samedi 30 octobre 2010

Un, deux, trois... photo!

Ce soir, j'avais envie de poster quelque-chose sur Essai Pour Voir. Bah oui, je viens de dépasser les 10000 déclenchements sur mon cher Canon 1000D, sans qui je serais bien triste. Alors comme la connexion de l'endroit où je me trouve est parfois un peu capricieuse et surtout parce que j'ai la flemme de continuer à traiter mes photos, je vous propose trois clichés pris ces jours-ci. Juste comme ça.


Alors ça c'est tout flou, mais curieusement j'aime bien quand même. Donc, vous y avez droit et puis voilà. Il faut cependant dire qu'il y avait du vent, que la tige était cassée et que mon objectif n'est décidément pas fait pour la macro =D Mais je sais pas, ça fait un certain effet ici, le pissenlit était vraiment tout rond.


Un peu de spiritualité maintenant, avec cette photo prise dans l'église Notre Dame à Oloron Sainte Marie. Là aussi, ça casse pas trois pattes à un canard, mais j'aime bien.


Alors celle-ci, je l'ai prise "au vol" par la fenêtre de la voiture. Elle ne vaut pas grand chose du tout (qui a encore dit "comme toutes les autres"??? :p). C'est juste pour voir si vous arrivez à deviner ce dont il s'agit, car comme vous pouvez le deviner, ça me tient à cœur. Boah, c'est pas très difficile vu le lieu où à été prise la photo précédente et en me connaissant un minimum, ou même en lisant ce blog. En tous cas, cela laisse présager d'une ou deux photos supplémentaires sur le sujet, évidemment ^^

Voili voilou. À bientôt pour ma 20000e photo :p

samedi 23 octobre 2010

Un tour au musée


Petit article aujourd'hui pour vous présenter quelques photos prises au Musée de Shanghai. Bon, rien d'exceptionnel du coup, ce n'est jamais évident de photographier quelque-chose dans les conditions d'éclairage des musées, sans parler des vitres qui nous séparent des expositions. C'est donc juste histoire de vous montrer deux ou trois trucs, et non pour la qualité des clichés, que je poste cet article.
J'étais déjà allé au Musée de Shanghai et ce qui m'avait le plus plu, c'étaient les calligraphies et estampes traditionnelles chinoises. Cette fois, après avoir patienté de longs moment sous un soleil de plomb dans la file d'attente interminable menant à l'entrée, nous sommes donc retournés voir la salle qui leur était consacrée. Les horaires du Lonely Planet s'avérant être inexacts, nous avons été gentiment reconduits vers la sortie avant d'avoir pu voir beaucoup plus de choses... D'ailleurs, fait rare en Chine, le musée est désormais gratuit. Autant vous dire que le hall était rempli de gens y venant uniquement pour profiter de la climatisation, surtout que j'avais bien choisi mon été: des records de températures ont été battus lors de mon passage à Shanghai... C'est assez surprenant de voir quelqu'un jouer à la PSP dans les escaliers d'un bâtiment renfermant tant de jolies choses!


La calligraphie chinoise m'impressionnera toujours autant. C'est tout bête, et pourtant c'est vraiment très beau.


Il y a plusieurs styles de calligraphie, certains étant beaucoup plus jolis que d'autres. En fait, je dois avouer que c'est à Hong Kong que j'ai vu les plus belles calligraphies et estampes. Leur musée des beaux-arts est un véritable trésor, et pourtant je ne suis pas spécialement amateur d'art! (malheureusement, les photos y étaient interdites...) Le musée de Shanghai a aussi de très jolies pièces, mais moins "spectaculaires". À Hong Kong, il y avait un rouleau de 10 mètres sur j'aioubliélenombredecentimètres calligraphié très finement et parfaitement, c'était absolument magnifique.


Des bambous! J'aime bien les bambous :) 


Encore des bambous! Y a t-il un panda dans la salle? Tiens, d'ailleurs, la prochaine fois que j'irai en Chine, il faudra que j'aille dans le Sichuan pour voir ces gros nounours.


J'aime bien l'apparente simplicité avec laquelle les bambous sont tracés. On dirait vraiment des vrais, alors qu'ils sont en nuance de noirs...


