lundi 31 mai 2010

Et de 600


Ceci sera donc le 600e post à venir nourrir Essai Pour Voir. Et, à la différence des précédents "100e", je ne suis pas du tout d'humeur à fêter ça. Pour la première fois depuis pas mal de temps, j'ai décidé après une longue réflexion de republier ici ce qu'il m'arrive d'écrire et que finalement je décide de ne jamais poster. Car en ce moment, cela fait autant sinon plus partie de moi que les engins sur rail et les photos ratées...

Bientôt, cela fera un an. Un an déjà? Cela ne me semble pas passer assez vite… Comme si c'était hier, j'entends les mots fatidiques résonner à mes oreilles.

"Je te quitte."

Affalé dans mon lit, il est minuit, et je n'ai pas envie de dormir. J'ai envie d'écrire, crier ce qui me passe par la tête en ce moment. Aussi surprenant que cela puisse paraître, entouré de ces millions de gens ici à Paris, je me sens terriblement seul. Tous les matins, je dois me lever pour aller dans un des lieux auxquels j'avais juré de ne jamais apporter ma contribution. Je dois faire semblant que ça me plait, dire que tout va bien. Supporter ces fichus avions toutes la journée, passer dans Paris tous les soirs. Mais en fait, j'en ai marre. Vraiment marre. Encore deux longs mois, et après quoi? Un mois de vacances, le retour à l'école et à ses cours aussi inintéressants que le tarmac de Roissy. Et, tout au fond de moi, cette sensation de manque qui m'habite depuis un an. Parfois, elle disparait, c'est vrai… La journée, je n'y pense pas trop. Mais elle revient toujours. Je sais bien que je me plains tout le temps de ça, je sais que c'est bête. Je sais aussi que ça finira certainement par passer, mais je n'arrive pas à oublier. D'ailleurs, je ne crois pas qu'il soit possible d'oublier complètement. Bien sûr, les sentiments pour Yilun se sont évaporés depuis longtemps. Mais pas ce que j'ai pu ressentir pendant trois ans. Pas les sensations…

Ça me manque tellement de serrer quelqu'un dans mes bras, d'avoir quelqu'un avec qui tout partager. J'ai envie de faire à nouveau des bisous, de caresser une peau douce, le soir, dans le lit… J'ai envie d'aimer, j'ai envie qu'elle m'aime aussi. Je ne sais pas encore qui est cette elle, mais j'aimerais tellement le savoir! Parti comme c'est, je vais devoir attendre encore un bon moment, et ça me fait un peu peur parfois. Est ce que je vais rester seul encore longtemps? Est ce que bientôt, je vais pouvoir de nouveau regarder tous les couples qui s'embrassent à la gare sans un léger pincement au cœur? Est ce que, demain, je pourrais de nouveau dire "je t'aime"? Je sais, c'est peut-être très fleur bleue tout ça, peut-être très stupide, peut-être très égoïste, je n'en sais rien. C'est juste vraiment ce que je ressens en ce moment, souvent. Alors on me dit de m'occuper autrement, de me trouver des buts, de faire ce qui me plait. Oui, voir arriver une locomotive à vapeur à Besançon l'autre jour m'a fait vraiment plaisir. Oui, voir des amis ou ma famille me fait beaucoup de bien. Oui, c'est vrai. Je ne crois pas que j'aille mal, je ne suis pas à plaindre.

Mais ça me manque…


mercredi 19 mai 2010

Monts, ici Monts!


Ce week-end, je me suis rendu à Monts. Ça m'a permis de faire un petit retour aux sources et de me reposer loin de l'agitation parisienne et des avions. J'en ai profité pour aller me balader dans la région, en train bien entendu :) J'ai fait pas mal de photos, je vous en propose ici quelques-unes en attendant la suite.

Pas de doute, je suis bien au bon endroit! J'aime bien ces panneaux, présents devant les gares de la région Centre. Ils sont assez esthétiques je trouve.

Voici la cathédrale St Gatien de Tours, ou un bout en tous cas :) C'est une très belle cathédrale, notamment de par ses vitraux qui sont vraiment superbes.

De nombreuses chaises sont disposées sur la Place Plumereau, dans le vieux Tours. Les maisons qui la bordent sont très anciennes... Tours est une très jolie ville :)

Aux abords du Donjon de Loches...

