lundi 16 décembre 2013

En passant par la Lorraine



Samedi, mon petit voyage entre Champagne-Ardenne et Alsace m'a également mené dans l'une des villes les plus connues de Lorraine, Nancy. Les horaires n'étant pas tellement optimisés pour rejoindre Strasbourg depuis Bar le Duc, j'y avais en effet deux heures d'attente (ma tentative désespérée d'attraper le train de 17.15 en descendant d'un train arrivant à 17.15 s'étant soldée par un sprint inutile et deux petits points rouges s'éloignant en bout de quai...). 
Un temps que j'ai mis à profit pour découvrir un peu la ville, et notamment la fameuse Place Stanislas. On m'en avait vanté les mérites et je n'ai pas été déçu. Je l'ai trouvée vraiment magnifique et très bien mise en valeur par les différents éclairages des bâtiments qui la ceinturent. Les magnifiques réverbères coiffés d'une couronne donnent au tout un cachet indéniable. Il faut dire qu'on est accueilli par de belles grilles dorées, qui mettent tout de suite dans l'ambiance!
La place est nommée d'après le Duc de Lorraine Stanislas Leszczynski, qui en commandita la construction au milieu du XVIIIe siècle. Elle a été rénovée pour son 250e anniversaire, l'aspect qu'on lui connait aujourd'hui date de 2005. 
La photo n'est pas géniale : je n'avais pas de trépied. Mais pour une image nocturne à main levée dans le froid, je ne suis pas complètement mécontent du résultat. En tout cas, si vous êtes de passage à Nancy, je vous invite vivement à faire le détour. En plus, ce n'est qu'à dix minutes de la gare :)

Pour en savoir plus:
- Page décrivant la place sur le site de l'Office de Tourisme de Nancy

dimanche 15 décembre 2013

Fin du voyage...



Ce dimanche marque le début du service annuel 2014 pour de nombreuses compagnies ferroviaires européennes. Comme chaque année, des horaires changent, des trains apparaissent... ou disparaissent. C'est le cas des TER qui relaient jusqu'à hier Châlons en Champagne, préfecture de la Marne, à Verdun, située dans la Meuse. Les quatre aller-retour quotidiens en semaine laissent dès aujourd'hui leur place à des bus. L'état de la voie, la faible fréquentation et l'absence d'enjeu politique majeur sur cette ligne inter-régionale rurale auront eu raison de la maigre desserte ferroviaire.
La photo a été prise quelque part entre Suippes et Sainte Menehould, au niveau du PK 214 (point kilométrique). Pour ne pas rater "l'événement", j'avais en effet bricolé un itinéraire hier afin de pouvoir parcourir la ligne avant sa fermeture au service des voyageurs. In extremis, je pourrai donc l'ajouter à ma carte des axes ferroviaires sur lesquels j'ai pu rouler. Maintenant, ce n'est plus possible, et c'est bien triste...

Le service annuel 2014 est également l'occasion d'autres changements, dont le plus médiatique est certainement la mise en service des trains à grande vitesse entre le réseau français et espagnol. Les TGV et leurs cousins les AVE relient désormais Paris, Toulouse ou encore Marseille à Barcelone, pour ne citer que quelques villes desservies. Cette mise en service est un vrai progrès qu'il convient de souligner, et je suis particulièrement heureux de voir que les trains internationaux continuent de reprendre un peu de vigueur. Toutefois, avec un bel enrobage dont les communicants ont le secret, elle est présentée comme si le fait de ne pas avoir à changer de train à la frontière pyrénéenne était une réelle nouveauté. Pourtant, grâce aux voitures Talgo et à leurs essieux à écartement variable, c'était déjà possible dans le passé, de jour comme de nuit. Et c'est discrètement, sans annonces tonitruantes, que la RENFE et la SNCF ont mis fin ce matin au service des "Trenhotel" nocturnes qui reliaient Madrid et Barcelone à Paris. Sans changer de train...

Enfin, pour terminer sur une note plus positive, on notera également la réouverture du Sillon Alpin Sud entre Moirans et Valence. Désormais électrifiée, la ligne s'offre une seconde jeunesse pour le plus  grand plaisir des voyageurs, privés du rail depuis un an.

[edit 19/12/13] Comme on me le fait très justement remarquer dans les commentaires, j'aurais également pu mettre à l'honneur la réouverture de la ligne Paray le Monial - Montceau les Mines - Montchanin, en Bourgogne. Après plusieurs mois d'importants travaux, la ligne a même vu sa vitesse augmenter significativement et passer de 80 avant le chantier à 100, voire 120 km/h selon les sections. En voilà une bonne nouvelle!

lundi 9 décembre 2013

Entre deux



Je suis toujours aussi peu inspiré sur ce que je devrais poster ici. Voici donc une image qui, photographiquement, ne vaut pas grand-chose mais qui présente un ciel assez curieux. La vue est prise depuis le Haut Koenigsbourg, et l'on avait vraiment l'impression qu'un immense couvercle de nuage avait recouvert une bonne partie de la plaine d'Alsace.

vendredi 6 décembre 2013

Là haut, dans la montagne...



N'étant pas très inspiré sur ce que je pouvais poster ce soir, je vous propose un petit retour en arrière. Nous quittons les Vosges, assez présentes sur le blog ces derniers temps, pour les Alpes. 
Nous sommes en mars de cette année et en plein week-end de "super pointes" ferroviaires vers les stations de ski. C'est donc au milieu d'un paysage dans lequel il paraît tout petit que le dernier train de nuit supplémentaire de la journée se fraye un chemin dans la vallée de la Durance. Il vient de quitter la gare de L'Argentière - Les Écrins et se dirige vers son terminus, Briançon, après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres depuis Paris Austerlitz. Les deux vénérables BB67400 ne sont pas de trop pour emporter sa longue composition de quatorze voitures sur les fortes rampes de la ligne! 
Difficile de dire si l'on aura l'occasion de voir de tels trains sur les voies ferrées "montagnardes" de France encore longtemps...