Les peintres chinois semblaient avoir également une affection toute particulière pour les oiseaux. Celui-ci est particulièrement élégant.


La salle des sceaux est aussi très intéressante. Il y en a de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Et puis que seraient les "parchemins" sans leurs innombrables tampons rouges! 


Bon ben celui là devait être le modèle XXL spécial Big Boss ^^ Malheureusement, les explications en anglais étaient succinctes.


Avant la fermeture, nous avons quand même eu le temps de faire un saut dans la salle consacrée aux minorités chinoises, dont l'entrée était gardée par cet imposant dragon. Amateurs de costumes folkloriques, cette partie du musée est faite pour vous! Même si nous ne sommes pas restés très longtemps, j'ai trouvé cette partie plutôt bien faite et mettant bien en avant certains aspects culturels propres aux diverses "ethnies" du pays. 

Voilà, ça sera tout pour aujourd'hui :)

mardi 19 octobre 2010

Et si on prenait un peu de hauteur?


Cette fois, c'est dans les nouveaux quartiers de Shanghai que je vous emmène. Nous voilà donc à Pudong, où les gratte ciel sont tous plus hauts les uns que les autres...




Voici deux vues du bâtiment qui est un peu devenu l'emblème de la ville: l'Oriental Pearl Tower. C'est une tour pour la télé, mais elle abrite aussi un restaurant, un musée, etc. Je ne l'ai jamais visitée.


Voici, à l'heure actuelle, les deux plus hautes tours de Shanghai. Au premier plan, la Jin Mao Tower et ses 421 mètres de haut. Elle a été surpassée en 2007 par le Shanghai World Financial Center, au second plan; atteignant 494,4 mètres, c'est le 3e bâtiment le plus haut du monde.


Vue en contre-plongée de la tour Jin Mao. Je peux vous assurer qu'on se sent vraiment tout petit quand on a affaire à de tels géants!


Le Shanghai World Financial Center est encore plus impressionnant. Honnêtement, je me demande comment on arrive à faire tenir des engins pareils sans qu'ils se cassent la figure les uns sur les autres! ^^


Honnêtement aussi, à partir du moment où j'ai vu que le plancher du point d'observation situé au sommet était en verre, j'ai tout de suite eu moins envie d'y monter. C'était sans compter sur la persévérance de Lina ^^ Ici, le compte à rebours géant qui s'affichait au plafond de la salle où l'on attendait les ascenseurs. Encore 10 secondes avant le grand saut! (si l'on peut dire... ^^)


La Tour Eiffel n'a qu'à bien se tenir, nous ne sommes pas au sommet et déjà à 415 mètres du plancher des vaches. Les ascenseurs étaient particuliers, avec des lumières un peu spéciales. Ça tournait et bougeait pour donner l'illusion de mouvement.


Bon ben on approche du sommet accessible, au 100e étage. En bas, le prix: 150 yuans, soit environ 15€. Ça n'était pas donné, et c'est vraiment cher pour un bon nombre de chinois...


100e étage, terminus! La vue est vertigineuse. Au premier plan, on devine le sommet de la tour Jin Mao, avec l'Oriental Pearl Tower sur la droite. Le long de la rivière Huangpu, The Bund, célèbre avenue avec tous ses bâtiments des années 30, des banques pour la plupart. Le contraste est saisissant entre ces structures, qui paraissent minuscules, et les tours démesurées de Pudong!


Voilà le fameux plancher de verre. Finalement, il y avait aussi des zones opaques, ce qui n'était pas pour me déplaire ^^


=D Expérience quand même assez particulière que celle de marcher sur un sol transparent à plus de 400m du sol!


Shanghai vu du (presque) ciel, avec, sauf erreur, la Century Avenue. Je crois me souvenir qu'Yilun m'avait dit qu'elle avait été dessinée par un français.


Le pont Nanpu, éclairé de façon multicolore. On devine sur la gauche la grande boucle que fait la route permettant d'y passer. C'est assez spécial quand on est dessus ^^ (un petit tour ici vous donnera une meilleure image de cette boucle)


Héhé, moi aussi j'ai réussi à marcher sur le verre d'abord! Je ne regrette pas du tout d'être monté, c'était vraiment une expérience et la vue était sympathique. J'ai vraiment fait des choses dont je ne pensais pas être capable lors de ce voyage ^^


La "Perle de l'Orient", dominant le Huangpu. On distingue un immeuble en construction: il y en a un peu partout, ce genre de choses pousse comme des champignons à Shanghai!


