lundi 27 février 2012

HKœur



Je ne savais pas trop quoi poster ce soir, mais j'avais quand même envie de publier un petit article sur Essai Pour Voir. Finalement, j'ai sorti "l'artillerie lourde". Cette image, avec ce qu'elle a de défauts, est l'une de mes photos préférées; je l'aime beaucoup. Je l'ai prise depuis les hauteurs de l'île de Hong Kong, sur le toit de "The Peak". Sans trépied, j'en était réduit à obtenir inlassablement des photos terriblement floues du panorama coloré que m'offraient les innombrables gratte-ciel de la ville. Du coup, un peu dépité, j'avais commencé par faire du flou vraiment flou, comme vous aviez pu le voir dans un précédent message. Je me suis dit ensuite que je pourrais peut-être essayer de "dessiner" avec les lumières des immeubles. Et voilà que j'étais parti à faire décrire à mon appareil des formes aériennes maladroites... Même si je n'ai pas réussi à fermer le cœur, cet essai fut mon préféré de la série sur le moment et l'est toujours aujourd'hui. J'étais content d'avoir, dans mon coin, fait une photo que personne d'autre n'aurait ce jour là, alors que 982733826 objectifs (au bas mot :p) étaient présents à 3 mètres du mien. J'étais content aussi d'avoir pu faire une image que je pourrai, le jour venu, dédier à quelqu'un qui compterait pour moi.
Mais voilà, ça fait maintenant plus d'un an et demi que mes immeubles amoureux traînent sur mon disque dur sans que personne n'en profite. Je me suis dit qu'il était temps de les faire prendre l'air et que, peut-être, il y ait des gens pour apprécier cette modeste image. 
Le temps passe trop vite et trop lentement à la fois...

lundi 20 février 2012

Flux bis



Alors que le Doubs a quitté ses habits de glace pour retrouver ses couleurs et son débit habituels, voici une nouvelle photo prise lors de sa crue de janvier dernier. J'aimais bien les reflets des lampadaires dans l'eau, immuables et changeants en même temps, au fil du courant.
Coïncidence étonnante, alors que je ne passais pas souvent du tout à cet endroit (je m'étais rendu sur place pour photographier les platanes du quai Veil Picard), c'est désormais tous les jours que je fréquente les environs immédiats de cette image. "Je pense à ceci, je pense à cela", écrivais-je en légende de la dernière photo similaire. Au milieu des "ceci" et des "cela", il se trouvait l'une des choses qui s'est "résolue" tout près de ces tumultes du Doubs. La cité comtoise aurait-elle un petit coté magique? En tout cas, elle est bien plus sympathique et originale que l'horoscope :)
Au passage, j'ai renvoyé l'objectif utilisé pour cette photo, car il ne me convenait décidément pas du tout. J'espère que son successeur sera plus performant; j'ai d'ailleurs hâte de profiter du beau soleil du moment pour l'essayer.

jeudi 16 février 2012

Toujours plus loin



En bleu, les lignes déjà parcourues. En rouge, les nouveautés depuis la dernière mise à jour.
En pointillés (bleu ou orange), lignes parcourues uniquement de nuit.

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas mis à jour ma petite carte, qui se remplit petit à petit au fur et à mesure de mes différents périples sur les rails français. Je ne me déplace plus autant que j'ai pu le faire durant une période désormais révolue, mais j'essaie, lorsque c'est possible, d'agrémenter mes trajets de lignes sur lesquelles je n'ai pas encore voyagé. Cette dernière version ne comporte que peu d'ajouts en terme de kilomètres, mais certains valent définitivement le détour!

