dimanche 28 mars 2010

Groix'perçu

J'ai eu le temps de traiter de nouvelles photos de Groix (datant de Toussaint 2009) pendant mon trajet en TGV de tout à l'heure. Avant d'aller me reposer, je vous en propose donc un petit aperçu. En espérant que ça vous plaira...

À la Pointe des Chats, la mer s'invite dans les anfractuosités du rivages, coulant et refluant sans cesse...

Près de Pen-Men... J'aimais bien le contraste entre le ciel et l'herbe, pour un peu on se croirait en Écosse ou quelque-chose comme ça. Enfin, je sais pas trop ^^

Paysage grisâtre non loin des Grands-Sables. Dommage pour la lumière!

Deux vélos se reposent le long de la côte sauvage. Bon, j'ai essayé de faire un truc mais c'est pas vraiment ça ^^

De nombreux bateaux de plaisance attendent bien sagement à Port Tudy.

Voilà, la suite arrivera bientôt, si ça vous dit. J'ai aussi commencé l'article sur l'Auvergne, traité les photos de Fay Aux Loges et je réfléchis à un article sur "ma vie de tous les jours" à Paris. Je pense que je vais essayer d'en faire un petit texte, comme autrefois avec Champo. Ça m'inspire assez!

Sur les rails du Massif


Il y a environ un mois, à la fin février, je me suis rendu avec mon père dans le fin fond de l'Auvergne pour y faire une virée ferroviaire. Le temps n'était pas vraiment de la partie, sauf le jour de la balade (tant mieux!) donc les photos ne brillent pas par leurs couleurs... Néanmoins, j'espère qu'elles vous donneront un peu l'envie de découvrir le Massif Central et ses alentours!

On commence par une photo... d'une route! Ça alors, voilà qui ne me ressemble pas vraiment. Vous vous doutez donc bien que ce tunnel a quelque-chose de particulier. Gagné! Le Tunnel du Roux, qui relie le village du même nom et St Cirgues en Montagne, en haute Ardèche, n'est pas un tunnel routier comme les autres. Avec plus de 3,3 kilomètres de long, l'impressionnant ouvrage était destiné à accueillir, vous l'avez deviné, une ligne de chemin de fer. La "Transcévenole" Le Puy - Lalevade d'Ardèche, en l'occurence. Malheureusement, ce projet fou qui devait comporter autant d'ouvrages d'arts incroyables (tunnels, viaducs, boucle hélicoïdale sur quatre (!) "étages"...) ne sera jamais achevé, et le Tunnel du Roux n'aura jamais vu passer que des voitures "routières". Le Viaduc de la Recoumène, lui aussi terminé, sert actuellement au saut à l'élastique. En tous cas, quand on passe par là, on se demande bien où les ingénieurs voulaient faire passer la ligne. Le tunnel débouche sur une plate-forme sur laquelle on aurait bien du mal à faire rouler un train, et le paysage environnant n'est constitué que de profondes vallées escarpées. C'est très impressionnant de voir les efforts qui ont et auraient été consentis pour construire une ligne "locale". Et puis, franchir le tunnel du Roux est tout aussi impressionnant: 3300 mètres dans un tube entièrement noir ou presque, perdu au milieu de rien, c'est vraiment curieux.

Afin d'acheter du pain, nous avons ensuite fait un petit détour par Langogne, en Lozère. Paisible bourgade de 3000 habitants environ, Langogne a le grand intérêt de posséder une gare sur la célèbre Ligne des Cévennes. Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, 2007 en fait, une relation directe pour Paris y était maintenue grâce au Cévenol, aujourd'hui limité à Clermond-Ferrand.

Les vastes installations de Langogne, ancienne gare de bifurcation, tranchent avec l'X73562 qui parait minuscule le long de tels quais... Et oui, il fut un temps où le Cévenol était composé de très nombreuses voitures! Aujourd'hui, il n'en compte plus que trois et son avenir est plus qu'incertain, tout comme celui d'une partie de la ligne...

Notre TER s'en va vers Alès, emmenant un nombre non négligeable de personnes. Comme en témoignent le sémaphore mécanique et le vieux panneau TT (marquant l'endroits où Tous les Trains doivent s'arrêter), la modernité n'est pas vraiment arrivée sur les infrastructures de Langogne... En tous cas, le guichet est encore ouvert et la gare est remplie d'affiches et d'articles de journaux sur la sauvegarde de la ligne. Voilà une vraie gare attachée au chemin de fer, ça fait plaisir!

Deux petites photos de la cascade de Saillant, à coté de St Nectaire. Malheureusement, la lumière n'était vraiment pas géniale... Il y a deux cadrages et deux réglages, l'un avec un temps de pose plus long, ce qui permet d'obtenir cet effet de flou sur l'eau.

Les plafonds de l'église de St Nectaire. Elle est vraiment très belle, mais je n'ai pas fait de photo vraiment satisfaisantes de l'extérieur à cause de la lumière, vraiment mauvaise.

