croyez moi :) L'ambiance était au rendez-vous dans les gares, avec des croisements, des dépassements et des manœuvres pour le plus grand plaisir des passagers. Pour quelques heures, les Voies Ferrées du Velay ont fait revivre l'animation qui devait régner au passage des trains, quand ces derniers étaient encore le moyen de transport privilégié de ces régions mal desservies par la route. Et que dire de tous ces gens qui saluent le passage des belles locomotives à vapeur, au passage à niveau ou à leur fenêtre! Cela fait  vraiment plaisir à voir. Un coup de sifflet et c'est un sourire assuré sur le visage de tous les curieux!
Il faut dire qu'elles avaient fière allure, les machines de l'association. Entre les vapeurs, les diesels et les autorails, il y avait de quoi faire. La photo illustrant cet article montre un autorail Billard, construit en 1939 par la firme du même nom, à Tours. Il s'agit plus précisément d'un A 150 D2, autorail articulé dont seulement 4 exemplaires ont été fabriqués: le n°222 est le seul qui a été préservé. À ce titre il a été classé monument historique. Une belle distinction pour un autorail qui assurait certaines relations sous la dénomination "Flèche des Cévennes", un peu comme une sorte de TGV local avant l'heure (l'association a même restauré les plaques portant cette mention, on les devine en orange sur le flanc gauche). Bien que les A 150 D2 soient plus longs et plus capacitaires que la majorité de leurs homologues, les autorails Billard sont emblématiques des réseaux secondaires français. Avec leur peinture rouge, ils étaient symboles de modernité et de confort dans un monde alors dominé par la vapeur. Du fait de leur grande robustesse, un nombre non négligeable d'entre eux a traversé les décennies: de nos jours, ces grands-pères du rail font le bonheur des touristes et des amateurs. Pour ma part, je leur trouve un charme désuet particulièrement sympathique, d'autant que j'aime beaucoup ce qu'ils représentent: une véritable volonté de service public et un transport ferroviaire de proximité, pour tous. Je suis bien content d'avoir pris place à bord de deux d'entre eux ce week-end!
Pour en revenir à l'infrastructure, la photo a été prise en gare de St Agrève. En noir et blanc et avec un tout petit peu d'imagination, on pourrait se croire revenu dans les années 50 quand le réseau des CFD était encore exploité en service régulier. Entre l'autorail, le château d'eau et le pont tournant, tous les ingrédients ou presque répondent présents. D'ailleurs, pour un voyageur lambda et en dehors des détournements occasionnels des TER sur la Rive Droite, cette gare est la seule par laquelle il est possible d'arriver en train en Ardèche depuis un autre département :)
Vous l'aurez compris et ce n'est pas très étonnant, j'ai été très heureux de pouvoir parcourir cette ligne. Même si je préfère les trains lorsqu'ils ont une vrai vocation de transport, les touristiques font revivre un passé révolu qui ne devrait pas tomber dans l'oubli. Les bénévoles font un travail formidable pour entretenir voies, matériels roulants et bâtiments. Et puis un coup de sifflet de locomotive à vapeur résonnant dans la campagne, c'est quand même quelque-chose...

Pour terminer, je vous invite grandement à faire un tour sur les Voies Ferrées du Velay si vous passez dans les parages. Vous trouverez d'avantage d'informations sur leur site: http://www.asso-vfv.net.

dimanche 8 septembre 2013

Bords de l'Ill



Hier soir, alors que l'immuable grisaille alsacienne des week-ends s'était opportunément retirée pour l'heure bleue, je suis allé faire quelques images en ville. Le secteur des Ponts Couverts est l'un de mes favoris de la capitale alsacienne, d'autant qu'à l'été les terrasses se remplissent et ajoutent un côté chaleureux aux berges de l'Ill. Au crépuscule, les couleurs du ciel, les reflets des maisons et la bienveillance des grands arbres se marient en une belle harmonie.
Pour en revenir à la photo, les parasols clairs reflétant les lampadaires sont vilainement sur-exposés mais j'espère qu'elle vous donnera quand même une idée de cette belle ambiance nocturne. Je trouve très agréable de se promener sur la Grande Île à la nuit tombée, à tel point que j'ai fini par apprécier l'éclairage particulier de la ville. Strasbourg peut se révéler très sympathique! Bon, quelques heures après, le naturel est revenu au galop et un formidable déluge s'est abattu sur la ville :)