Alors que le soleil s'était caché sous les nuages, voici l'un des gardiens du Logis Royal de Loches. Ce n'est pas courant de voir des chiens sculptés, et vous savez quoi, j'ai plutôt tendance à les préférer comme ça :p

Le gisant d'Agnès Sorel, remis en place en 2005 dans la Collégiale Saint-Ours, toujours à Loches. C'est qu'il y en a des choses à voir dans cette jolie cité! Malheureusement, pour d'obscures raisons d'horaires et de bus, je n'ai pas pu prendre le train pour m'y rendre... Il faut dire qu'un seul aller-retour Tours-Loches est assuré sur les rails les samedis, deux en semaine et un seul aller le dimanche. Le reste, c'est sur la route que ça se passe, en bus. Pas vraiment la panacée pour une ligne d'un autre temps, dont l'infrastructure jalouse celle de la superbe route la longeant...

Ce que l'on peut voir depuis l'une des petites fenêtres du Donjon. J'ai presque réussi à monter tout en haut :p En fait il ne reste grosso-modo que les murs extérieurs, et des grilles ont été placées pour accéder aux escaliers à la place des anciens planchers. Ainsi, on a une vue plongeante sous ses pieds, et ce n'est pas vraiment quelque-chose que j'apprécie :) Je vous montrerai tout ça dans de prochains articles!

Un petit tour sur les bords de l'Indre avant de regagner Paris... Le cadre est vraiment bucolique, et c'est un coin que je ne connaissais pas vraiment ,voire pas du tout. C'est très joli et très vert, j'ai fait d'autres photos, vous verrez. Ça y est, j'ai encore trouvé un endroit en France où j'aimerais bien habiter!

Le Blanc-Argent! Une ligne que je voulais faire depuis quelques temps déjà, et que j'ai donc pu parcourir ce week-end. Si je m'attendais bien à quelque-chose d'atypique, je dois dire que j'ai été servi. C'est absolument incroyable comme ligne ^^ On est à des lieues, mais alors vraiment des lieues, du TGV et même de la plupart des TER. Si les autorails sont très modernes, on ne peut pas en dire autant de l'infrastructure... Mais je vous raconterai tout ça dans un prochain article, parce que sinon j'y suis encore demain, voire après-demain tellement j'aurais de choses à raconter. Je tiens quand même à préciser que la photo ci-dessus a été faite depuis une place passager et non depuis la cabine de conduite :) Incroyable, vous dis-je! (Ah, et la pancarte S n'indique pas une chicane comme je le croyais quand j'étais petit (^^), mais juste qu'il faut que le mécanicien siffle -klaxonne en langage automobile-)

Voilà voilà, la suite au prochain numéro!

mardi 18 mai 2010

À toute vapeur!


Le 9 mai dernier, la 241 P 17 était de sortie sur le réseau ferré national. Après un retour très remarqué à Paris, où les locomotives à vapeur ne sont pas vraiment fréquentes, la P17 s'est rendue à Mulhouse puis s'en est retournée au Creusot en ayant la riche idée de passer par Besançon.
Alors malgré l'impressionante et menaçante couche de nuage, j'ai sorti mon vélo et je suis descendu à la gare. Les photos sont pitoyables, la lumière était vraiment horrible et il s'est même mis à pleuvoir. Mais bon, c'est quand même pas tous les jours qu'on voit ce genre de machine!

Avec une heure de retard, voici donc comme annoncé par les agents de la gare notre "train spécial vapeur" en provenance de Mulhouse. Au coté de son descendant à grande vitesse, il entre à Besançon Viotte sur la voie A.

Ça fume, ça fume! Le mécanicien n'a pas manqué d'utiliser le sifflet au son si particulier de la locomotive pour saluer la foule, venue en nombre malgré le temps plus que maussade.