Pas besoin de légende, tout est marqué sur le panneau :) En tous cas, il faisait un temps de chien, il pleuvait et il y avait un sacré vent. Entre l'endroit de la photo et le refuge au fond, on a eu le temps d'être trempé jusqu'aux os!

^^ Passons aux choses sérieuses! Nous sommes partis de Laqueuille à 7h26 pour nous diriger vers Brive La Gaillarde. En chemin, notre TER matinal à destination de Limoges Bénédictins croise en gare d'Ussel un mouvement pour Clermont Ferrand. L'occasion d'un arrêt plus long que la normale, ce qui m'a permis de prendre quelques photos. Une voie a été déposée, ici aussi la grandeur du Chemin de Fer d'antan a disparu. Néanmoins, les TER continuent de rythmer la gare et sont assez bien remplis. Ça fait plaisir!

"Ussel, ici Ussel" déclame Simone dans les hauts-parleurs. Ça m'a surpris qu'elle aie été installée ici! Dans les "petites" gares ça me fait toujours bizarre, je trouve ça moins humain qu'un agent présent sur place quand même.

Nous sommes ensuite descendus à Meymac, petite gare de bifurcation fort sympathique. Le TER qui nous y a emmené s'en va désormais vers Limoges; de notre coté nous prendrons le suivant, trente minutes plus tard, pour atteindre Brive la Gaillarde.

Symbole d'un passé révolu, une grue à eau destinée à alimenter les gloutonnes locomotives à vapeur trône encore fièrement sur le quai. Là encore, la lumière était moyenne, je n'ai pas pu faire grand-chose. Mais comme on ne trouve pas de telles "reliques" partout, j'ai decidé de la poster quand même :)

Après une escale-repas à Brive, nous avons pris le bus entre cette gare et St Denis Près Martel. En effet, en raison de travaux sur les voies, le TER Brive la Gaillarde => Rodez que nous allions emprunter était amorcé à St Denis. Voilà qui est une bonne chose, on entretien enfin les voies fatiguées de la région! En tous cas, St Denis Près Martel m'a tapé dans l'œil. Gare de bifurcation là aussi, les installations semblent tout droit sorties d'un autre temps. Signalisation mécanique, quais décrépis, panneaux rouillés, leviers des aiguilles accolés au bâtiment... Tout ça avait un charme fou! Le temps semblait s'être ici arrêté, bien loin du TGV. Sur la photo, le Soleil s'est caché derrière un gros nuage. Mais il est peu courant de voir autant de signaux mécaniques en si peu d'espace de nos jours! On peut y voir un Carré Violet, des Carrés et des Avertissements. Les TIV (Tableaux Indicateurs de Vitesse) 30 indiquent la vitesse à ne pas dépasser au franchisememnt des aiguilles de sortie de la gare. On regarde ici en direction de Aurillac, Figeac et Souillac, dans l'ordre des voies que l'on distingue au fond. Pour notre trajet, celle d'Aurillac aurait été la plus rapide, mais vu le peu de circulation sur cette branche, il n'était pas possible de l'emprunter pour rentrer. On a donc fait le grand détour par Figeac, pour descendre et remonter ensuite vers le Cantal (je posterai une carte, ne vous inquiétez pas). Quant à la branche de Souillac, elle est exploitée par un chemin de fer touristique, mais celui-ci s'arrête quelques mètres avant la gare SNCF, RFF demandant des sommes exhorbitantes pour que le train touristique s'avance sur son réseau. Désespérant, c'est du grand n'importe quoi. Qu'on ne vienne pas me dire qu'il y a trop de trains sur cette ligne! Ils pourraient faire un geste... Mais non. La cupidité de RFF est l'une des raisons des difficultés du Mastrou, qui empruntait le "Réseau Ferré National" sur... 2 kilomètres, payés au prix fort.

Dans un élan inespéré de bonté, le soleil a décidé de percer au travers des nuages pour que je puisse vous montrer une photo décente de notre TER à destination de Rodez, que nous emprunterons jusqu'à Figeac. J'aime bien cette photo :) Là encore les installations de la gare laissent songeur quant à son activité passée. Cependant, ici, un Lunéa circule encore! C'est complètement étonnant, quand on parcourt la ligne et qu'on voit les toutes petites gares qu'il dessert. Enfin, vous vous en doutez, le Lunéa Rodez/Albi => Paris en question est TRÈS menacé. Un beau gâchis en perspective. Bref, en tous les cas la section de ligne entre St Denis Près Martel et Figeac est absolument superbe. Parfois on a vraiment l'impression d'être au milieu de nulle part, puis surgissent des gares fort sympathiques, à des lieues du TGV. Et des gens montent et descendent, preuve de l'utilité du train. Utilité qui serait renforcée si on ne se trainait pas à des vitesses d'escargot sur certaines sections, bien sûr... Je ne regrette en tous cas pas le détour via Figeac!