Le SWFC se paie le luxe d'être le plus haut point d'observation du monde et est ainsi inscrit au Guinness. Je ne pense pas que ça va durer, rien qu'à Shanghai une tour qui le dépassera est déjà en construction. La forme particulière du bâtiment lui vaut d'être souvent surnommé "le décapsuleur".


De nouveau la tour Jin Mao, avec tout un tas de ses collègues autour. Les vitres étaient très sales, ce qui explique certains reflets des photos. Vu le nombre de gens qu'il y avait, chacun s'appuyant plus ou moins contre les fenêtres, c'était compréhensible.


Une vue un peu plus large, avec l'Oriental Pearl Tower et la rivière Huangpu.


Le Bund et ses bâtiments datant de l'époque où Shanghai était encore occupée par des occidentaux. Je suis allé faire des photos de jour sur cette célèbre avenue, je les posterai ici bien entendu :)


Ce n'est quand même pas tous les jours qu'on peut voir une tour de plus de 400 mètres de la tête aux pieds! Ça faisait bizarre de se dire qu'on était encore plus haut que ce monstre de verre et d'acier...


En réalité, selon les endroits où l'on marchait, on avait le reste de la tour sous les pieds. Elle a vraiment une forme curieuse.


Quand Shanghai va passer en vitesse lumière, cela donne ce genre de choses. =D


Petit essai dans les escaliers. Oh, rassurez vous, on n'a pas fait les 100 étages à pied. Juste la fin, quelque-chose comme 250 marches il me semble. Cela permettait d'éviter la file d'attente aux ascenseurs. On arrivait au 94e ou 97e, puis après passage obligé par la boutique, on reprenait des ascenseurs jusqu'en bas.


On termine cette série par ces deux caractères, 法国 (faguo). Ils signifient France; en fait loi et pays, mais c'est parce que "fa" ressemble -de loin- au début de France. Que faisaient-ils au SWFC? En fait, il y avait une petite rétrospective sur toutes les Expositions Universelles et nous y avions donc une place de choix :) Au passage, les caractères sont au sol, et cela à bien fait rire les chinois qui nous suivaient quand j'ai fait cette photo. ^^ Mais bon, je trouvais les caractères et l'éclairage sympa, alors tant qu'à jouer les touristes... ;)

Et voilà, ainsi s'achève cet article. J'espère que ça vous aura plu de découvrir ces immenses tours qui défient l'imagination et me font frémir à l'idée des calculs de mécanique qu'elles ont dû nécessiter. 
Car loin des toits pointus et des estampes traditionnelles, Pudong reflète l'un des innombrables aspects de la Chine d'aujourd'hui...

Note: Les hauteurs ont été relevées sur Wikipédia, avec toutes les réserves que cela implique. Oui, je sais, je pourrais vérifier, mais ce soir j'ai la flemme =D

Et merci encore à Lina de m'avoir emmené là-haut ^^

Humeur du jour, bonjour



Petite digression dans l'ordre chronologique de mon voyage en Chine avec cette photo de Victoria Harbour (Hong Kong), le jour de mon départ. De par les sentiments qui m'habitaient quand j'ai appuyé sur le déclencheur, de par ceux que je ressens encore quand je la regarde aujourd'hui et de par un je ne sais quoi inexplicable, j'avais envie de la poster maintenant. 
Elle n'a rien d'incroyable, comme toutes mes photos, mais elle correspond parfaitement à mon humeur du moment. Elle me parle, quoi. Et c'est ça aussi, la photographie, je pense! Je ne sais ni dessiner, ni exprimer de jolies choses au travers de quoi que ce soit. Mais ce que je sais faire, c'est regarder le monde par mon objectif. Le regarder et inscrire dans mes photos ce que j'y vis...