mercredi 4 septembre 2013

900



Voilà une image dont je ne sais pas trop quoi penser. J'aime simplement le contraste qui semble exister entre cette tige qui s'élève, verticale, au milieu d'autres brins d'herbes enchevêtrés, horizontaux.
Ce que je sais par contre c'est qu'elle a été prise aux alentours du Roux, petit village (moins de 50 habitants) niché au creux des montagnes ardéchoises, dans un endroit où l'on se demande bien pourquoi quelqu'un s'est un jour dit "tiens, si je construisais une maison par ici" :) Loin de la cohue strasbourgeoise, un petit tour dans ces coins reculés fait toujours du bien. 
D'ailleurs, le choix de cet endroit n'est pas complètement anodin. Dans les environs se trouve en effet le tunnel dit du Roux. D'une longueur de plus de 3,3 km, il faisait partie du projet pharaonique de ligne qui devait relier Le Puy à Lalevade d'Ardèche (pour rejoindre ensuite Aubenas). Afin de franchir le relief très tourmenté de la région, de nombreux ouvrages d'art émaillaient le parcours de la "Transcévenole", dont les travaux furent arrêtés fin 1930 - début 1940 et qui ne fut jamais achevée. Certains vestiges de cette voie ferrée morte avant d'être née subsistent et témoignent des moyens considérables qui étaient à l'époque mis en oeuvre pour désenclaver les régions rurales par le train. En plus du tunnel du Roux, devenu routier, on peut par exemple citer le viaduc de la Recoumène, duquel certains s'adonnent aujourd'hui au saut à l'élastique. Particulièrement audacieux compte-tenu du dénivelé, le tracé comportait même une boucle hélicoïdale sur plusieurs niveaux. S'il existe bien des tunnels hélicoïdaux en France, cet ouvrage n'en aurait pas moins été exceptionnel. Mais revenons à celui du Roux, plus conventionnel, mais qui a dépassé le stade du projet. Il fait actuellement l'objet d'une fermeture pour travaux de mise aux normes, car comme je l'indiquais dans un précédent article de 2010, il était auparavant démuni des équipements de sécurité réglementaires.

Enfin, le compteur de Blogger m'indique que cet article est le 900e posté sur Essai Pour Voir. Presque autant que l'altitude de ce qui aurait dû être la gare du Roux, à 928m au dessus du niveau de la mer. Cela commence à en faire, du blabla!

dimanche 1 septembre 2013

Schön chateau



Partons maintenant encore plus à l'est pour faire une petite halte à Wien (Vienne), la capitale autrichienne. Je vous propose ce soir une photo dont il doit exister des millions d'exemplaires dans le monde, mais qui a le mérite de montrer le célèbre château de Schönbrunn dans son ensemble. La résidence impériale des Habsbourg est aujourd'hui visitée par des hordes de touristes pressés de voir ce monument classé au patrimoine mondial de l'Unesco.
C'est effectivement un très bel édifice, tout en symétrie, ce qui lui donne une certaine élégance. Les jardins sont accessibles gratuitement et leur immensité fait que l'on a pas l'impression qu'il y ait tant de monde que ça. En revanche, les files d'attente pour la visite de l'intérieur s'étirent sur de belles longueur. Les photos y sont interdites, mais on voit de jolies pièces sans pouvoir vraiment en profiter à cause de la cohue.
J'ai pris cette image un peu avant d'arriver à la gloriette qui fait face au palais. Elle ajoute un élément majestueux au parc et à la vue que l'on devait avoir depuis les fenêtres du château. Ce dernier date de la toute fin du XVIIe siècle et a été remanié par ses occupants successifs, notamment par l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à aller faire un tour sur le site internet du Schönbrunn, qui vous proposera même d'écouter les audioguides français distribués lors de la visite!
En tout cas, même si ce n'est pas mon style de château préféré, j'ai plutôt apprécié faire le détour par cet imposant édifice. Sa couleur est peu commune et c'est l'occasion d'apprendre des choses sur la longue histoire impériale de l'Autriche.

mardi 27 août 2013

Salzburg



Retour en Autriche pour ce cliché pris depuis la Festung Hohensalzburg, forteresse dominant la ville de Salzburg. Après une montée à pied de quelques centaines de mètres, on accède à un très joli bâtiment blanc offrant une belle vue sur la cité. L'ascension peut également se faire grâce à un téléphérique, moyen de transport qui ne semble pas si rare que ça dans le pays :) 
Salzburg tire son nom des mines de sel se trouvant aux environs et dont l'exploitation a commencé il y a fort longtemps, à l'époque où des Celtes se sont installés dans la région. La précieuse gemme a fait la richesse de la ville bien avant que les effigies de Mozart n'y fleurissent à tous les coins de rue. La musique semble malgré tout tenir une place importante dans la vie culturelle de Salzburg: des places de concert sont proposées un peu partout. Vous pouvez d'ailleurs voir une scène sur la place en bas au milieu de la photo. Lors de notre passage, il semblait également y avoir un festival important, à en juger par la présence de plusieurs véhicules de la télévision.
À mon grand désarroi, la foreteresse était éclairée par d'énormes projecteurs impossible à masquer sur les photos. Non contents d'être visibles comme le nez au milieu de la figure, ils avaient en plus la très fâcheuse tendance à faire apparaître de très disgracieux flares sur les images. Je n'ai pas réussi à trouver un angle qui combine cadrage correct et absence de ces vilains reflets. La photo qui illustre cet article est un compromis, le défaut passant relativement inaperçu.
Cela dit, une colline, un édifice militaire au sommet et des clochers en bas, ça ne vous rappelle rien? Une ville avec un point haut naturel, c'est quand même toujours plus sympathique ;) Je suis content d'avoir pu refaire ce genre de cliché! Blague à part, se promener le soir dans les rues de la vieille ville était bien agréable.