Nous voici donc à Figeac. La gare est vraiment chouette, c'est aussi une gare de bifurcation. Cependant, à l'inverse des autres, le bâtiment est placé "perpendiculairement" aux voies, qui forment un triangle autour de lui. Cette configuration étonnante se retrouve également à Montmélian (entre Grenoble et Chambéry), à Lyon St Clair (fermée aujourd'hui) ou de façon encore plus surpenante à La Voulte, du temps de l'ancienne gare. En tous cas, je suis ici dans la pointe formée par les deux lignes, qui est ici agrémentée de grands arbres et de verdure. Une gare ma foi fort sympathique!

Nous avons ensuite pris le train pour Clermont-Ferrand, via Aurillac, Le Lioran, Murat, la vallée de l'Alagnon et Neussargues. Là encore, les paysages sont vraiment chouettes. La neige était au rendez vous au pied du plomb du Cantal et notre TER Toulouse => Clermont déjà bien plein s'est rempli de skieurs. C'est un vrai bonheur de voir tout ces gens qui préfèrent se rendre sur les pistes en train, sachant que la petite gare du Lioran est équipée de consignes, d'un téléski pour se rendre sur le domaine skiable et que la région offre des tarifs très intéressants sur les combinés TER+Forfaits. Ça me désole qu'il ne soit rien proposé de tel à Luchon, où la ligne, jadis reliée à Super Bagnères via un chemin de fer à crémaillère ,se morfond dans sa vallée avec son unique TER quotidien... Je suis certain qu'il y a du potentiel, ne serait-ce qu'au moins en hiver. Ensuite, de Clermont-Ferrand, nous avons attrapé le dernier TER pour le Mont-Dore et sommes arrivés à Laqueuille à 21h26. Une longue et fort agréable promenade ferroviaire, qui n'aura même pas coûté la moitié du prix d'un aller TGV Paris-Pierrelatte en heure de pointe... Au passage, l'Hôtel de la Gare (si c'est pas un hôtel pour moi, ça ^^) à St Sauves d'Auvergne est vraiment chouette, et la gérante très sympathique. Elle nous avait attendu pour qu'on puisse manger malgré l'heure tardive! Bon, située sur l'antenne du Mont-Dore, la gare a disparu depuis longtemps et le modeste quai qui l'a remplacé n'est plus desservi par les rares TER de la ligne, mais je vous conseille quand même cet hôtel. ;)

À défaut de pouvoir la parcourir en train, le lendemain en repartant nous sommes parti du coté de l'antenne Laqueuille - Le Mont-Dore, qui m'attire depuis longtemps. Ce petit bout de ligne a connu son heure de gloire lorsque le thermalisme était en vogue dans les hautes sphères de la société. Certains trains le desservant étaient uniquement première classe, signe de la richesse de la clientèle visée. De cette grandeur passée, il ne reste malheureusement pas grand-chose. Ah si, comme vous le voyez, les bâtiments des gares sont impressionnants. Ici, celui de La Bourboule rentre difficilement dans l'objectif... La photo est moche mais je pouvais difficilement faire autrement. Pourtant, La Bourboule ne compte que... 2000 habitants environ.

Le très grand hall d'accueil, les consignes et même la vieille salle d'attente désormais fermée donnent au tout une ambiance extraordinaire. D'autant que, dans cette dernière, d'antiques affiches de publicités pour la SNCF sont encore visibles. C'est la première fois que je vois ça! Vous découvrez ici le très bel abri de quai de la seconde voie de la gare, désormais inutilisé. Soupir...

Là aussi les quais semblent démesurés à la vue du trafic actuel. Seule la première voie est encore utilisée pour les trains de voyageur. Jusqu'en 2006, un train direct pour Paris circulait encore ici. Baptisé "Le Thermal", il n'a malheureusement pas survécu au tout automobile et au tout TGV.

Néanmoins, tout n'est pas si noir sur notre sympathique petite antenne. Face à la volonté du client, le train est de nouveau le mode de transport utilisé pour transporter les eaux minérales du Mont-Dore, dont la gare est visible sur la photo. En théorie, 13 wagons sont chargés un peu après La Bourboule tous les jours. Voilà qui soulage les routes de nombreux camions! Cette reprise du trafic fret sur la ligne est vraisemblablement l'une des raisons qui explique qu'elle n'aie pas encore fermée. D'autre part, le Mont-Dore et La Bourboule ayant troqué leur rôle de cité thermale contre celui de lieu de villégiature hivernale, les (trop) rares trains TER qui se rendent au Mont-Dore à la saison des neiges sont bien remplis. Il faut même parfois deux autorails pour contenir tant bien que mal tous les passagers! Là encore ça m'a fait super plaisir de voir tout ce petit monde se bousculer dans le hall de la gare, qui retrouvait ainsi l'agitation propre aux grands départs. Impossible de caser autant de voyageurs et de bagages dans un bus, bus qui vont plus vite que le train sur cette ligne. Forcément, quand on voit la superbe route avec déviations (si si, y a des ponts au milieu de rien pour éviter de croiser des minis carrefours) et compagnie construite pour s'y rendre et que l'on compare avec l'état des rails...