1) Lyon - Saint Étienne - Clermont-Ferrand

Je suis passé par là lors d'un trajet Besançon - Alès. Pas vraiment le plus direct et encore moins le plus rapide, me direz vous. Mais c'est bien plus original (et moins cher) que via la LGV Méditerranée. Au départ, je comptais passer par Le Puy en Velay, mais la grève qui a sévit pendant de nombreuses semaines autour de St Étienne m'en a empêché.
La partie entre St Étienne et Lyon n'est pas franchement intéressante, et avec le temps désespérément gris qu'il faisait lors de mon passage, je l'ai même trouvée plutôt déprimante. On voit de très nombreux bâtiments industriels abandonnés, ça manque de couleurs et l'autoroute vient compléter ce tableau pas franchement glorieux. L'arrivée à St Étienne n'est vraiment pas engageante. Bref, une section de ligne des plus moroses.
Cela devient nettement mieux une fois que l'on quitte la préfecture de la Loire pour s'engager plus en avant vers l'intérieur du Massif Central. Les paysages se révèlent de plus en plus champêtres et agréables à regarder. Après Montbrison, la ligne serpente parfois dans des vallées plus ou moins encaissées, ponctuées ça et là de vieilles bâtisses sympathiques. J'ai été agréablement surpris.
Un peu après avoir passé Thiers, l'intérêt de ce que l'on voit par la fenêtre redevient de plus en plus limité à mesure que l'on approche de Clermont et de sa banlieue. La vitesse du train m'a par contre étonné, nous ne devions pas être loin des limites de l'autorail: une très bonne chose pour la desserte de la périphérie de la capitale auvergnate!

2) Culoz - Aix les Bains-Le Revard

Cette section de ligne, que j'aurais dû faire il y a de cela quelques temps déjà et qui m'avait été "refusée" en raison de travaux sur les voies (trajet en car...), est vraiment agréable à partir du moment où on longe le lac du Bourget. Accrochée à sa paroi rocheuse, passant un coup à droite, un coup à gauche de la route, la voie ferrée permet de profiter de la vue sans souci. Et plus confortablement que dans un car!

3) Aix les Bains-Le Revard - Annecy

Je n'ai pas grand chose à dire sur cette section, d'autant qu'il commençait à faire vraiment sombre lorsque je suis arrivé à Annecy. J'ai simplement trouvé la gare d'Annecy terriblement moche, bizarrement fichue et peu engageante dans l'ensemble. Mais des travaux étaient en cours pour la transformer en pôle d'échange multimodal (PEM, dans le jargon), comme c'est à la mode un peu partout en ce moment. Cela permettra sans doute de lui redonner un peu plus d'attrait et devrait faciliter la vie de ses usagers réguliers.

4) Besançon Viotte - Besançon Franche-Comté TGV

Eh oui, j'ai finalement emprunté moi aussi l'ancienne "ligne de Devecey", comme beaucoup disent par ici, pour rejoindre la nouvelle gare bisontine. Rien de bien palpitant à signaler, la première partie étant pas mal en tunnel ou encaissée puis suivie de la zone commerciale et industrielle nord de Besançon. Avec la neige, néanmoins, j'ai noté un ou deux points de vue sympathiques sur un ou deux villages et leurs clochers comtois. Quant à Besançon TGV, bon. Cette gare n'a aucune âme. Les quais sont d'une tristesse infinie, perdus au milieu de rien avec leurs abris en métal qui font un peu trop chantier à mon goût. C'est encore pire la nuit, il n'y a vraiment rien de rien autour. C'est le noir complet, et les quais deviennent ENCORE plus tristes. On a l'impression d'arriver on ne sait pas trop où, il n'y a même pas (encore?) de vraie zone d'activités comme on peut en voir à Valence TGV. Le bâtiment ne ressort pas vraiment des longues rampes qui permettent d'y accéder, ça fait fouillis. Même les nouveaux messages de Simone font plus "froid". "Voie 4, départ imminent". Super... Les seuls points intéressants à mon avis sont l'horloge, bien adaptée pour la ville au passé horloger qu'est Besançon, et les TGV qui déboulent à pleine vitesse sur les voies centrales: effet garanti! Vous m'aurez compris, je n'aime pas Besançon Franche-Comté TGV...