Pour en savoir plus :
- Site de la Festung Hohensalzburg : http://www.salzburg-burgen.at/de/
- Salzburg sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salzburg
- Office de tourisme de la ville (en français) : http://www.salzburg.info/fr

dimanche 25 août 2013

Ho hé, château!



Je vous propose aujourd'hui une petite image en provenance de Bavière. Vous pouvez y voir le Château de Hohenschwangau, situé non loin du très célèbre Neuschwanstein. Le cadrage n'est pas génialissime car j'ai volontairement coupé un maximum de parkings et autres bâtiments à touristes qui pullulent dans le secteur. Ils dénaturent pas mal le paysage, qui reste néanmoins plutôt sympathique, comme vous pouvez le voir.
L'édifice actuel date du XIXe siècle et a été reconstruit à l'initiative du père de Louis II de Bavière. Ce dernier ne s'en est toutefois pas contenté et a donc ordonné la mise en chantier de l'imposant Neuschwanstein, qui surpasse Hohenschwangau tant en taille qu'en altitude. Vous avez dit mégalo?

vendredi 23 août 2013

Grüß Gott!



Voilà un bon moment que rien n'avait émergé sur Essai Pour Voir... C'est en partie lié au petit séjour effectué ces jours-ci du côté de l'Autriche. Une semaine après être revenu, je vous propose donc une petite photo prise au bord d'un lac sur lequel nous sommes tombés complètement par hasard, en prenant le chemin des écoliers pour nous rendre du Neuschwanstein au château de Linderhof, tous deux situés du côté allemand de la frontière. 
Il s'agit du Plansee, et ce fut une très agréable surprise! L'eau était d'une très belle couleur, bleu-vert, et très claire. De petits voiliers et bateaux touristiques apportaient un peu d'animation, tout en troublant pas trop le calme des lieux. Bon, je n'ai pas imité ceux qui se baignaient, donc je ne vous ferai pas de rapport détaillé sur la température de cette immense et fort sympathique piscine naturelle :)
Je vous proposerai bientôt d'autres clichés de ce voyage, qui m'a particulièrement plu : l'Autriche a été une belle découverte!

mardi 6 août 2013

Vert et brume



Bon, je n'ai toujours rien de bien neuf à poster, n'ayant pas eu le courage de sortir mon appareil photo de sa sacoche ces derniers temps. Voici donc une nouvelle image vosgienne et brumeuse, prise depuis le célèbre Mont Sainte Odile. Rien de spécial, très loin de là, si ce n'est qu'elle montre que je fais aussi des photos sous la grisaille quand il le faut :)

vendredi 26 juillet 2013

Divers verts



Comme je ne sais pas quoi poster d'autre, voici une petite image prise dans les Vosges, quelque-part entre Soultzeren et Orbey. Cela permet de se rappeler de ce qu'est la fraîcheur! On dirait qu'en Alsace il n'y a que deux saisons: la grisaille (septembre à juin) et la canicule (juillet - août). Non non, je ne caricature rien du tout :)


dimanche 14 juillet 2013

Tristesse



Avant-hier, un train français a déraillé. Des gens sont morts, d'autres ont été blessés, beaucoup ont été choqués.
Le deuil a touché le monde ferroviaire de France, et plus encore les familles des victimes.
Pensées pour elles.

mardi 9 juillet 2013

Océan Vosgien



Plus d'une semaine sans article! Il était temps de corriger ce manque d'activité sur Essai Pour Voir. On continue donc dans les ondulations vosgiennes, avec une nouvelle image prise depuis le Grand Wintersberg. Bien qu'elle ne soit pas fantastique, je trouve qu'elle donne cette fois encore l'impression que les sommets des Vosges du nord seraient comme autant de vagues d'un océan immobile...