samedi 16 octobre 2010

Besançon by night, tome II


Jeudi soir, je suis allé avec un ami faire de nouvelles photos de nuit de la capitale franc-comtoise. Il m'a montré un endroit que je ne connaissais pas et qui permet de faire de jolies choses avec la Citadelle vue de coté.
Pour cette série, j'ai essayé un nouveau logiciel pour simplifier ma méthode de tri et de traitement. Je commence à en avoir un peu marre de tout importer dans iPhoto, de sortir les fichiers originaux pour les convertir correctement avec Photoshop, puis de stocker les jpg ainsi obtenus dans une seconde bibliothèque iPhoto. Alors j'ai téléchargé la version de démonstration d'Aperture, l'équivalent "pro" d'iPhoto. Certains aspects sont vraiment appréciables (les mots clés classés par dossier et la loupe, j'aime! ^^), mais du coup je suis un peu perdu au niveau des réglages et du traitement. Comme ça simplifie quand même considérablement ma démarche, que ça me fait gagner du temps et une meilleure organisation, j'ai décidé de traiter cette série nocturne avec Aperture. Je vais essayer de le faire pour les séries chinoises à venir, et je verrai si ça me convient du point de vue de la qualité du résultat. Ah, et si je continue avec Aperture, je vais essayer de ne poster que des petites versions des photos dans les articles, avec un lien vers la grande. Ça accélérera considérablement l'affichage du blog. Je pourrais le faire maintenant, mais j'avoue que j'ai la flemme =D 
En attendant, peut-être que certains défauts "techniques" seront encore plus présents qu'avant, mais j'espère que vous apprécierez ces vues de Besançon la nuit :)


Vue depuis le Fort Beauregard, la Citadelle domine le quartier de la Porte Rivotte. C'est quand on est sur ces remparts que le dénivelé est le plus impressionnant, car ils sont très haut et la falaise vraiment à pic.


Petit essai qui ne donne pas grand-chose, mais comme j'aime bien la Citadelle, vous n'y échapperez pas! ^^ La tour dont les fenêtres sont allumées est celle du Roi. Sur la droite, on distingue un petit point lumineux jaune, c'est son pendant féminin, la Tour de la Reine.


Cette vue plus générale laisse voir la cathédrale St Jean, dont j'affectionne particulièrement le clocher. On distingue aussi l'entrée de la Citadelle, dont le bâtiment semble marqué par deux traits lumineux verticaux.


Rassurez vous, ce n'est pas parce que j'ai un trépied maintenant que j'ai oublié ma vieille manie du "quitte à ce que ça soit flou, tant qu'à faire que ça le soit vraiment". =D Vous reconnaîtrez peut-être les couleurs des enseignes des photos précédentes.


La Citadelle sous les feux de la rampe! En hiver et sous la neige, les douves font le bonheur des enfants et de leur luge! Vu les températures actuelles, on ne va pas tarder à revoir ce spectacle, d'ailleurs ^^


Grâce à ma lampe de poche et avec un peu de persévérance, j'ai cette fois réussi à faire la mise au point à peu près correctement sur la demi-lune protégeant l'entrée de la place forte. Elle a été superbement restaurée pendant que j'étais en stage. Si les murs sont en briques dans leur partie supérieure, c'est que ce matériau résiste mieux aux coups de canons éventuels de l'ennemi. Enfin, autant que je me souvienne, c'est qu'il s'effrite plus qu'il ne projette de morceaux dangereux pour les soldats ou les habitants de la Citadelle. Bref, c'est un choix réfléchi de Vauban. ^^


Voici le même mur vu de coté. Pas follement palpitant, me direz vous. En fait, c'est qu'il se passe parfois des phénomènes étonnants sur celui-ci. Jugez plutôt:


=D Il semble que des fantômes hantent les lieux et s'amusent à faire apparaître d'étranges symboles sur les vieilles briques. Plus sérieusement, cette photo a été réalisée sans aucun trucage, et n'a subi quasiment aucun traitement. C'est quand j'ai vu le mur et dans la lignée de ce que j'ai fait à Hong Kong (photos à venir...) avec les immeubles que j'ai eu l'idée d'essayer ce genre de truc. Bon, pour un meilleur résultat, il me faudrait une lampe de poche plus puissante et une télécommande pour augmenter le temps de pose de mon appareil. Je pense que ce petit ustensile va vite rejoindre mon matériel photographique, mon appareil commençant à dater, certains marchands en ligne ne vendent déjà plus celle qui y est adaptée... Bon, sinon, le cadrage n'est pas top, mais au moins j'ai encore une photo que personne d'autre n'a d'un lieu qui doit pourtant être très photographié ^^ Au passage, merci à Seb d'avoir déclenché pour moi l'appareil, ça m'a évité de me dépêcher dans l'escalier!
J'espère que bientôt, je pourrai dédier ce genre de photo et de symbole à quelqu'un...