5) Saint Gervais les Bains-Le Fayet - Vallorcine

J'ai gardé le meilleur pour la fin. Cousine de la ligne du Train Jaune, St Gervais - Vallorcine est l'une des rares voies métriques en France. Avec ses automotrices rouge vif, elle se faufile jusqu'à la Suisse en passant par Chamonix, sans l'aide des hideux viaducs de l'autoroute -honnêtement, je vois mal comment on peut qualifier autrement l'espèce de chose en béton qui barre le fond de la vallée à St Gervais. J'avoue ne pas avoir trop profité du paysage à cause du plafond nuageux extrêmement bas lors de mon petit séjour savoyard. Mais ce que j'en ai vu, notamment avant l'arrivée à Vallorcine, est plutôt charmant. La gare de Chamonix est vraiment magnifique et très bien rénovée, c'est un vrai plaisir que d'y entrer pour prendre le Mont Blanc Express. Par endroit, on dépasse des villages vraiment mignons, le tout sur fond d'imposantes montagnes.
On sent également la différence des moyens qui ont été engagés sur cette ligne par rapport à celle de Cerdagne, même si elle aussi a été menacée plusieurs fois (d'ailleurs il y a eu des soucis avec RFF tout récemment). Elle profite pleinement du tourisme hivernal. Les rames sont neuves et on est vraiment beaucoup moins ballotté sur la voie, qui a visiblement été reprise récemment à plusieurs endroits. Il y a même Simone et des écrans à Chamonix, où une nouvelle halte a été ouverte il n'y a pas bien longtemps. Même si j'ai été ravi de voir qu'ici aussi, des gens utilisaient le train pour leur vie de tous les jours, je n'ai pas retrouvé l'extraordinaire ambiance qui règne sur le parcours du Train Jaune. L'omniprésence des installations de sport d'hiver, la 2x2 voies et les innombrables télésièges et autres télécabines gâchent "l'authenticité" des lieux. Le Canari, c'est un convoi que tout le monde salue aux passages à niveaux, alors que le Mont Blanc Express, c'est un peu le métro des skieurs. C'est différent. Mais je suis sans doute très partial car d'une part je préfère les Pyrénées et d'autre part, je suis vraiment tombé amoureux du Train Jaune :) J'ai également conscience que c'est grâce au tourisme et aux skieurs que la ligne du Mont Blanc Express a pu perdurer et qu'une partie du charme du Canari est lié à l'ancienneté du matériel roulant et son coté "survivant que l'on attendait pas", justement...
En tout cas, si vous faite un tour un jour en Savoie, prenez aussi un peu le train et délaissez une fois l'autoroute. Le Mont Blanc Express est certes moins express que votre tuture favorite, mais il est incontestablement plus charmant!

Notez que j'ai également emprunté le Montenvers, hautement sympathique, mais qu'il n'apparait pas sur les cartes RFF car ne faisant pas partie du réseau ferré national. Si je trouve le courage, je publierai un jour mes photos de la Mer de Glace et de ce fameux train qui permet de s'y rendre sans effort. En tout cas, je vous proposerai d'ici quelques temps une nouvelle vidéo avec des séquences issues de mes divers voyages récents et je compte bien y inclure la crémaillère du Montenvers!
Comme d'habitude, la carte détaillée est également disponible en PDF en suivant ce lien. Je modifierai d'ailleurs bientôt le fond de carte: la version 2007 que j'utilise commence à dater un peu et la version 2011 est bien plus détaillée.