samedi 29 juin 2013

Vitrail



Je vous avais déjà présenté la Cathédrale de Strasbourg depuis l'extérieur. Voici maintenant un tout petit aperçu de son intérieur, mais qui concerne l'un de ses aspects les plus remarquables: la rosace. Très colorée, elle est d'une taille imposante. Une belle œuvre d'art! J'aime assez photographier les vitraux, du fait du mauvais éclairage des édifices religieux, on arrive très vite à un très fort contraste entre le mur, devenu noir, et les lumières chatoyantes du verre. Cela donne un beau contraste et met bien en valeur le vitrail.

dimanche 23 juin 2013

Ondulation



Retour sur la tour du Club Vosgien, perchée au sommet du Grand Wintersberg, pour y profiter une nouvelle fois de la vue fantastique. Les Vosges semblent onduler doucement, et leurs formes arrondies donnent au massif un aspect sympathique et paisible. J'aime beaucoup ce type de paysage, à demi embrumé, dont on peut voir de magnifiques photos sur 500px (par exemple ici).

mardi 18 juin 2013

Rouge



Alors que l'ombre va bientôt la recouvrir, cette fenêtre profite encore un peu du soleil, un peu excentrée sur le mur rouge vif qui l'abrite.
Pas vraiment typique de l'Alsace, et pourtant nous sommes bien au centre-ville de Strasbourg, sur les bords de l'Ill :)

Comme cette image n'est pas de plus palpitante, je vous propose en plus un petit lien vers quelques clichés d'un aspect peu connu du métro parisien: ses stations "fantômes". Jamais ouvertes, situées sur des voies de service ou fermées aux voyageurs depuis belle lurette, il y en a pour tous les goûts. Le monde souterrain de Paris révèle d'innombrables surprises ;) 

dimanche 16 juin 2013

Ann'eau



Petite image dominicale prise lors d'une agréable soirée de ce mois de juin, le long de l'Ill. Je ne sais pas trop quoi en penser, si ce n'est que j'aimais bien cet éclairage à contre-jour et les contrastes qui en résultaient, notamment entre l'eau presque bleutée et les mousses vertes. Ça donnait un air presque maritime à ce mètre carré de Strasbourg. Aujourd'hui, bien que la rivière soit encore parcourue par les bateaux panoramiques du Port Autonome de la ville, il y a fort à parier que cet anneau n'ait pas été utilisé depuis belle lurette :)

mercredi 12 juin 2013

À l'ombre



Juste histoire de poster quelque-chose, car je ne suis vraiment pas convaincu par cette image, voici une vue "inédite" de la Cathédrale de Strasbourg. Prise depuis les bords de l'Ill, en toute fin de journée, elle montre le célèbre édifice depuis l'arrière de sa façade. On distingue bien deux des tours abritant les escaliers en colimaçon permettant d'accéder à la flèche. Elle n'est pas accessible au public, mais je souhaite bien du courage à ceux qui utilisent l'échelle située complètement au sommet, sur la croix (si vous regardez l'image en grand, c'est le trait qui semble pendre sur la gauche depuis le haut). Aller accrocher les drapeaux qui l'ornent parfois doit être assez impressionnant :)

dimanche 9 juin 2013

Sarreguemines, ici Sarreguemines!



Mise à quai sur la voie B de Sarreguemines pour l'X76564, qui repartira vers Sarre-Union au TER n°834731

Petit passage par la Lorraine hier, lors d'une balade à pied qui m'a conduit de la gare de Tieffenbach-Struth à celle de Diemeringen. Le soleil brillait et c'était très agréable de profiter de la fraîcheur des sous-bois que j'ai traversés. Ça permet d'oublier un peu l'agitation strasbourgeoise! Heureusement que j'avais apporté une carte cette fois-ci car j'ai trouvé que, sur une partie du parcours, les balisages du Club Vosgien étaient moins clairs et plus diffus que ceux que j'avais l'habitude de rencontrer. 
Arrivé à Diemeringen, il n'y avait pas de trains pour Strasbourg avant deux bonnes heures alors qu'un TER était annoncé pour Saarbrücken dans les vingt minutes. Parfait, j'allais pouvoir m'offrir un petit tour ferroviaire pour compléter la marche à pied! Je suis donc allé jusqu'à Sarreguemines, ville située à la frontière allemande.
C'est dans la gare de la commune que j'ai pris la photo illustrant cet article. Elle est un peu spéciale en cela qu'elle accueille non seulement des trains français mais également le tram-train de la ville allemande voisine, Saarbrücken. Cela explique la voie électrifiée que vous pouvez voir sur la gauche de l'image. Arrivant depuis les voies de service situées côté Strasbourg, l'AGC (Autorail Grande Capacité) Métrolor (TER Lorraine) de la photo vient se mettre à quai avant d'assurer sa prochaine mission voyageurs. C'est dans cet engin que je suis monté, en direction de Sarre-Union. De là, j'ai pris un autocar TER pour rejoindre Sarrebourg, la voie ferrée n'étant plus exploitée entre Sarre-Union et Berthelming. Finalement, c'est un TER qui m'a ramené jusqu'à Strasbourg, concluant ce périple bien agréable!

