jeudi 25 juin 2009

Chat Besak'


Voici déjà pas mal de temps que je vous avais promis quelques photos de chat. En voici donc (enfin) quatre, prises tout près de chez moi il y a quelques temps déjà. Les photos n'ont rien d'incroyable, très loin de là, mais j'espère qu'elles vous plairont un peu quand même!

Tentative d'approche...

C'est déjà mieux!

Mouais, je sais pas si j'aurais droit à un sourire...

Finalement, dormir ça doit être plus intéressant! Je voulais faire des photos plus rapprochées, mais une de ces immondes choses à deux roues débridées faisant un bruit d'enfer à fait fuir mon sujet :'(

lundi 22 juin 2009

Sans bulles!?



Voici un bout d'une pub que j'ai photographiée sur un abribus à Besançon. Quelle drôle d'idée de faire du Fanta sans bulle, non? :D (Accessoirement, ceci est un message même pas subliminal à l'intention de quelqu'un qui se reconnaîtra sans-doute ^^)

vendredi 19 juin 2009

Vacances!


Ça y est, j'ai terminé mon année! Les vacances sont enfin là, ça fera du bien. Bon, y a cette histoire de stage pas encore trouvé, et d'autres choses, mais c'est quand même les vacances! Je souhaite d'ailleurs bon courage à tout ceux qui sont encore en cours, et plus encore à ceux qui passent le bac! (n'est-ce pas Mister qui veut pas appeler son personnage Ventilateur!)
Pour l'occasion, je vous propose quatre petites photos, sans aucune prétention mais garanties sans train!

L'église de St Marcel, sous la lumière déclinante d'un soir de début d'été...

Alignement de pots de fleurs.

Des fleurs encore, mais sans pot cette fois!

Ça, c'est une partie de ce qui entourait une porte dans une ruelle de Bagnols-Sur-Cèze. En plus d'être joli, je trouvait que ce décor donnait un beau jeu de lumière! Bon, sur ma photo, on s'en rend pas trop compte...

Voilà voilà! Bonnes vacances!

mardi 16 juin 2009

Retour au bord des voies, II


Ce week-end, j'ai profité de mon retour à St Marcel et du ciel tout bleu pour aller faire quelques photos sur la Rive Droite. Ça faisait un sacré paquet de temps que je n'y étais pas allé et j'ai donc pu y tester mon Reflex. En plus, comme j'étais occupé la journée, j'y suis allé entre 19h et 20h30, ce qui fait que le Soleil était en train de bien descendre et donnait une jolie lumière. Comme d'habitude, peu de trains sont passés: 5 en tout, dont deux à contre-jour. Dommage, l'un d'eux était un train privé: ça aurait changé un peu. Merci au mécanos qui m'ont salué!

Premier "train" à arriver du Nord, voici la BB26169!

Sept minutes plus tard seulement, un grondement se fait entendre et c'est la 26216 qui se pointe dans le virage. Celle-ci est dotée de trois phares!

Alors que je m'apprêtais à rentrer avec deux maigres photos, je crois entendre un nouveau bruit au loin. Pas de doute, c'est un train! Sept minutes seulement après sa consœur aux trois yeux, voici la BB26174 et un train de combiné. C'est l'heure de pointe en Ardèche, 3 trains en 15 minutes! La lumière commençait à bien baisser, et n'ayant aucune idée des réglages à faire, j'ai tenté et le nez est un peu flou. Néanmoins, j'aime bien cette photo :D
Comme vous pouvez le voir, il n'y avait vraiment pas un seul nuage et il faisait très chaud ce jour là.

jeudi 11 juin 2009

Prochain arrêt: La Mure!