Bon ben c'est tout pour cet article! J'essayerai d'aller faire bientôt de nouvelles photos de Besançon peut-être plus dans la ville et surtout au moment de la fameuse heure bleue pour avoir de vraies jolies photos. Si le froid, qui commence à se faire sentir sérieusement à ces heures tardives, ne me démotive pas! ^^

Merci encore à la 4L et surtout à son chauffeur pour le transport :) Une pensée pour Lavande aussi, merci pour tes conseils, que j'ai appliqué en faisant ce que j'aime ici: des photos!!!

mercredi 13 octobre 2010

Shanghai, ici Shanghai!


Ce soir, on continue notre petit tour en Chine en nous rendant dans l'une des villes les plus connues de l'Empire du Milieu, et qui reste quand même un peu spéciale pour moi. Bien évidemment et sans même lire le titre de cet article, vous avez deviné que nous allons faire escale à Shanghai!
Inutile donc de vous présenter cette incroyable mégalopole, siège de l'Expo Universelle 2010 et un peu différente de toutes les autres villes chinoises. Pour cette première série, je me consacrerai principalement à l'une des choses que j'avais vues en 2006 et que je voulais absolument revoir.


Sur l'une des nombreuses voies surélevée de Shanghai, on ne risque pas de manquer ce message! De l'autre coté de la route, il était écrit en chinois. Sinon, arrêtés au feu rouge, on peut voir deux taxis de la ville. L'immense majorité d'entre eux sont des Volskwagen Santana, un modèle qui n'a pas très bien marché en Europe, et qui a fait le bonheur des chauffeurs de taxis shanghaiens. Du coup, il y a eu la version 1000, 2000, et même 3000! D'ailleurs j'ai vu beaucoup moins d'anciennes Santana 1000 qu'en 2006, et la relève est arrivée avec un autre modèle de la marque allemande, dont je me suis empressé d'oublier le nom. Vous devinerez aussi les compteurs sur les feux rouges, histoire de savoir combien de temps on va devoir attendre ^^ Il y a les mêmes sur les passages piétons. C'est quitte ou double quand il reste 3 secondes, à nous de choisir si l'on veut courir très vite ou se faire écrabouiller ^^ M'enfin pour tout vous dire, que le feu soit vert ou rouge, c'est peu ou prou la même chose tant il est sportif de traverser la rue en Chine. C'est assez dingue, et une fois qu'on l'a fait à Shanghai ou Beijing, à Paris cela paraît très confortable. Et je n'exagère pas, je vous assure!


Voici l'une des artères les plus célèbres de Shanghai, Nanjing Lu, ou Rue de Nankin en français. Sur une partie de sa longueur, elle est réservée aux piétons et comporte de très nombreux commerces. Comme vous le devinez avec les immenses publicités pour les montres suisses, l'occident est ici très présent de par ses enseignes. Si je ne m'abuse, j'ai compté pas moins de 3 MacDo sur cette partie!


Shanghai garde pas mal de signes de la présence des concessions étrangères, installées dans la ville vers le milieu du XIXe siècle et qui en disparurent après la fin de la Seconde Guerre Mondiale.


Nous voici maintenant dans le "Shanghai Urban Planning Exhibition Center", une sorte de musée consacré à l'histoire et au développement de la ville. Je voulais y retourner car l'impressionnante maquette qui s'y trouve vaut selon moi largement le détour. Si on aime un tant soit peu l'histoire, les anciennes photos et les documents qui relatent celle de Shanghai sont aussi très intéressants. Dans l'entrée trône cette sculpture dorée qui reprend les principaux gratte-ciel de la cité.