Pour ceux qui sont un peu perdus avec la géographie locale, vous trouverez une carte par ici :)

mardi 4 juin 2013

Lecture



Lors de mon dernier passage à Paris, une amie m'a fait découvrir le Musée Guimet, que je ne connaissais pas du tout. Il est consacré aux arts asiatiques et se trouve non loin du Trocadéro, à quelques minutes à pied. J'ai vraiment apprécié la visite, qui permet de découvrir de belles pièces des différentes cultures qui composent ce grand continent qu'est l'Asie. De la sculpture indienne à la calligraphie chinoise, en passant par les meubles coréens ou à l'armure japonaise, il y en a pour tous les goûts. Certes, j'ai vu des rouleaux de caractères chinois plus impressionnants à Shanghai et plus encore à Hong Kong, mais cela m'a vraiment plu de retrouver un peu ce genre de choses, en France. Ceux présentés dans la collection sont tout de même vraiment chouettes; je suis toujours impressionné par la finesse du tracé de certains auteurs.
Cerise sur le gâteau, j'ai trouvé que la scénographie et la mise en valeur des objets était bien réussie, sobre et agréable. Et puis j'ai eu un véritable coup de cœur pour la bibliothèque, qui n'a pas grand-chose à voir avec l'Asie mais fait partie intégrante de la visite. De forme circulaire et de taille finalement plutôt modeste par rapport aux gigantesques étals de livres qu'on peut voir par ailleurs, elle dégage pourtant un je ne sais quoi qui m'a tapé dans l'œil. Dommage que des feuilles "Ne pas s'asseoir" posées sur les tables basses meublant la pièce ne viennent un peu gâcher son esthétisme général... Si vous souhaitez lire, ce n'est en tout cas pas la bonne adresse ;)

Pour en savoir plus:
Site internet du Musée Guimet

samedi 1 juin 2013

Ça coule



Je ne savais pas trop quoi poster aujourd'hui, voici donc un petite image pas terriblement bien cadrée prise dans les Vosges alsaciennes. Il s'agit de la cascade du Hohwald, qu'on atteint très facilement depuis la route en suivant un chemin qui semble éclairé la nuit. Il faudrait que j'essaie d'y retourner le soir car ça doit donner une très belle ambiance.
Dommage que l'eau ne fasse pas que tomber des rochers et que les nuages gris semblant être la marque de fabrique de l'Alsace cette année veuillent les imiter en déversant des trombes d'eau le week-end... Mais tout n'est pas perdu, au moins ça fait un joli bruit sur les toits ;)

lundi 27 mai 2013

Vue!



Cette image scelle la fin d'un mythe: non, les cigognes alsaciennes ne se résument pas aux peluches vendues au pied de la Cathédrale de Strasbourg! Plus sérieusement, cela faisait plusieurs fois que j'avais eu l'occasion de voir le fameux volatile emblématique de la région mais je ne l'avais encore jamais photographié. Même si le cliché ne vaut pas grand-chose, d'une part parce que mon zoom est limité et d'autre part parce que mon "modèle" n'a jamais voulu se mettre comme je l'aurais souhaité, j'ai été très content d'avoir la chance d'en faire un. En plus, le soleil n'avait pas encore complètement disparu et le ciel gris de l'arrière-plan fait bien ressortir le plumage blanc de l'oiseau. 
Pour ce qui est du bâtiment, il s'agit de la Collégiale Saint Martin de Colmar. Son toit vernissé m'a rappelé celui du Palais Granvelle de Besançon. Les tuiles plates qui le composent sont assez typiques de la région. En tout cas, la préfecture du Haut Rhin, bien que de taille plus modeste que son homologue du Bas Rhin, est très charmante. Si vous avez l'occasion de passer dans le coin, vous pouvez vous y arrêter, ça vaut le détour (et allez-y en train, la gare est assez imposante aussi, même si ça n'a rien à voir avec Strasbourg ou Metz!) :)

samedi 25 mai 2013

Parlement


En ce début de week-end, voici un petit panorama Photosynth de l'intérieur du Parlement Européen de Strasbourg. Je n'étais pas sûr que l'on puisse rentrer dans la cour, mais apparemment c'est tout à fait possible. Par contre, l'intérieur ne peut se visiter qu'en groupe et sur réservation, dommage...
Je trouve que le bâtiment est assez réussi, j'aime bien son architecture extérieure avec sa grande surface cylindrique toute vitrée. Lorsque l'on rentre dans la cour, on est assez impressionné par les dimensions de l'édifice et ses lignes presque symétriques.
Vous pouvez également voir ce panorama directement sur le site de Photosynth, une application que je recommande toujours autant ;)