Voici donc l'un des trois TER quotidiens à desservir Le Mont-Dore en période hivernale. Comme vous le remarquez peut-être, les rails sont à double champignons. Ce type de rail n'est plus utilisé depuis bien longtemps et vu son grand-âge, il ne permet que des vitesses très réduites. Toutefois, comme je le disais, le train était plein (plus de 30 minutes avant le départ, le premier autorail était entièrement rempli avec des gens sur les strapontins) et là aussi la région a mis en place des tarifs attractifs combinant train et ski. Des bus sont prévus très régulièrement pour aller sur les pistes (ça m'a d'ailleurs étonné, un moment je me suis presque cru en Suisse) et ils ont la bonne idée de desservir la gare, ce qui permet de se passer à 100% de sa voiture!

Voici deux photos prises depuis le Col de la Croix Morand. Ce jour là, si le vent et la pluie avaient disparu, il n'en était pas de même pour la couche nuageuse... Les clichés sont donc sombres, mais je vous assure que j'adore l'ambiance qui ressort de ces paysages, quand on y est réellement. C'est différent des Alpes et des Pyrénées, pour ce que j'en connais. C'est moins haut, moins escarpé, mais plus "mystérieux", plus... je sais pas en fait. C'est dur à décrire, mais j'adore! (Rassurez-vous, je suis également fan des vallées pyrénéennes, notamment celle d'Aspe. En fait j'adore des tas d'endroits en France!)

Ah ah ah! Sans blague! ^^

Malgré la grisaille, certains endroits des toutes petites routes que nous avons empruntées donnait lieu à de superbes points de vue. On se sent tout seul, perdu au milieu d'une immensité enneigée... Je me demande ce que je ressentirai si j'allais en Alaska. Figurez vous qu'en plus ils ont de chouettes trains là bas, faudra que j'aille y faire un tour un de ces jours ^^ Si les pays "chauds" ne m'attirent vraiment pas, il en est tout autre pour les régions froides du globe... Bref, pour le moment, contentons nous du Massif Central. Qui est déjà absolument fantastique! Par hasard, nous sommes tombés sur un pic qui dominait à presque 360° les environs. N'ayant pas de trépied, j'ai fait des photos en tournant sur moi même et en les visionnant à la suite, le résultat est sympa. Je ne peux donc pas vraiment les mettre ici, ça ne rendrait pas bien une à une. J'essayerai de les coller avec Photoshop si j'ai le courage et que les retours sur cet article sont positifs.


Comme je le disais, pour rentrer en Ardèche, nous avons emprunté le chemin de écoliers en faisant des détours qui auraient donné le mal de tête à bien des gens. Je suis sûr que tu aurais été déprimée, Noëmie ^^ On est resté de nombreuses heures sur la même page du guide Michelin à force de tournicoter dans tous les sens. C'est que c'est pas vraiment droit par là-bas! En contre-partie, nous étions au calme et avons découvert des choses vraiment très chouettes. Il y a de minuscules villages complètement isolés, à l'écart de tout, perdu au bout d'une route en cul de sac. D'autres enserrés dans d'etroites vallées qui s'élargissent soudain. Et puis des paysages... :D Nous sommes tombés sur ce joli petit pont sur une petite route isolée où nous n'avons pas croisé grand-monde. Dommage pour la lumière encore une fois.

Enfin voilà! Ainsi s'achève ce récit d'un petit voyage de trois jours extrêmement agréables. Je remercie grandement Papa de m'avoir permis de le réaliser! Arrivé à Paris quelques jours en suite, le constraste est impressionnant... Je n'ai pas le temps de le faire maintenant, mais je réaliserai une carte détaillée pour vous montrer le parcours ferroviaire réalisé et j'ajouterai des liens vers divers sites pour en savoir plus sur tout ce dont j'ai parlé ici. En espérant vous avoir fait passer une part de mon attachement pour cet endroit étonnant qu'est le Massif Central, que je connais finalement peu, je vous souhaite bon rail et à la prochaine sur Essai Pour Voir!

jeudi 25 mars 2010

Quelques traits supplémentaires...



La dernière version datant d'Octobre dernier et étant donné mon petit voyage auvergnat du mois dernier, il était grand temps de mettre à jour mon parcours sur le réseau ferré national. Voilà qui est chose faite!
J'ai repassé les nouveautés en rouge, les traits en pointillés sont les trajets effectués uniquement de nuit (donc à refaire ^^). Voyons voir un peu quelles ont été les dernières balades réalisées par votre ferrroviphile de service!!

1) La Ligne des Hirondelles, (Dole =>) Mouchard => Oyonnax.
J'ai déjà parlé en long en large et en travers de cette superbe ligne. Pour plus d'informations, consultez les articles Géographie et Hirondelles et Hirondelles, me voilà! Un ajout sur ma carte peu conséquent en terme de kilomètres, mais absolument fascinant de par les paysages et la ligne elle-même.

