samedi 26 mai 2007

Chiens: La Suite!

Bon! Je vois que mon article sur les chiens n'est pas resté sans suite, ce qui me réjouit. Je tiens à dire que j'étais persuadé d'avoir une réaction d'Elsa et de Joanna en commentaire, je ne me suis pas trompé, tant mieux! Je vous remercie d'avoir pris la peine d'écrire!

Je rédige cet article plutôt que de répondre par un commentaire puisque Maman et Mamily ont aussi réagi à mon précédent post , mais pas en postant un commentaire.
Il est évident que tout ce que j'ai écrit était plein d'éxagération, comme je l'ai dit, la crotte de chien est un peu la goutte d'eau qui a fait déborder le vase: j'étais très fatigué, je rentrais de la laverie sous la flotte et au lieu de pouvoir me coucher en rentrant j'ai dû nettoyer cette crotte qui avait eu le bon goût de se glisser partout où elle le pouvait sur ma roue de valise. Et puis, vous me connaissez sans doute assez pour savoir que même si je peux m'énerver assez violemment contre quelque chose pendant un bref instant, je ne peux m'empêcher de regretter ou de m'autocritiquer sur le moment. C'est exactement ce qui s'est passé avec cet article. Au fil de l'écriture, je me rendais compte que ce que j'écrivais n'était pas toujours la faute du chien, mais la plupart du temps de son maître, et qu'on pouvait même parfois appliquer les critiques que je faisais de cet animal à la sacro-sainte espèce humaine en personne. Exemple: le coup du chien qui saute sur ses congénères dès qu'il en croise un. L'espèce humaine n'est pas un bon exemple en matière de bon voisinage... De plus, j'ai toujours été persuadé que les crottes n'étaient pas le fait du chien, mais de son maître. Si j'ai écrit le contraire, c'est que j'étais énervé, et pour être honnête voulais voir les réactions que ça aller susciter. :) Je pense cependant que tout maître qui se respecte doit ramasser les crottes de son meilleur ami, comme le dit Jo... D'autant qu'à Grenoble, il y a des parcs à chien ET des distributeurs de sac régulièrement espacés. Je pense qu'une sanction exemplaire ferait du bien à ces maîtres indélicats qui ne ramassent pas les crottes de leurs toutous, comme la très forte amende engagée par la ville de Paris. Le square situé juste à coté de mon immeuble est rempli de crottes en tout genre, il est difficile de ne pas marcher dans l'une d'entre elle quand on part au lycée, la tête dans les nuages le matin. Je vois tous les matins, tous les midis et tous les soirs des gens qui y promènent leurs chiens et qui se servent de cet endroit comme WC canin, ce qui a le don de m'énerver profondémment, sachant que des jeux pour enfants y sont placés. Bref, le chien n'est ici pas fautif, c'est bien le maître le responsable.
On peut également discutter le point de l'intelligence du chien. J'avais été bluffé par les étonnantes démonstrations de la brigade cynophile de St Flour. Les chiens réalisaient des prouesses acrobatiques, comme rentrer dans une voiture roulant à faible vitesse par la porte, dans un corps de chasse, retrouver un membre de la brigade grâce à son odeur... Je n'avais pas songé aux chiens d'avalanche, de sauvetage en mer et surtout d'aveugle que mentionne Elsa quand j'ai écrit l'article. Même si je pense que les chiens des deux premiers cas me semlent aujourd'hui moins utilisés (je n'ai jamais vu de chien de sauvetage en mer, et l'utilisation des balises spéciales pour les avalanches se démocratise), il est pourtant évident qu'un aveugle a besoin de son brave compagnon pour mener une vie "normale". Je suis forcé de reconnaître que ce type de chien présente une intelligence très développée... J'ai du mal à accorder la qualité "intelligence" au pauvre caniche du quartier qui ne fait qu'aboyer dès qu'il voit quelqu'un et aux chiens embrigadés par des années de dressage intensif (je dirai plutôt que c'est une sorte de mémorisation, une intelligence "forcée" en quelque sorte), mais il semble évident que beaucoup de chiens, même "ordinaires" sont pétillants de vie, de sagacité et de qualités intellectuelles.
Le problème des chiens d'attaque est lui aussi différent de celui que j'ai mentionné. Même si les races utilisées sont naturellement agressives, les croisements divers et variés ne sont pas pour améliorer la chose, au contraire, c'est l'effet recherché par les maîtres. Nous voici donc encore avec le même coupable, à savoir le maître, l'homme. Ces chiens sont en plus soumis à des mauvais traitements, ce qui est bien évidemment intolérable -le coup du chien qui doit passer sa vie sous la flotte était encore un regrettable méfait de la crotte sous la valise-. Cependant, une fois que le chien s'est rendu coupable d'une agression mortelle ou physiquement grave, j'imagine qu'il doit également être puni. Quelle punition appliquer au chien est une autre question... L'euthanasier peut sembler injuste vis à vis de la justice qu'on applique aux hommes. Mais peut-on "emprisonner" un tel chien, alors qu'il a sûrement passé sa vie roué de coups dans un petit appartement, sans jamais sortir que pour se battre. Ma première réaction serait de dire qu'il faut tuer le chien, mais à bien y réfléchir, je ne sais pas trop, pour la justice envers l'animal.
La personnalité de l'animal ne fait aucun doute. Chaque toutou à la sienne, il suffit d'en connaître un ou deux pour s'en rendre compte! Comme dit Jo, c'est comme partout et pour tout le monde, il y en a des bons, des moins bons. Et puis, même si je pense que je n'en serais pas vraiment capable, je comprends que beaucoup de gens trouvent en leur chien un réconfort qu'ils ne peuvent trouver ailleurs. Après tout, observer les va-et-vients des gares est pour moi très agréable, symapthique et enrichissant, alors pourquoi pas raconter ses secrets à un chien? Et puis ne compare t'on souvent pas une locomotive à une "belle bête"? On voit aussi des mécaniciens lier des liens assez spéciaux avec leurs machines. Au final, je crois que cela dépend des gens, et en tout cas je respecte toutes les opinions!
Je voudrais aussi réagir au dernier passage du commentaire de Joanna. Je ne suis pas violent par nature, vous le savez bien... Je me vois très très mal jetter un caillou, aussi petit soit-il, à un chien. J'évite d'écraser les insectes qui s'introduisent dans la maison, au grand damn d'Yilun d'ailleurs, alors faire du mal à un animal aussi "prestigieux" que le chien est hors de question. Et puis même si l'espèce humaine est celle qui "domine" le monde, ça n'est pas la peine d'en faire baver encore plus nos voisins les animaux. D'ailleurs, vous pourrez demander à Elsa, je suis le premier à m'offusquer qu'aucun écologiste ou végétarien ne fasse d'effort pour limiter l'hécatombe que crée les voitures sur les moucherons. :p C'est d'ailleurs pour ça que je trouve certains discours écolos un peu énervant, dans le sens où la plupart ne se préoccupent que des animaux qui ont la côte, mais jamais des plus petits! :p Je sais que tu rigolais en écrivant ça, mais je voulais quand même te rassurer!
Et pour finir, Elsa, pas la peine de t'excuser, c'est plutôt à moi de présenter toutes mes excuses à l'espèce canine...