mercredi 22 mai 2013

Panorama vosgien



Petite image sans prétention ce soir, prise depuis la tour du Club Vosgien dominant le Grand Wintersberg, sur la commune de Niederbronn les Bains. Je ne suis pas un très grand fan des édifices en hauteur, mais je dois avouer que la vue offerte depuis la petite plate-forme du sommet vaut grandement le détour. On y a un magnifique panorama sur les Vosges du Nord et leurs collines entremêlées: c'est vraiment très joli. Je posterai peut-être d'autres photos sur lesquelles cet aspect vallonné et légèrement brumeux ressort mieux. Cela donne une impression de calme et de sérénité très appréciable. En tout cas, plus je les découvre, plus j'apprécie les Vosges!

lundi 20 mai 2013

Métro



À deux pas de l'un des plus célèbres édifices de Paris, la Tour Eiffel, on peut également observer un autre monument de la capitale, d'habitude plus souterrain. Vous l'aurez deviné, il s'agit du métro. Bien que beaucoup moins moderne que celui de Hong Kong et moins majestueux que celui de Moscou, je trouve que le réseau parisien a lui aussi son charme et fait partie intégrante de la capitale. Depuis plus de 100 ans, pour certaines lignes, il irrigue la ville et lui permet de mieux respirer, reportant sous les rues un trafic conséquent. J'imagine qu'il ne doit pas être évident d'apprécier les rames blanches et vertes de la RATP lorsque l'on s'y trouve agglutiné tous les jours aux heures de pointe, mais en tant que touriste de passage on a d'avantage le temps d'observer ce patrimoine historique et bien vivant.
Sur la photo, une rame MP 73 de la ligne 6 franchit la Seine peu après avoir desservi la station Bir-Hakeim, donnant accès à la Tour Eiffel. MP signifie "Métro Pneu", 73 désigne l'année de passation de l'appel d'offres qui a vu naître ce matériel. Presque la moitié de la ligne 6 est aérienne: l'utilisation de trains sur pneumatiques permet de réduire le bruit de roulement, à la fois pour les voyageurs et les riverains.
En tout cas cela faisait plaisir de voir un peu le soleil ce week-end!

lundi 13 mai 2013

Paysage vosgien



Restons dans les Vosges et sous la grisaille pour une image qui ne vaut toujours pas grand-chose, mais qui donne une idée de ce à quoi peuvent ressembler certains coins de ce massif.
J'ai pris cette vue depuis un virage en épingle de la D48, quelque-part entre Soultzeren et Orbey. Même avec un ciel gris, c'est mignon...

jeudi 9 mai 2013

Brume



Voici une petite photo prise ce week-end depuis le Mont Sainte Odile, haut lieu touristique et spirituel de l'Alsace. Par temps clair, on peut normalement voir très loin mais comme le ciel gris et la pluie étaient de rigueur lors de notre venue, on n'apercevait que les collines des alentours (et encore). Ce n'était finalement pas trop désagréable car cela donnait au lieu une ambiance un peu particulière, et le mouvement des nuages entre les crêtes était plutôt sympathique à regarder. Cela rajoutait un côté mystérieux à la forêt.
En tout cas, les bâtiments de l'Abbaye de Hohenbourg, qui couvrent le sommet du Mont, sont très bien restaurés et vraiment jolis. Vu l'étendue des parkings, il doit y avoir bon nombre de touristes en temps normal, mais la météo maussade en avait visiblement découragé plus d'un!

mardi 7 mai 2013

TER Alsacien



Outre les cigognes et les impeccables villages tous plus charmants les uns que les autres, il y a un truc vraiment sympa en Alsace, c'est qu'on peut voir des trains un peu partout, dans des endroits où on ne les attend pas forcément. Nous sommes ici à Kruth, petit village d'environ 1 000 habitants situé au fond de la Vallée de la Thur, au pied des Vosges. Un quai, un petit bâtiment, de la verdure, voilà de quoi faire une petite gare sympathique pour les TER en provenance de Thann ou Mulhouse, qui desservent la commune à un rythme relativement soutenu (une vingtaine de départs quotidiens, avec par exemple, grosso-modo, un train par heure pour Mulhouse l'après-midi, entre midi et 18h). Et il y a même un arrêt de bus du Conseil Général pour s'enfoncer un peu plus dans la montagne, où le train ne peut monter! Kruth est en effet une halte terminus, le chemin de fer ne franchissant pas les Vosges à cet endroit.