Finalement, j'ai un peu de temps aujourd'hui et je vous propose donc un petit reportage sur le Chemin de Fer de la Mure. Nous nous y sommes rendus le 2 Mai dernier et nous avons effectué l'aller-retour St Georges de Commiers <=> La Mure à bord du célèbre petit train.
La ligne à voie métrique, principalement dédiée au transport du charbon, a été inaugurée en 1888. Elle fut électrifiée en 1900 et il était prévu de la prolonger jusqu'à Gap. Finalement, elle n'atteindra que Valbonnais en 1926 et Corps en 1932. À cause de la concurrence automobile, tout service voyageur cessa en 1950, et en 1952 le tronçon La Mure - Corps fut définitivement abandonné. Cependant, les trains d'anthracite continuèrent à circuler entre St Georges et la Mure jusqu'en 1988. Aujourd'hui propriété du Conseil Général de l'Isère, c'est sur cette partie que Veolia fait circuler un train touristique très fréquenté.
Quai N°2, en voiture! Le train Omnibus pour La Mure va partir, prenez garde à la fermeture des portes, attention au départ!
(Bon, je ne maîtrisais pas encore complètement la "retouche" avec Photoshop quand j'ai redimensionné les photos, aussi certains ont des couleurs bizarres, entre autres. Je reprendrai les plus moches si j'ai le temps!)

On commence par un des vieux tromblons qui stationnent à la sortie de la gare de St Georges de Commiers. Il s'agit d'un chasse-neige rotatif, qui vu son état ne doit plus rouler.

Le train prend ensuite de l'altitude et l'on découvre le Drac, aux eaux très bleutées, retenu ici par le barrage de Notre Dame de Commiers.

Ensuite, la voie surplombe la vallée du Drac et ses nombreux méandres. Par certains cotés, notamment les larges boucles, on se croirait en Ardèche!

Par endroits, la voie est vraiment accrochée à la falaise. Sa construction a été une prouesse technique, et afin d'obtenir une sorte de "plat" pour poser les fondations, la roche a été attaquée à coup de canons depuis la rive opposée. On ne reculait pas devant les grands moyens pour le Chemin de Fer!

La rame s'arrête un instant sur le "Grand Balcon", que l'on voit sur une des photos précédentes. On a alors une belle vue sur le barrage du Monteynard et sa retenue.

Sur ces photos, on distingue au fond à droite le Mont Aiguille. Je l'avais déjà photographié lors d'une autre virée ferroviaire: la ligne Grenoble-Gap passe à son pied.

Bon, c'est pas tout ça mais vous n'avez même pas encore vu le train! Voilà donc notre vaillante locomotive, tirant sans peine notre petit convoi.

Après quelques virages, la ligne entre vraiment dans la montagne et le paysage change un peu. Ici, on découvre un charmant village entouré de verdure!

Voici le château de la Motte les Bains. Il a servi un temps d'établissement thermal mais est aujourd'hui privé et ne peut être visité.

Ce qui n'empêchera en aucun cas notre train de continuer à brinquebaler sur son chemin!

Arrivée en gare de La Motte Les Bains, sur fond de montagnes enneigées.

Si son quai n'est plus utilisé depuis presque 60 ans, le bâtiment-voyageur est habité et possède un charme certain.

C'est à cet endroit que nous croiserons le train descendant, mené par la motrice N°7. L'écartement de la voie est d'un mètre, contre 1,435 pour les voies dites "normales", ce qui autorise des courbes plus serrés et un profil moins favorable: l'idéal pour la montagne.

Prochain arrêt: La Motte d'Aveillans! En fait, ça n'est pas loin à vol d'oiseau, mais le chemin de fer n'aime pas trop les terrains accidentés: c'est donc aux prix de nombreuses courbes que nous nous dirigerons vers le village suivant.

Évidemment, il y a également de nombreux viaducs. On distingue les poteaux caténaires de la ligne sur deux niveaux, dans le fond de la photo, témoignant des détours que nous allons effectuer! Les ingénieurs ont dû se creuser la cervelle pour vaincre la montagne!

Et voilà, un petit arrêt à La Motte d'Aveillans, le temps pour moi de faire quelques photos de la locomotive. Reçue par la compagnie en 1932, elle s'acquitte encore sans soucis de sa tâche!

Elle est baptisée du nom de la gare origine de la ligne.

Autres vues... La dernière présente le sigle de la compagnie: St Georges - La Mure - Gap. Ils ont été apposés un peu vite: si les travaux ont bien commencé, la voie n'a jamais atteint la capitale des Hautes-Alpes...