2) La Ligne des Dombes, Bourg en Bresse => Lyon Perrache.
Alors celle-ci, elle me tendait les bras depuis que je suis à Besançon. En effet, c'est le trajet le plus direct en terme de kilomètre pour rallier la capitale comtoise et Lyon. Seulement, la ligne n'est pas électrifiée! Les Corail Lyon => Strasbourg et les TER Lyon => Besançon font donc le détour par Ambérieu en Bugey et je n'ai jamais eu l'occasion d'utiliser la ligne des Dombes. J'avais bien sûr regardé avec des correspondances à Bourg en Bresse, mais ça se goupillait mal... Mais alors, comment me suis je retrouvé au milieu des Dombes? Fastoche, de façon complètement fortuite! Je vous explique: alors que j'étais encore en "vacances" avant mon stage, je décidais de rentrer à St Marcel pour ensuite partir en Auvergne. En chemin j'avais prévu un arrêt à Donzère pour voir une amie que je salue si elle passe par ici :) Bref. Je pars donc avec le premier TER matinal, aux alentours de 6h en semaine, car sinon cet arrêt est impossible à réaliser de façon satisfaisante. Me voilà donc confortablement installé dans le train, tout se passe bien jusqu'à St Amour, où je trouve l'arrêt bien long pour une si petite gare. Effectivement, le contrôleur annonce un accident à un passage à niveau! Allons donc, encore un zouave qui a dû passer quand il ne fallait pas... Heureusement, nous ne sommes pas le premier train à stopper ici et un bus a déjà été prévu. Après quelques dizaines de minutes, nous voici donc en route pour Bourg en Bresse, où nous reprendrons un train pour Lyon. Et il se trouve justement que ce train était un Bourg en Bresse => Lyon, donc via la Ligne des Dombes! Détail encore plus intéressant, il était assuré ce jour là par deux vieux tromblons, circulation annoncée sur les forums car devenue très rare sur la ligne. C'était donc une double première pour moi, tant pour la ligne que pour le matériel dans lequel je n'étais jamais monté. D'ailleurs, vu la spécificité du train, plusieurs photographes étaient présents le long des voies et l'un d'eux est monté à bord. L'occasion de discuter ferroviaire :D Finalement, j'ai également pu me dépatouiller pour ne pas trop écourter mon passage à Donzère. En bref, un voyage plein de rebondissements qui s'est révélé être très chouette!

3) Ligne de la Bosse, (Mouchard =>) Andelot en Montagne => Frasne
Même si j'ai fait le trajet très tôt le matin (départ 5h et des bananes de Besançon), le soleil commençait à percer à l'arrivée à Frasne, j'ai donc omis les pointillés sur ce parcours. D'autant que l'on a suivi la ligne en voiture sur un bon bout du parcours, et que je devrais y retourner pour faire les deux antennes Frasne => Pontarlier (=> Neuchâtel) et Frasne => Vallorbe (=> Lausanne). La ligne, qui dessert le Haut-Doubs et voit passer les TGV Lyria de et pour la Suisse, traverse la forêt de la Joux et de superbes paysages. J'aime beaucoup! En hiver, c'est absolument génial, avec la neige qui blanchit tout... J'y suis allé pour faire des photos en compagnie de Régis, comme raconté dans l'article idoine.

4) LGV Méditerranée, entre Valence TGV et Lyon St Exupéry TGV
Rien de bien palpitant à ce niveau là par contre. Je pense que j'avais déjà fait ce bout de ligne, mais je n'en étais pas sûr à 100% donc je l'avais laissé vierge. Avec mes trajets Pierrelatte => Paris de ces deux derniers week-ends, j'ai pu le repasser de façon certaine.

5) Autour de Paris
Bon, j'ai pas fait le détail de la région Parisienne... J'ai juste repassé le parcours que je fais tous les jours ou presque depuis que je suis en stage. Il y a d'abord la ligne J du Transilien (enfin, un bout) entre Cormeilles en Parisis et St Lazare, puis le RER E entre Haussman-St Lazare et Magenta et enfin le RER B entre Gare du Nord et Aéroport Charles de Gaulle 1. J'ai déjà fait d'autres lignes autour de Paris, ne serait-ce que pour en partir, mais je préfère mettre le centre de l'Île de France de coté pour le moment. C'est un peu compliqué ^^

6) Dans le Massif Central...
Ajout principal de ces derniers mois, j'ai prévu un article détaillé sur cette longue journée ferroviaire qui m'a emmené sur de nombreuses lignes au charme irrésistible, en plein Massif Central...

Voilà! J'ai de nombreux projets pour la suite ^^ Je vais profiter de Paris pour rajouter quelques longues lignes à mon parcours... La prochaine sur la liste sera certainement la célèbre Ligne 4 entre Paris et Belfort, ou comment faire Besançon => Paris en évitant le TGV xD J'appréhende également la fermeture de certaines antennes où ne circulent plus qu'un aller/retour quotidien, comme celle de Felletin ou Luchon (avec un Lunéa de temps à autres sur cette dernière), mais il m'est très difficile d'y aller, vu la desserte plus que minimaliste!

mercredi 24 mars 2010

Le retour du vrac!