dimanche 12 février 2012

Shanghai en 10 minutes



C'est en suivant le Twitter du blog Céline en Chine (@celchine) que je suis tombé sur cette sympathique vidéo. Elle présente Shanghai en 10 minutes et je la trouve plutôt bien faite. J'ai retrouvé des choses que j'avais apprises lors de mes courts passages là-bas et d'autres qui m'étaient inconnues. Elle me rappelle aussi certains souvenirs et me donne envie de retourner faire un petit tour en Chine!
La vidéo est en anglais. L'accent et la diction rendent sa compréhension pas toujours évidente, aussi Céline (du blog cité plus haut) a eu la très bonne idée d'en faire une transcription en français! Voilà qui devrait réjouir les anglophobes :) Vous la trouverez en suivant ce lien. Je vous invite d'ailleurs à rester un peu sur son site : on y trouve des billets intéressants sur la vie d'expatrié(e) dans l'Empire du Milieu et plus particulièrement à Shanghai. Les articles qui racontent ses différents voyages sont aussi très chouettes et ne m'aident pas vraiment à oublier mon envie de repartir faire un tour là-bas!

J'en profite également pour saluer celle qui se reconnaîtra et me redonne l'impression que Shanghai, c'est vraiment loin loin loin... :)

Pour en savoir plus 
Blog Céline en Chine - http://blog.celine-en-chine.com/

lundi 6 février 2012

Chemin de fer



Après Besançon, il y a autre chose qui risque de ne pas trop changer dans ma vie pour les mois à venir. Rails, traverses et autres locomotives devraient en effet continuer à traîner non loin de mes pensées, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Afin d'illustrer cela, voici une petite image faite hier sur les hauteurs d'Arbois, dans le Jura. Ce week-end avait lieu la percée annuelle du vin jaune et, comme l'an dernier, des trains supplémentaires avaient été rajoutés dans la trame horaire pour l'occasion. Cela donnait la possibilité de voir des compositions renforcées entre Mouchard et Lons le Saunier, ligne un peu tristounette depuis la disparition des Corail Lyon - Strasbourg. Le soleil brillait bien et les restes de neige donnaient au paysage viticole de jolis contrastes. Ici, une BB25500 emmène sa RRR (Rame Réversible Régionale) aux couleurs de la Bourgogne vers le nord et passe tranquillement sous nos objectifs frigorifiés.
Malgré le froid, cela m'a fait plaisir de renouer avec les sorties photos ferroviaires! Je me suis aussi rendu compte que, comme je le craignais, mon nouvel objectif a un gros souci de piqué sur les bords des photos. Sur l'illustration de l'article, réduite, cela ne se voit pas trop, mais c'est flagrant sur le fichier original. Cela donne une bouillie indescriptible qui ne me plait pas du tout. Et ça m'embête beaucoup. Je pense que je vais le renvoyer et en prendre un nouveau... En attendant, mon ancien Canon reprendra du service :)

vendredi 3 février 2012

Bisontin!



Je n'ai pas beaucoup de photos récentes et intéressantes à poster en ce moment, vu le temps médiocre que l'on a eu ces derniers mois. Depuis quelques jours, le soleil refait son apparition, mais il fait tellement froid que le simple fait de sortir les mains des poches vous les congèle instantanément (oui bon, j'exagère un peu quand même...). J'essayerai de faire quelques photos ce week-end si le ciel reste aussi bleu.
En attendant, j'ai gagné un sursis d'au moins six mois à Besançon et j'en suis vraiment très content. Je vais pouvoir continuer à profiter de son centre ville et des environs pour promener mon objectif. Pour "fêter" ça, voici une petite image prise lors de ma dernière sortie pour tester mon nouvel objectif. Vous l'aurez sans doute reconnu puisque je vous l'ai déjà montré un certain nombre de fois: il s'agit bien sûr du majestueux clocher comtois de la cathédrale Saint Jean. Rien de bien extraordinaire niveau photo pourtant, d'autant qu'il y a des parties floues. J'avais trop froid! J'espère pouvoir tester à nouveau l'objectif rapidement pour vérifier certaines choses qui m'avaient chagriné lors de mes premiers essais.