(juste pour finir: ayant croisé des caniches mouillés, je ne reviendrais quand même pas sur le fait que je trouve qu'ls ne sont pas bien mis en valeur par ce temps, surtout avec un chouchou sur la tête -mais là c'est la faute du maître-. Tout ceci n'est qu'une affaire de goûts!)

jeudi 24 mai 2007

Chien: le meilleur ami de l'homme?

C'est sous un temps de chien que j'entreprend d'écrire cet article. Temps de chien? Pourquoi une telle expression? Et bien je vais vous le dire: parce que tout ce que mérite cette race animale sous évoluée est de passer sa vie sous la flotte. Pourquoi une telle agressivité? Et bien je vais vous le dire, une fois encore: parce que j'en ai tout simplement marre de ces bestioles à quatre pattes, souvent hideuses, agressives, puantes et bruyantes et qui infestent nos contrées. Un chien est soi-disant intelligent, mais la seule chose qu'il saît faire c'est aboyer comme une simple alarme dénuée de cerveau dès qu'un passant, quel qu'il soit, lui ferait l'immense affront de passer sur le trottoir en face de chez lui. Et vas-y que ça hurle, couine, grogne, saute de partout en regardant le dit-passant avec un œil haineux. L'alarme au moins saît faire la différence entre un agresseur véritable et un passant tout ce qu'il y a de plus banal. D'autre part, le chien est soi disant un animal racé, élégant, et j'en passe. Je ne sais pas si vous avez déjà croisé un caniche mouillé, un bouledogue (avec leur face applatie comme s'ils avaient foncé dans un mur toute leur vie) ou un chien de race au poil lustré arrosant de son urine chaque lampadaire et pneu ayant le malheur de se trouver sur son chemin, mais si non, je vous conseille de vous promener aussitôt que vous le pourrez en ville. Continuons: examinons le comportement d'un chien en rencontrant un ou plusieurs autres. Sa première réaction sera d'aboyer et/ou de courir après l'autre chien s'il est de sexe opposé. Preuve d'une extrême intelligence de notre meilleur ami. Citons également les aboiements à répetition sans aucune raison, les hurlements à la mort, les chiens qui déboulent des maisons sur la route, menaçant de se faire écraser mais surtout de causer un grave accident, ceux qui suivent les gens en vélo en essayant de les mordre, causant un risque de choc avec les voitures pour le cycliste... Ne parlons même pas des chiens d'attaque, races naturellement agressives, responsables de sanglantes attaques sur des enfants. Dernier point, les crottes. Qui n'a jamais eu l'immense bonheur de poser son pied dans une déjection canine? Qu'on ne vienne pas me dire que c'est la faute du maître: certes, il devrait la ramasser, éduquer le chien et j'en passe. Mais à la base, qui salit tout en se soulageant sur nos trottoirs? C'est bien le chien, toujours lui. Le chien effectue sa besogne, et repart tranquillement comme si de rien était... Pas comme le chat, qui lui saît ce que signifie le mot "litière" ou qui cherche toujours à camoufler... Bref, toujours est-il que le chien est pour moi loin d'être le meilleur ami de l'homme, n'est utile que dans la brigade cynophile de la gendarmerie, et devrait être déclassé au titre d'animal nuisible. Préfêrez le chat!