S'apprêtant à entrer en gare au TER 832780, l'X73527 profite des derniers rayons du soleil avant l'arrivée des averses. Il repartira de Kruth quelques minutes après pour retourner à Mulhouse, atteinte en une heure environ.

Même si la pluie a fait son retour ce soir, le printemps a déjà commencé à faire effet sur la végétation, qui se pare de nombreuses nuances de vert, du plus clair au plus foncé. C'est vraiment très agréable, et j'aime décidément beaucoup les paysages de moyenne montagne! 
Je n'avais pas fait attention que la voie venait de cette direction et je n'avais pas du tout préparé ce cadrage. Je ne comptais faire que l'image au-dessus, avec le sapin; il y avait sans doute mieux mais je ne voulais pas trop m'éloigner du quai: bien que le coin fusse très mignon et que d'autres trains étaient prévus au tableau des départs, je devais quand même rentrer à la maison :) Ce n'est qu'en voyant arriver l'autorail que je me suis rendu compte de mon erreur, que ça semblait bien plus sympathique vu sous cet angle, et que j'ai donc tenté de sauver les meubles en catastrophe. Pour une photo prise à l'arrache, je ne suis pas tellement mécontent du résultat, même si le train est collé à une pancarte et que l'arbre sur la droite est coupé. En tout cas, la ligne est très sympathique entre Kruth et Thann, avec les contreforts vosgiens servant d'écrin à de belles églises et de mignons petits villages. D'ailleurs je compte bien y retourner un de ces jours pour traverser les crêtes à pied et me rendre dans la vallée voisine pour aboutir à Metzeral, dont je vous ai déjà parlé. Affaire à suivre!

mercredi 1 mai 2013

Lune



Comme il fait toujours désespérément gris, on continue les photos de nuit de la semaine dernière où le ciel était bien plus clément. Voici donc une petite image prise sur les bords de l'Ill à Strasbourg et dans laquelle la Lune joue à cache-cache avec les arbres... 

dimanche 28 avril 2013

Retour à la pêche



Retour sur le Quai des Pêcheurs, alors que le beau ciel de cette semaine a de nouveau laissé sa place à la grisaille alsacienne habituelle. Je préfère cette image à la précédente, bien qu'elle ait aussi ses défauts. On y voit en tout cas de plus près le clocher de Saint Guillaume. Sous cet angle, ce n'est pas flagrant, mais sa charpente est en fait tordue, ce qui lui donne une allure bizarre selon le point d'observation où l'on se trouve. D'après ce que racontent les commentaires dans les bateaux qui vous font faire le tour de la Grande Île, ce défaut aurait valu à l'artisan qui s'en était rendu responsable une volée de coups de bâtons. Si vous ouvrez la photo en grand, vous devinerez également l'ancre à quatre branches se trouvant sous le coq faisant office de girouette. Le second clocher, que l'on aperçoit sur la droite, appartient quant à lui à Sainte Madeleine, une paroisse catholique. Quand je vous disais qu'on trouvait des églises à chaque coin de rue par ici!

Je profite de ce cliché, somme toute très marqué par l'eau, pour faire un peu de pub à un projet mené par des étudiants de l'ENSMM et qui concerne aussi ce précieux liquide. Bien qu'il s'agisse également d'un Belfort, on se trouve bien loin de la Franche-Comté puisque c'est à Madagascar que l'équipe d'Ingénieurs Sans Frontières bisontine souhaite installer une éolienne. Elle permettra d'alimenter une pompe et de remplir un réservoir. Vous me direz que ce n'est peut-être pas très objectif de ma part de faire de la pub à une initiative liée à mon ancienne école, mais j'ai de bonnes raisons de penser que celui-ci en particulier sera vraiment utile :) Vous trouverez plus d'infos sur la page Ulule d'Un souffle pour l'eau: http://fr.ulule.com/souffle-leau/ .

mercredi 24 avril 2013

Pêche à l'image



Ce soir, petite image du Quai des Pêcheurs de Strasbourg. Je me demande bien comment sont arrivés les bateaux qui servent désormais de restaurants ou de cafés puisque les trois ponts qui entourent la zone sont bien trop bas pour les laisser passer. 
Le clocher appartient à une paroisse protestante de la capitale alsacienne: il s'agit cette fois de l'église St Guillaume. Nous ne sommes pourtant pas bien loin de St Nicolas, vaguement illustrée dans l'article précédent! Sauf qu'en plus d'un coq, St Guillaume possède également une ancre en guise de girouette. Il s'agit d'un témoin de l'époque où elle servait de lieu de culte à la confrérie des bateliers, dont le quai suit justement celui des pêcheurs.
La photo n'est pas extraordinaire mais comme il fait beau j'en profite un peu pour vous faire découvrir Strasbourg sous un autre angle, à l'heure bleue :)