Encore toute fumante, elle s'immobilise au niveau du bâtiment voyageur et est immédiatement prise d'assaut par une nuée de photographes. Ce que j'aime beaucoup dans ces moments là, c'est qu'il n'y a pas que les amateurs de ferroviaire qui sortent leurs appareils. On croise de tout, il y a même des jeunes filles qui sortent exprès de leur train pour faire une photo de ce drôle d'engin avec leurs téléphones! Sans parler des enfants qui s'amusent à imiter le bruit, des conducteurs de TGV qui descendent pour tenter une photo et des voyageurs qui se demandent bien ce qui se passe. Évidemment, les puristes diront que ça fait du monde devant la locomotive, que c'est pas bien pour les "vraies" photos et patati patata. Mais après tout, le train, c'est fait pour transporter du monde, et sans tout ces gens, il n'aurait certainement pas lieu d'exister...
Vous remarquerez la rame stationnée à coté du train "historique". Il faut dire que la gare est en plein travaux en vue de l'arrivée du TGV Rhin-Rhônne et qu'une des voies est inutilisable... Déjà que d'habitude, ça bouchonne en heure de pointe, alors ce jour là... Plusieurs trains se sont garés sur la même voie, obstruant ainsi la vue sur la machine à vapeur!

Du coup je me suis rabattu sur ce qu'on voyait de l'autre coté ^^ Je vous assure qu'il faut voir ça au moins une fois dans sa vie. C'est extrêmement étonnant comme engin, de la très belle mécanique. Et puis surtout on a l'impression qu'elle vit! On sent sa chaleur, elle fume d'un peu partout et il y a des bruits qui évoquent une sorte de respiration. C'est vraiment très impressionnant. Je trouve ça génial que des gens aient entrepris de sauvegarder et de faire circuler de telles locomotives. Si en Allemagne et surtout en Angleterre c'est monnaie courante (le nombre de machine sauvegardé et proprement hallucinant, et ils en reconstruisent même à partir de... rien!), en France il est plus délicat de passionner le grand-public pour la chose ferroviaire et donc de remplir les trains spéciaux: les bénévoles des associations effectuent un formidable travail et je tiens à les en remercier. De mon coté je pense que je vais adhérer à une association pour la préservation d'autorails dans le Doubs. Il y a celle de la CC dont je vous avais parlé l'autre jour qui me branche bien aussi, car j'aime beaucoup les machines électriques, mais c'est à Avignon... On verra bien, mais de toute façon c'est évident que je participerai à quelque-chose, si un avion ne me tombe pas dessus d'ici là. J'ai déjà adhéré à l'association de défense du Cévenol, mais c'est un peu différent ^^

Détail sur la blason de la ville du Creusot, où est basée notre belle locomotive. Cela permet de faire connaître un peu cette ville au passé cheminot très important ;)

Rencontre entre deux modes de traction vraiment différents... L'automotrice assurait un TER pour Dijon, si je ne m'abuse. Si la locomotive à vapeur porte un éclair symbole d'électricité, c'est notamment pour indiquer de faire attention aux caténaires: le risque d'arc électrique est grand si l'on monte dessus n'importe comment!

Une petite vue de la porte de la boîte à fumée avec le fameux écusson SNCF que j'apprécie tout particulièrement. C'est désuet, certes, mais j'aime beaucoup les logos entremêlés comme ça! C'est moins kitsch que le logo actuel, qui je trouve ne fait pas vraiment "sérieux" en regard de ceux des autres compagnie. Cela-dit il s'adapte bien aux TGV et aux divers documents, je trouve.

Ouf! Pendant un petit moment, la voie B s'est libérée et l'on a donc pu avoir une vue complète de la rame. Je poste ces deux photos car je ne sais pas laquelle choisir, et sur la seconde on peut voir un membre de l'équipe et la cheminée commencer à cracher sa fumée, un peu avant le départ. Oui, bon, c'est pas très écologique, mais une fois de temps en temps... Puis je suis sûr que ça pollue quand même moins que si on avait mis tous les gens dans une voiture ou dans un A380 ^^ Sinon, dans cette ambiance humide et froide, on voit bien toutes les vapeurs blanches qui s'échappent de ci, de là :)

Et voilà, c'est reparti! Là encore la photo n'a pas grand intérêt, mais comme ça on voit un peu la gare et on devine le nuage de fumée blanche dégagée par la P17. Une sacrée locomotive, pour sûr!

J'espère que malgré le temps et la qualité des photos, ce nouvel aperçu de la plus grosse locomotive à vapeur européenne vous aura donné envie d'aller la voir, et que vous avez partagé un peu la grande émotion qui m'étreint lorsqu'un tel train me passe sous le nez.

Vous trouverez toutes les informations sur la 241 P 17 sur son site officiel. La liste des voyages nous apprend notamment que mi-juin, elle se rendra en Ardèche et à Grenoble!! Voilà qui donnera peut-être des idées à certains ou certaines :)

jeudi 6 mai 2010

Un peu de géographie!