Voici donc la maquette en question. Elle m'avait beaucoup impressionné en 2006, et je dois dire que c'était toujours un peu le cas cette fois-ci. Ici, on peut voir le Huangpu qui sépare les nouveaux quartiers de Pudong (à gauche sur la photo, en chinois le nom indique que c'est à l'est du Huangpu) du centre historique de Puxi (à l'ouest, donc. J'aime comment les chinois nomment les choses :p). La plus haute des tours visibles ici n'est pas encore terminée, loin de là.


Le niveau de détail est tout simplement hallucinant. Bon, l'eau est un peu moins bleue en réalité, il faut bien l'avouer ^^ Dans un prochain article, je vous montrerai des photos prises depuis la seconde plus haute tour, qui ressemble à un décapsuleur. En 2006, elle n'était pas terminée! C'est assez fou je trouve. Il ne me reste plus qu'à retourner en Chine quand la dernière, que je trouve particulièrement esthétique, sera achevée :) Sinon, cela m'a fait un peu curieux de retourner à Shanghai, retrouvant certaines choses que j'avais déjà vues, mais lorsque j'étais encore en couple. Cela n'était pas du tout le même ressenti que d'être là "en touriste", sans personne pour traduire le chinois ou nous emmener un peu partout. Mais je suis assez content, car globalement, j'ai réussi à retrouver certains lieux et à plus ou moins me repérer globalement dans le centre. Et puis les circonstances ont fait que j'ai même "découvert" des endroits insoupçonnés de la majorité des touristes ^^


Même l'immense site de l'Expo a été reproduit, toujours avec le même soucis du détail. On reconnaît vraiment très bien les pavillons. Celui de la France est tout en haut, vers le milieu de la photo; c'est un carré creux à droite d'un S renversé bleu. Quant à l'espèce de chamallow rose en bas à droite, qui vu d'en haut tranche un peu avec le reste, c'est celui du Japon.


Petit zoom sur l'immense pavillon chinois, qui dominait bien entendu tous les autres. En forme de pyramide renversée, le bâtiment était très médiatisé et présent partout: affiches, publicités, spots télé, etc. Il ne sera pas démoli à la fin de l'Expo. Les deux petits bâtiments devant lui, en bas à gauche, mettent à l'honneur Macao et Hong-Kong. Un petit coucou à mes amies de cette dernière si elles passent par là :)


Ça, je n'y ai pas eu droit en 2006. Il faut croire qu'ils ont installé un "mode nuit" depuis ma dernière visite!


Une vue plus large, juste pour vous montrer que le site de l'Expo avait lui aussi droit à tout plein de petites loupiottes multicolores. C'était du plus bel effet. Et puis je ne sais pas si on se rend bien compte sur la maquette, mais c'est en fait gigantesque comme surface, d'autant qu'il y avait des choses à voir des deux cotés de la rivière. Pour vous donner un ordre d'idée, le pavillon chinois qu'on aperçoit en rouge à droite fait en réalité dans les 60 mètres de haut.


Comme vous pourrez le voir dans un autre article (oui oui, j'aime vous faire patienter :p), ce pont était, dans sa version grandeur nature, éclairé de façon multicolore.


Juste histoire de montrer le niveau de détail qui est atteint à certains endroits. Je verrais bien un petit réseau de tchoutchou dans cette maquette, moi ^^


Pour vous donner une idée de la taille de la chose... C'est simple, elle prend pratiquement un étage à elle toute seule. Je n'ai qu'à bien me tenir avec mon Fay Aux Loges de 2m sur 2 ^^


Shanghai vu du ciel! En direct de l'hélicoptère de votre envoyé spécial en Chine (C'est pour ça que ça penche ^^).


Vu d'encore plus dans le ciel, autrement dit de l'étage au dessus, ça donne ça. On voit même l'une des gares de la ville sur la droite. Ben quoi, vous pensez pas que j'allais passer ce détail essentiel sous silence, quand même. :)


Pudong, avec ses immenses gratte-ciel, fait face au Bund et à ses édifices des années 30, sur l'autre rive.