J'ai été pas mal occupé ce week-end et je n'ai donc pas eu le temps de poster de nouveaux articles par ici... Je prends quelques minutes ce soir pour vous mettre d'autres photos issues de mon téléphones, prises ces derniers jours. Bon, je crois que mon iPhone a un soucis avec les photos, c'est souvent flou à droite, donc ne vous alarmez pas sur la piètre qualité des photos. ^^ La lentille doit être sale.

On commence par les tableaux d'affichage du RER E. Je sais pas pourquoi mais je l'aime bien, ce RER ^^ En tous cas sur le bout de trajet que je fait. J'aime bien les vastes tunnels et leur architecture, et je trouve ça impressionnant de voir la rame débouler et se garer pile poil comme il faut sur le quai, avec une marge d'erreur plus que réduite. Par contre il a un gros défaut, ce sont ses tableaux d'affichage. Comme vous pouvez un peu vous en rendre compte sur l'image, il faut être collé dessous pour voir quelque-chose, et encore... C'est écrit minuscule! Dommage, au moins ça défile pas (à l'inverse des écrans modernes dont je vous parlais précédemment) et ça s'intègre bien avec le reste de la station. Ils auraient vraiment dû mettre des cases et une police plus grosse.

Alors par contre ÇA, c'est ce que j'appelle un VRAI tableau des départs! Celui-là, si on le rate, c'est qu'il faut changer de lunettes! Et puis je trouve ça plus rigolo un "flap flap" que les écrans modernes à LED (bon, ça c'est personnel, tant que c'est écrit suffisamment lisiblement sur les nouveaux... Mais je trouve que ça a plus de charme quand ça change d'affichage quand même ^^). Il se trouve Gare du Nord, et il y en a au moins deux de cette taille là. Jusqu'à récemment, je ne connaissais de Gare du Nord que la gare souterraine du RER B et D, pas vraiment folichonne, bien au contraire. Un jour, pas de très bonne humeur, ayant besoin de prendre l'air et de me ressourcer un peu dans un environnement familier rempli de trucs roulants sur rails, j'ai décidé que quitte à passer tous les jours à Gare du Nord, tant qu'à faire aller voir à quoi ressemblait la gare la plus fréquentée d'Europe. Et là: Ouahhhhhh! Ça, c'est de la gare!! C'est immense, la marquise est vraiment grande et y a tout plein de trains différents: TGV, Thalys, Eurostar bien sûr, mais aussi des Intercités et des TER. Sans compter les Transiliens, un peu à l'écart, et les RER au sous-sol. J'ai été assez soufflé quand je suis arrivé dans le hall. On est à des lieux des lubies architecturales des gares TGV modernes. J'aime beaucoup! Et puis quand je suis sorti, même si une bonne partie était cachée par des échafaudages, la façade m'a bluffé. Imposante de par ses impressionantes dimensions, elle l'est tout autant par les statues qui l'ornent. C'est vraiment chouette, avec les inscriptions de toutes les villes principales desservies, dans la plus pure tradition ferroviaire! Rien à voir avec les logos autocollants "SCNF Transilien" bariolés, ou avec l'espèce d'horreur bétonnée de Paris Montparnasse xD En plus ils semblent être en train de lui donner une seconde jeunesse et je dois avouer que le résultat est assez chouette. Elle semble comme neuve dans les parties restaurées. Bref, j'ai eu un coup de cœur pour cette gare! Du coup, j'ai décidé de marcher encore un peu pour aller voir la Gare de l'Est, située pas si loin finalement. Elle est moins impressionnante, mais elle a également son charme. Je trouve que les gares "à l'ancienne" sont quand même nettement plus sympathiques que les modernes... Par contre ce qui est marrant à la Gare de l'Est, c'est qu'elle est remplie de boutiques en tous genre: la Poste, vêtements, jeux vidéos et tout un tas d'autres trucs. Je n'avais jamais vu ça dans une gare française, je pense qu'ils ont instauré ça avec l'ouverture du TGV Est, profitant d'une réorganisation de la gare, sachant que dans d'autres pays (comme l'Allemagne ou la Suisse) c'est beaucoup plus répandu. Il n'y a pas vraiment de marquise, donc c'est moins imposant que Gare du Nord, mais c'est sympa quand même. Tant que j'y suis, parlons un peu de St Lazare, gare dans laquelle je passe tous les jours. Elle aussi est en travaux, donc on ne se rend pas bien compte de l'architecture, mais j'aime bien les réverbères anciens sur les rampes d'imposants escaliers à l'entrée. Je suis sûr que plus personne ne les remarque, et c'est bien dommage. Mais ce qui frappe surtout à St Lazare, c'est le nombre ahurissant de voies à quai, le tout sous une imposante verrière. Quant à Gare de Lyon, j'ai enfin trouvé les blasons des villes desservies! Ils étaient sous mon nez depuis longtemps, mais ils sont tellement mal mis en valeur que je ne les avais jamais vu. C'est bien dommage. Mais le beffroi de la gare tête de ligne du PLM (Paris Lyon Méditerranée) est sans conteste ce qui fait l'originalité de Paris Lyon. Là encore, la marquise et l'architecture traditionnelle font que j'aime bien la gare, surtout qu'elle me permet de rentrer au choix à Besançon, en Ardèche ou à Grenoble! Et puis y a une certaine ambiance avec les palmiers, le célèbre restaurant Le Train Bleu et les superbes fresques ornant la galerie abritant les guichets. Par contre j'aime pas la partie moderne, exiguë et pourvue de simple abris parapluie... Normalement, elle va être profondément remaniée bientôt ;) Bon, je parle pas de Montparnasse, qui ne présente aucun intérêt :p C'est du béton, c'est nu, c'est fade, c'est en souterrain, c'est sombre, c'est pas pratique, c'est moche. En tous cas je trouve ^^ Par contre, ils ont fait l'effort de mettre sur la façade les noms des gares desservies, comme à l'ancienne. Un bon point donc... Et y a du matériel sympa, notamment les plus vieilles locos électriques encore en service à la SNCF. Au final, des gares principales de Paris issues des anciennes compagnies et encore en service, il ne me reste plus qu'à découvrir Paris Austerlitz. La suite au prochain numéro :) Si j'ai le temps je ferai des photos avec mon appareil, et vous ferai un artice séparé pour chacune des gares que j'aime bien. (Montparnasse, j'ai des doutes xD)