J'ai enfin terminé la carte de mon périple ferroviaire dans le Massif Central de fin février. Je vous la propose donc ici pour que vous voyiez mieux mon parcours et toutes les lignes du coin. Du coup, la région couverte est assez grande et la carte pèse assez lourd. Au début je voulais mettre toutes les gares ouvertes, mais ça faisait beaucoup trop, donc je n'ai placé que les "principales". J'entends par "principales" celles où le plus de trains marquent l'arrêt sur la ligne considérée, mais aussi celles de bifurcation ou celles qui sont connues dans le monde ferroviaire. La taille de la police n'est donc pas forcément liée à l'importance de la ville ou du village en question! Il est également possible que des erreurs se soient glissées par-ci par-là, même si j'ai passé beaucoup de temps sur cette carte (qui ne servira à rien, mais c'est pas grave). Je sais qu'il manque l'échelle, j'essayerai d'y remédier au plus vite. D'autres versions de bien meilleure qualité sont disponibles: ici en PDF et là en PNG.
Une fois tous ces petits détails techniques passés en revue, on peut se pencher sur le fond :) Le Massif Central possède encore de nombreuses lignes, comme on peut le voir ici. Cependant, il en a perdu beaucoup également, comme le laissent envisager les lignes en noir sur la carte. En plus, elles ne sont pas toutes représentées... D'autre part, de nombreuses lignes ouvertes aujourd'hui sont en sursis, notamment la célèbre ligne des Cévennes, qui agonise entre Langeac et Langogne. La vitesse y est limitée à 30 km/h (voilà de quoi être compétitif!) et la SNCF/RFF y ont tout récemment interdit le passage des convois de fret. Dommage, car "le Langeac", un train privé transportant du bois, y circule régulièrement (quotidiennement si je ne m'abuse). Quand on voit les difficultés qui ont été faites pour que ce train n'emprunte pas cette ligne, l'itinéraire pourtant le plus court... Les travaux prévus ont été repoussés, et il y a fort à parier que notre train se transforme en de jolis camions sur nos non-moins jolies routes. Et ne parlons même pas des trains de passagers, et encore moins du train touristique des Gorges de l'Allier qui emprunte la ligne en saison. Quel gâchis! Des manifestations sont prévues à Langogne le 14 Mai, la surprenante mobilisation des dernières avait permis de maintenir un trafic et d'attirer l'attention sur la ligne. Citons également Mende - Marvejols, la ligne des Causses (Béziers - Neussargues) qui risque de perdre sa caténaire, ou encore Rodez - Séverac le Château et Laqueuille - Le Mont Dore, sauvées in extremis l'une grâce à la région, l'autre grâce à son important trafic d'eau minérale (sachant que c'est le client qui s'est battu pour faire revenir les trains, un temps tout était repassé sur route -_-).
Tout n'est pourtant pas si noir. Juste après mon petit voyage, de très nombreux travaux allaient être entrepris sur d'autres lignes, les régions Auvergne et Midi-Pyrénées étant très impliquées dans le ferroviaire (cette dernière risquait de perdre à très brève échéance une très grande part de son réseau si rien n'avait été fait, plus de la moitié je crois). D'ailleurs, la section Brive - St Denis Près Martel était déjà fermée à cet effet quand nous sommes passés; nous avons pris le bus. Une petite infidélité au rail que je pardonne fort facilement, étant donné que c'était pour la bonne cause! Voilà qui est encourageant ;)

Bon, après ce petit interlude ferroviaire, je voulais vous parler du quizz actuellement disponible sur ViaMichelin et que l'on ma fait découvrir ce week-end. Il s'agit de replacer les villes en France le plus vite et le plus précisément possible. J'ai toujours bien aimé les cartes (sauf quand la prof de 6e nous faisait faire ce fichu liseré bleu autour de tous les continents!!!) et la géographie, aussi j'ai trouvé ce petit jeu bien sympathique. Il y a certains lieux que je connais uniquement grâce au ferroviaire: je connais la ligne, ou alors ce sont des hauts lieux de l'activité de la SNCF. Par exemple, je doute que Trappes et Vénissieux soient très connues, alors que pour moi ce sont des noms communs: ce sont des dépôts, ateliers ou triages. Ainsi, de nombreuses rames rhône-alpines affichent un petit "Vénissieux" à coté de leur bout du nez ;) Faites attention la prochaine fois, vous verrez. ^^ Pour accéder au quizz, c'est par ici.

mardi 4 mai 2010

Qui sait?