mardi 23 avril 2013

Le coq et la Lune



Une fois n'est pas coutume, voici une image au format portrait. Il est assez rare que je tourne mon appareil pour faire ce genre de cliché car je ne suis pas forcément fan de cette orientation. C'est un peu idiot, mais c'est comme ça. En tout cas, elle se prêtait quand même mieux que le paysage à ce que je voulais faire hier soir avec cette girouette, accompagnée de la Lune. 
Il s'agit du sommet du clocher de l'église Saint Nicolas, une paroisse protestante située au bord de l'Ill. Avec le retour du printemps et du ciel dégagé, il est vraiment agréable de se promener le long de la Grande Île de la capitale alsacienne pour trouver des photos à faire pendant l'heure bleue!

jeudi 18 avril 2013

Ivö



Ce soir, je vous propose une image suédoise avec la petite église de la très sympathique île d'Ivö, située au milieu d'un lac non loin de la côte sud du pays. Au départ nous n'avions pas vraiment de carte et nous nous sommes donc rendus dans la ville la plus proche, pensant qu'il y aurait un accès vers l'île. Ce fut un échec, mais nous avons pu récupérer un plan et ainsi découvrir l'existence d'un bac sur la rive opposée. Une fois devant l'embarcadère, nous avons pas mal tergiversé pour savoir s'il fallait ou non payer car il n'y avait personne et aucune autre voiture ne semblait prendre ou avoir de ticket. Finalement, il s'est avéré que c'était parfaitement gratuit : nous sommes arrivés sur l'île sans rencontrer la maréchaussée locale pour avoir tenté de jouer les passagers clandestins!
J'ai vraiment beaucoup aimé même si, fondamentalement, il n'y a pas grand-chose à voir. Au nord, nous avons fait le tour d'anciennes carrières à pied, en longeant la côte, ce qui nous a permis de découvrir des paysages fait uniquement d'eau et de grandes forêts. Ça me faisait un peu penser aux images que l'on voit du grand nord canadien dans les documentaires, il ne manquait plus que la rivière tourmentée et l'ours pêchant le saumon ^^ En fait c'est le calme et cette espèce d'immensité reposante que j'ai bien apprécié.
Du coup j'ai bien envie de retourner en Suède, bien plus au nord encore cette fois!

lundi 15 avril 2013

Jean Monnet



Ce dimanche, il faisait un temps magnifique en Alsace. L'occasion idéale pour aller découvrir un peu la piste cyclable longeant le Canal de la Marne au Rhin. C'est donc ce que j'ai fait, en prenant soin de ne pas oublier mon appareil photo, juste au cas où.
Si à l'aller j'ai plutôt profité de la balade, laissant mon Canon bien au chaud dans son sac, au retour je n'ai pas pu m'empêcher de m'arrêter à cet endroit pour lui faire prendre l'air. Puis de jeter un œil au tableau des départs de la gare de Strasbourg pour voir si, par hasard, un train intéressant n'allait pas se présenter dans les minutes qui suivaient. Étant donné la densité de circulation au nord de la capitale alsacienne, même un dimanche en fin d'après-midi, il y aurait forcément quelque-chose à voir. Et ce fut le cas, puisque pour mon plus grand bonheur, au milieu d'autres, le TER n°294 à destination de Luxembourg n'allait pas tarder à passer!
Il s'agit presque de l'un des trois trains internationaux "classiques" qui transitent quotidiennement par Strasbourg et qui portent encore un nom: l'Iris, le Vauban et le Jean Monnet. Si ce dernier a perdu son statut d'EuroCity et a été amputé de son parcours belge pour devenir un simple TER , il permet toujours de relier Luxembourg à Basel (Bâle) sans correspondance. En théorie, ce qui reste du "vrai" Jean Monnet porte les n°295 ou 296 (selon le sens), mais le dimanche il est limité au parcours Strasbourg - Luxembourg et renuméroté 294, d'où le "presque" du début du paragraphe. Même s'il est assez difficile de s'y retrouver dans les destinations et parcours actuels de ces trains un peu particuliers, je les aime bien car ils sont l'héritage d'une certaine tradition du chemin de fer. Je trouve que donner un nom à un train renforce un peu l'idée de voyage et d'évasion qui s'en dégage, même si c'est désuet. On peut aussi imaginer que ces trois rescapés ne survivent pas à la seconde phase de la LGV Est Européenne, qui réduira beaucoup le temps de parcours Strasbourg - Luxembourg...
Dans tous les cas, c'est une belle rame uniforme de voitures Corail en livrée Alsace "S'Elsass" qui est passé devant mes yeux. De quoi terminer un chouette week-end en beauté!