Haha! Ça m'a fait rire ce truc là ^^ C'était dans une vitrine entre la Gare de l'Est et Madeleine. C'est plutôt rare de voir un truc tourner sous Mac OS X dans la rue, comme ça! Mais comme quoi, y a pas que Windows qui "bugue". Vous avez la preuve de ma parfaite objectivité, j'aurais pu passer la photo sous silence. Encore que là, c'est juste le programme utilisé qui n'arrive pas ou plus à se connecter à Internet, c'est pas vraiment un bug, à l'inverse des affichages du RER ;) L'honneur est sauf :D (d'ailleurs l'autre jour y avait encore un joli message d'erreur en plein sur les horaires du RER B, et l'autre jour encore, c'était un message d'éjection de je ne sais trop quel périphérique! Pratique... :s)

Devinez où c'est? Je vous présente la mairie de Roissy en France! Étonnant, non? On a du mal à croire que juste derrière moi se situe une impressionante zone hôtelière, qu'à ma gauche un Boeing 747 est en train d'aterrir dans un fracas tout ce qu'il y a de plus aérien et qu'à ma droite c'est un modèle inconnu qui fait de même. xD Et c'est pire quand ils décollent de ce coté! Ça fait un de ces boucans, certains passent vraiment près du sol (on se demande s'ils vont arriver à s'envoler) et en plus ça pollue un max. Et puis Roissy est vraiment situé entre l'axe des deux pistes... Je sais pas si je pourrais supporter de vivre ici. Le parc autour de la mairie est vraiment mignon, mais bon, ça n'atténue en rien le bruit et le cadre tout autour: avions, hôtels, pistes, bretelles d'accès routier dans tous les sens, immenses hangars divers et variés... Beurk! Heureusement, l'endroit où je fais mon stage a aussi un certain avantage... ;)

Voilà voilà, finalement j'ai plus parlé de gares que de photos, sans rien ordonner et du coup c'est complètement brouillon. xD Mettez ça sur le compte de l'agitation parisienne!

mercredi 17 mars 2010

Juste quelques nouvelles


Ces derniers temps, je ne poste pas des masses d'articles sur Essai Pour Voir. Ce n'est pas que l'envie ou les sujets me manquent, bien au contraire... Je suis depuis début Mars en stage chez Transdev à coté de Roissy, et la vie francilienne m'épuise. Je passe en plus pas mal de temps dans les transports, et j'ai donc moins de disponibilités le soir pour écrire ici tout ce que je voudrais. Cependant, j'espère pouvoir me rattraper un peu dans les prochains jours. Je vous dévoile donc quelques idées d'articles qui seront vraisemblablement au programme: les quelques photos du séjour auvergnat, des nouvelles des VFF (ça fait un bail qu'il n'y en a pas eu par ici!), un nouvel article avec des photos de mon téléphone (oui, j'ai déjà renouvelé le stock de truc inutiles, donc dont il faut absolument que je parle ^^), mes impressions sur ce début de stage et la vie "parisienne"... Il faut également que je vous parle d'une BD que j'aime beaucoup et que je mette quelques photos de trains réalisées le week-end dernier sur ma chère Rive Droite ardéchoise. Et puis il y a toujours Groix qui traîne au fond d'un tiroir! Bref, j'ai encore de quoi blablater! :p Profitez donc de cette période calme pour fuir loin des articles inintéressants de mon modeste blog...
La photo ci-dessus a été prise à Besançon le 22 février dernier. Alors que je prenais l'air, une grande envie de faire des photos m'ayant prise, je me suis rendu sur les bords du Doubs au moment du coucher du Soleil. La lumière était absolument superbe, je suis resté assis sur un mur à l'observer changer avec les minutes. Et oui, ces derniers temps je suis d'humeur "rêveuse" et "nostalgique"... Bref, j'ai essayé de faire quelque-chose avec, mais malheureusement ça ne rend pas grand-chose, comme toujours. Et puis, le temps de cliquer, la belle lumière était déjà allé voir ailleurs. Mais bon, il me fallait bien illustrer cet article, et je trouve malgré tout que cette photo dégage une ambiance qui me correspond bien en ce moment...
Merci à tout ceux qui continuent à me suivre.