Une petite histoire qui m'est arrivée la semaine dernière...

Comme d'habitude, en sortant de Roissy, je me dirige vers le petit train automatique de l'aéroport pour rejoindre le RER B. Comme d'habitude, celui-ci est en retard de "10 à 15 minutes suite à un signal d'alarme en gare de La Courneuve-Aubervilliers". Comme d'habitude, j'arrive à gare du Nord et les gens se pressent de monter comme s'ils avaient le diable aux trousses. Comme d'habitude, je descends les longs escalators de Magenta pour rejoindre le RER E. Comme d'habitude, je me mets tout au fond et j'arrive donc en bout de quai à Haussman-St Lazare. Comme d'habitude, après avoir remonté toute la rame, je suis l'un des derniers à rejoindre les portillons de sortie...
Deux petits mots me sortent alors de ma routine. "Excusez moi?" J'ai en face de moi une jolie jeune fille noire qui semble un peu perdue. Toujours un peu dans les nuages, je m'attendais à ce qu'elle me demande son chemin, trouver la gare St Lazare n'étant pas forcément chose aisée depuis la station de RER. Mais non! "Est-ce que je peux passer derrière vous?" La question me surprend. J'ai horreur des gens qui fraudent et qui se permettent de se coller aux autres pour franchir les différents portiques. Je prends grand soin à bien leur lâcher la porte sur le nez quand cela m'arrive. Pourtant, je me suis entendu répondre "Oui, si vous voulez"... Pourquoi? Je ne sais pas trop. Un mélange entre mon humeur du moment, le fait que je ne m'attendais pas du tout à cette question, ma fatigue générale et certainement aussi le charme de cette jeune demoiselle... Aurais-je dit la même chose à un type en costard? Pas sûr. Et, suivi de très près par l'inconnue, me voici donc validant mon Pass Navigo, le bip de confirmation accompagnant cette fois deux personnes de l'autre coté des tourniquets. Un merci plus loin, je file plus vite que d'habitude sur l'immense escalator de sortie, un peu honteux. Ai-je aidé une resquilleuse? Au fond de moi, je préfère croire que la belle demoiselle avait perdu son ticket. Qui sait?
Comme d'habitude, je retrouve l'air libre et la circulation parisienne. Comme d'habitude, je jette un regard au tableau des départ de St Lazare. Comme d'habitude, mon train s'élance dans l'indifférence...

En photo: l'une des plaques qui parsèment les stations Magenta et Haussman-St Lazare sur le RER E. Je suis à 29m sous la rue! J'ai pris la photo avec mon iPhone, alors c'est vraiment médiocre, d'autant que ces stations sont plutôt monumentales mais sombres. Excusez donc sa piètre qualité; je l'ai quand même mise car je trouvais qu'elle allait bien avec ma petite histoire.

Voilà voilà, un petit moment de ma vie francilienne. Rien de bien folichon, j'ai écrit ça sans réfléchir, directement ici, m'enfin bon. Je sais pas pourquoi j'avais envie de vous faire partager ce passage là. À ce sujet, selon France 2, pas moins de 4% des voyageurs seraient ainsi en siltuation irrégulière sur le réseau RATP. La fraude fait perdre 80 millions d'euros à la compagnie parisienne chaque année. À titre de comparaison, une rame TGV coûte environ 20 millions d'euros. Imaginez ce qu'on pourrait faire de cet argent. Désespérant...

lundi 3 mai 2010

Dans mon sillage...


Je ne vous parle pas très souvent de ce que je lis, et quand je le fait c'est que ça m'a vraiment beaucoup plus. Souvenez-vous, je vous avais parlé il y a quelques temps du Cheminot, un manga qui m'avait vraiment séduit (chose rare!). Aujourd'hui, on change un peu de registre: nous partons dans l'espace, sur les vaisseaux de Sillage!