Le dernier étage du musée était consacré à la construction des différents bâtiments de l'Expo. Cette photo de photo est une petite dédicace à une personne qui se reconnaîtra sans doute :)


Changement de décor avec ce cliché pris dans une partie rénovée de la concession française. C'est vraiment mignon, avec ces platanes plantés dans les trottoirs, mais c'est devenu extrêmement touristique: il y a des boutiques de souvenirs partout et beaucoup de monde.


Une lampe apposée contre le mur d'une petite place.


N'oublions pas que nous sommes en Chine, tout de même!


Et à deux pas, un immeuble qui ne semblait pas bien vieux. C'est ça qui m'impressionne avec Shanghai, on trouve du neuf au milieu de l'ancien, voire du décrépi ou pire encore. C'est l'un des mots qui me viendrait à l'idée si on me demandait de décrire la ville: "contraste". D'une façon plus générale, je trouve que ça s'applique bien à ce que j'ai pu voir de la Chine. Il y a parfois des différences énormes entre deux lieux séparés de quelques centaines de mètres, voire moins. On passe des audacieux gratte-ciel de Pudong à des rues mal revêtues où les gens étendent leur linge dehors, au milieu de réparateurs de vélos. C'est assez difficile à décrire finalement, mais c'est vraiment frappant. D'autant que je ne suis jamais vraiment allé au fin fond de la cambrousse...


Nous sommes tombés sur ce parc alors que je cherchais mon marchand de petits trains. En effet, mademoiselle mon ex m'avait indiqué qu'il se trouvait près du parc Fuxing, et nous nous y sommes donc rendus. Manque de bol, elle s'était tout simplement trompé de parc, comme me l'apprendra plus tard une petite recherche sur Internet. Sur le moment, je me disais bien que ça ne ressemblait en rien à mes souvenirs! Tant pis, de ce que j'en ai vu, les parcs de Shanghai sont plutôt sympathiques ^^ Au passage, merci à Lina pour sa patience lors de cette chasse à la vitrine remplie de trucs sur rail :) 
Finalement, c'est donc bien plus tard que je suis allé acheter mon cadeau d'anniversaire, après avoir un peu tourné en rond à la sortie du métro quand même. C'était rigolo, la vendeuse ne parlait pas un mot d'anglais et vous pensez bien que je ne savais malheureusement pas du tout dire "décodeur à mettre dans la loco pour que je puisse faire marcher celle que je veux quand je veux" en chinois! Heureusement, avec un papier, un crayon et mes talents de dessinateur (=D), j'ai réussi à obtenir ce que je voulais. Haha, par contre, impossible de lui faire comprendre que je connaissais quelqu'un qui avait une carte de fidélité pour essayer d'obtenir la réduction associée...Je pense qu'en étant à sa place, je n'aurais pas mieux fait d'ailleurs, loin de là. En fait, elle avait l'air très sympathique, mais un peu intimidée je pense. Elle tremblait lorsqu'elle m'a montré le train et elle s'y est reprise à plusieurs fois avant de taper les bons montants sur sa calculette (heureusement, pas de marchandage dans cette boutique, les prix étant inscrits sur les étiquettes et sur le site web). Je pense qu'elle ne devait pas voir de clients occidentaux très souvent. Finalement, je suis bien reparti avec mon train sous le bras (et cette fois il a passé les contrôles de l'aéroport sans que le préposé s'exclame "oh c'est des locomotives" :p). M'enfin je regrette vraiment de ne pas savoir mieux parler le chinois quand même... On passe à coté de beaucoup de choses, et surtout d'énormément de "rencontres" avec les gens, tout simplement. J'aurais l'occasion de reparler de ça lors de prochaines séries, donc comme il se fait tard je ne m'étends pas sur le sujet dans cet article.

(bien sûr, vous n'avez pas remarqué que qui dit nouveau train dit forcément nouvel article sur ce dernier lorsqu'il aura pris ses fonctions sur le réseau des VFF ^^ Vive le modélisme chinois =D)

Voilà voilà, c'est tout pour ce premier lot de photos sur Shanghai. Rien de bien extraordinaire au niveau purement photographique cette fois, moins encore que d'habitude. J'espère cependant que vous appréciez au moins un petit peu partir à la découverte de cette étonnant pays qu'est la Chine en suivant mes pas. Ou plutôt mon objectif...