mercredi 10 mars 2010

En vrac!


En attendant les quelques photos auvergnates, voici quelques photos sans aucun intérêt prises avec mon téléphone au cours de ces derniers jours. La qualité n'est pas aux rendez-vous , l'iPhone pêchant pas mal de ce coté... Mais je les mets quand même pour vous embêter un peu! ^^

Bon, cet arrêt de bus bisontin, nommé Languedoc, m'a toujours bien fait rigoler :p Six lignes, et la même destination! Pratique ^^ (bon, en réalité, la ligne A ne circule que le dimanche et la nuit) De toute façon, le réseau de bus de Besançon est construit assez curieusement, il y a beaucoup de lignes qui ont le même terminus/origine, mais des parcours totalement tarabiscotés. Néanmoins, il fonctionne vraiment bien et permet une très bonne desserte de toute l'agglomération. Mais bon, voir toutes ces mêmes destinations regroupées sur un seul arrêt, ça surprend :)

Une pub vue dans TGV Magazine. Je la trouve marrante :) Bon, j'avoue que je me passerais bien du TGV Magazine, en prenant des TER bien moins chers, mais au départ de Paris c'est difficile de trouver quelque-chose de correct -_-

À coté de Gare de Lyon... Mais quelle drôle de question, franchement :p Même s'il faut prendre le TGV, la réponse est évidente (en tous cas pour moi ^^).

Ah ah! Windows dans toute sa splendeur!!!! J'ai pris cette photo à la gare "Aéroport Charles de Gaulle 1" sur le RER B. Sinon, ces nouveaux écrans sont jolis mais vraiment pas fonctionnels., surtout pour le RER ou les trains de banlieue. Ceux sur les quais ne sont pas du tout pratiques, ils n'ont pas la place d'afficher toutes les gares où s'arrête le RER et les font donc défiler. Au moins, avec les vieux, on voyait d'un seul coup d'œil toutes les gares de la lignes et celles qui allaient être desservies par le train! Sans parler du minuscule indicateur "train long" ou "train court", tout juste visible si on est juste dessous les panneaux; ou encore des risques de bugs de ce style présents avec ce genre d'écran. À la gare St Lazare, ils ont remplacé les immenses panneaux "flap flap" que j'aimais beaucoup, certes désuets, mais qui présentaient l'avantage d'être lisibles de très loin. Maintenant on a des amas de gens collés à ces écrans modernes et esthétiques, mais bien trop petits. M'est d'avis que ce truc a encore été pondu par des gens qui ne prennent jamais le train...

Après les premiers jours un peu dépaysants, je me suis fait au trajet que je dois faire matin et soir pour aller de mon "domicile" à mon "travail". Départ Cormeilles en Parisis en train de banlieue, changement à Paris St Lazare pour le RER E, changement à Gare du Nord pour le RER B, puis un dernier changement à Aéroport Charles de Gaulle 1 pour chopper un bus. Voilà qui dure un petit moment quand même, petit moment qui peut s'allonger sensiblement si le RER décide de mal fonctionner :) Dans ce parcours, j'aime bien le RER E, je trouve l'architecture et les rames sympathiques. Je n'y reste que le temps d'une station, mais j'aime bien y descendre. Il doit être vraiment très profond, car depuis le sous sol, on prend encore plusieurs escalators assez impressionnants. On ne se rend pas compte sur la photo, mais celui-ci est vraiment long. Et puis l'avantage c'est qu'il n'y a pas grand monde quand j'y passe. Je choisis l'escalator où personne ne passe, qui m'amène en bout de quai, quitte à marcher un peu plus après à Gare du Nord. Finalement, le trajet ne me déplait pas, j'arrive à être assis en évitant les zones où les gens s'amassent. Et puis on rencontre des gens fort sympathiques quand le RER ne fonctionne pas bien :) Croyez moi, ça fait chaud au cœur, ces jolies rencontres! Et ça, ça n'arrivera JAMAIS dans une voiture coincée dans les bouchons franciliens...