Sillage, c'est une BD de Morvan (scénario) et Buchet (dessins). Si mes souvenirs sont exacts, je l'avais découverte pour la première fois au CDI de Vaucanson et j'avais beaucoup aimé le premier tome. Manque de bol, il n'y avait pas les suivants... J'avais donc un peu laissé tomber. Mais cela faisait quelques temps que l'envie me démangeait de commencer à compléter une série de BD, et lors d'une visite à la Fnac grenobloise, je suis tombé sur l'album de Sillage regroupant les 3 premiers tomes. Après un petit moment de réflexion, j'ai décidé de l'acheter. J'ai bien fait, la série est vraiment chouette! Alors, comme je connaissais une très bonne librairie spécialisée dans la BD à Besançon (BD Fugue, pour ceux qui connaissent), j'ai décidé d'acheter quelques tomes à chacun de mes retours dans la captiale comtoise. Finalement, j'ai fini par arriver au dernier tome publié! :)

Sillage, c'est un vaste convoi de vaisseaux spatiaux qui regroupe de très nombreuses espèces extraterrestres. Placé sous l'égide de la Constituante, une sorte d'assemblée nationale ou de sénat intergalactique (selon les références qu'on utilise ^^), il fonctionne un peu comme une planète à lui tout seul. Doté de technologies impressionnantes, Sillage se déplace partout dans l'univers à la recherche de nouvelles planètes où une des races du convoi pourrait élire domicile, ou simplement pour y puiser des ressources. De fait, les motivations de Sillage sont assez floues, et il s'y trame des choses pas forcément reluisantes...
Un jour, à la suite de diverses péripéties, une humaine se retrouve sur Sillage. Seule représentante connue de cette espèce, elle devient pourtant vite un agent de la Constituante et est amenée à effectuer des missions un peu partout dans l'univers connu. Ainsi, on suit au fil des tomes les aventures de Nävis, jeune femme impétueuse au caractère bien trempé, fragile aussi parfois...

J'aime beaucoup le style de Sillage. Je trouve les dessins vraiment très réussis et Nävis a toujours des coiffures ou des costumes différents (^^ pour un peu on croirait presque Amidala). Le choix des couleurs et textures me plait beaucoup également, je ne saurais pas trop expliquer pourquoi, mais je trouve qu'il est vraiment bien fait. Ça m'avait frappé lors de ma première lecture, c'est ça qui m'a attiré. Bon bon, j'avoue, je trouve Nävis plutôt jolie aussi ^^ Je pense que Superman m'aurait fait moins d'effet :p D'ailleurs il y a une statuette de Nävis qui me plait bien, je craquerai un de ces jours je pense. Mais chut!

Le scénario des divers tomes est en général plutôt bien ficelé, mais ce qui est vraiment très intéressant je trouve, c'est de suivre l'évolution de Nävis au fil des épisodes. Si chaque livre raconte une histoire et a une fin, il y a également une trame de fond générale qui court sur les 12 tomes. Si on les lisait dans le désordre, on serait un peu perdu. Cette "histoire de fond" me plait beaucoup et j'ai hâte d'en connaître la suite. La Nävis du tome 1 ne ressemble pas vraiment à celle du 12, elle est vraiment affectée par tout ce qu'elle vit et les changements que cela implique en elle sont à mon sens vraiment bien menés.

Enfin voilà... Franchement, Sillage vaut le coup ^^ Comme je suis fatigué, je n'ai pas écrit aussi bien que le voulais ce que je pense de cette formidable bande dessinée. Cet article ne lui fait pas vraiment honneur... Et puis j'avais fait les quelques photos illustratives un peu rapidement (j'ai juste mis du temps à faire un rond à peu près correct avec les albums pour la première photo ^^) et dans de mauvaises conditions de lumière, donc j'espère que vous me pardonnerez les divers soucis techniques présents :) J'aime bien les cadrages que j'ai fait pour les dessins, mais j'avais du mal à avoir la lumière, tenir l'appareil comme il faut et en même temps la BD...


À suivre sur Essai Pour Voir: je prépare un article sur les VFF, car il y a du nouveau sur mon réseau miniature! Et puis je crois que j'ai enfin trouvé deux trois trucs qui m'inspirent vraiment pour faire des articles sur Paris ou plutôt ses transports en commun. Je n'ai pas commencé, je verrai ce que ça donne, et en fonction je le publierai ou non. Ah, il faudra aussi que je vous parle de Dune. Décidement, j'ai la tête dans les étoiles en ce moment! À bientôt j'espère, et merci à ceux qui me suivent toujours en tous cas!