La Mure! Ici La Mure! Terminus!

Afin de repartir en sens inverse, la locomotive est décrochée...

Puis retourne se mettre en tête après que le mécanicien aie manœuvré aiguilles et fourgon. J'aime beaucoup la forme de ces locomotives!

Et voilà, la rame est prête au départ pour le trajet du retour. Au fond, on aperçoit un bus Transisère, triste remplaçant du train pour le service voyageur. Néanmoins, comme des travaux avaient lieu entre sur la ligne SNCF entre Grenoble et Gap, c'est l'un d'eux qui nous a emmené à St Georges de Commiers.

Tiens donc, voilà deux voyageurs qui ne me sont pas inconnus!

La voie est libre, c'est bon, on peut y aller! Ah, non, attendez moi!!!!

Nous voilà donc sur le trajet du retour. Les poteaux caténaires ne sont pas d'origine, ils ont été changés sur quasiment tout le parcours en 2008, ce qui explique l'anachronisme existant entre eux et le reste du paysage ferroviaire.

Voici un puits de mine. Ils étaient en quelque sorte la raison d'être du train, et ont été définitivement fermés en 1997.

Témoignant des nombreuses boucles de la ligne, cette photo montre le viaduc du "Petit Loulla"...

Et voici le "Grand Loulla", d'où la photo précédente a été prise. Celle-ci l'est donc depuis le Petit Loulla... Drôle de parcours!

Ce qui est bien, c'est qu'on peut aller sur les plates-formes. J'aime bien cette photo, parce qu'on a l'impression qu'on va très vite alors qu'on ne dépasse jamais les 30km/h. On est loin du TGV!

Derniers regards sur la Motte les Bains, avec un des Loulla au fond.

Allez, une vieille voiture quand même. Elle se trouve à la gare de la Motte les Bains.

Bon, c'est vraiment pas souvent que j'aime bien une photo où j'apparais, donc, dans un élan de modestie infinie, je la poste ici :) Merci à Maman de l'avoir prise!

J'aime bien ces paysages de moyenne montagne, ils sont paisibles je trouve.

Revoilà le barrage du Monteynard. Des amateurs pour un plongeon?

Par terre, à coté du nouveau, on distingue un vieux poteau en béton pour la caténaire.

Ah, il semblerait qu'en fait, on ne puisse pas plonger!

Dommage, parce que ça donne vraiment envie!

Voilà... C'est déjà St Georges de Commiers, terminus de la ligne et gare en correspondance avec le réseau SNCF. On y retrouve la motrice N°7, croisée à l'aller. Notez que sa peinture semble plus ancienne que sur la N°6.

Celle-ci est plaquée au nom de La Mure.

Quant à la numéro 6, elle s'en va trouver un repos bien mérité après une dure journée de labeur!

Le bâtiment de la gare. Les voies du train de la Mure partent derrière celui-ci, la ligne SNCF Grenoble-Gap passe tout à gauche de la photo. À ma connaissance, la gare en elle-même ne sert plus que pour le chemin de fer de la Mure.

Les voyageurs SNCF doivent se contenter de cet abri de quai. Plusieurs trains s'arrêtent encore ici, mais je pense que si le train touristique n'était plus là, ça ne durerait pas...

C'est sur cette photo d'une ligne qui a été menacée de fermeture à cause de son mauvais état que s'achèvera ce reportage. Une image représentative de beaucoup de voies en France! S'enfonçant dans les montagnes, la ligne Grenoble - Aspres Sur Buëch - Gap voit aujourd'hui passer des TER à une vitesse inférieure à celle qu'avaient les express à vapeur, faute d'entretien. Il y a encore un passage à niveau manuel sur cette ligne! Néanmoins, juste avant le désastre, quelques travaux ont eu lieu et certaines zones à vitesse réduite ont pu être supprimées.

J'espère que ça vous aura plu, en tous cas ce touristique vaut vraiment le détour. Les paysages sont superbes, et c'est un petit train comme je les aime! Dommage qu'il aie un peu perdu de son authenticité avec les commentaires un peu plats de l'animatrice...
Merci à Maman et à Guilhem de m'y avoir accompagné!