Vous l'aure compris, ce soir je suis particulièrement remonté contre ces choses déambulantes appelées chien. Je n'ai jamais porté dans mon cœur cet animal pour toutes les raisons ennoncées plus haut, et avoir fait rouler ma valise dans une crotte pour aller à la laverie et avoir dû nettoyer cette dernière alors que j'étais de fort mauvaise humeur m'a conduit à cet article salé et à ne plus qu'aimer les chiens en peluche. Na!

Hommage

Hier, durant ma visite à l'ENSAM (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers) de Cluny, le présentateur a expliqué que nous ne pouvions rester dans un même centre ENSAM pendant ses études. La moitié des étudiants part donc à l'étranger. Parmi ceux-ci, certains sont partis à Nanjing, en Chine. A mon retour, j'ai demandé à Yilun ou cette ville se trouvait, par curiosité. Elle m'a dit qu'elle ne savait pas trop, mais que les gens là-bas n'aimaient pas les japonais. Intrigué, j'ai donc cherché sur Wikipédia (béni soit Internet) quelques infos supplémentaires. Outre la situation géographique de la ville, j'y ai lu que la ville avait été le théâtre d'un immense massacre de civils, accompagné de divers actes barbares tous plus affreux les uns que les autres, orchestré par l'armée japonaise. J'ai continué ma lecture sur d'autres pages de l'encyclopédie libre, dont une très longue et très instructive sur les crimes de guerre japonais, notamment durant la guerre sino-japonaise jusqu'en 1945. Si j'ai trouvé ça aussi intéressant, c'est qu'autant que je me souvienne, nous parlons peu ou très peu de cette partie de la seconde guerre mondiale (qui a en fait commencé bien avant) dans nos cours d'histoire français. On saît que des atrocités ont été commises par les japonais, grâce à des films ou des polémiques qui remontent de temps à autres, mais rien d'autre. Yilun m'a souvent dit que les japonais s'étaient rendu coupables de crimes qui dépassaient parfois ceux des nazis. Bien-entendu, cela paraît difficle à croire, et je pense qu'el est dur de juger de l'atrocité de tel ou tel crime. Cependant, mon étonnement était aussi sans-doute dû à la méconnaissance que j'avais du sujet. Je voudrais donc mettre ici un passage d'une des pages de Wikipédia, qui est en réalité un extrait d'un texte de Chalmers Johnson, historien, et que je trouve éloquent, très juste dans sa première phrase et révélateur. Je vous laisse libre de juger, et si de ma modeste position de jeune tenant un blog longtemps après la guerre je ne peux pas me permettre juger, je pense que ne pas oublier cette période de l'histoire fait partie de notre devoir d'être humain, et cet article se veut un hommage modeste, certes, mais sincère à toutes les vicitimes de la folie des hommes.

"Etablir lequel des deux agresseurs de l’Axe, l’Allemagne ou le Japon, fut au cours de la seconde guerre mondiale le plus brutal à l’égard des peuples qu’ils martyrisèrent est dénué de sens. Les Allemands ont tué six millions de Juifs et 20 millions de Russes (c à d de citoyens soviétiques); les Japonais ont massacré pas moins de 30 millions de Philippins, Malais, Vietnamiens, Cambodgiens, Indonésiens et Birmans, dont au moins 23 millions étaient ethniquement chinois. Ces deux pays ont pillé les pays qu’ils ont conquis à une échelle monumentale, encore que le Japon a volé plus, et sur une plus longue période, que les Nazis. Les deux conquérants ont réduit en esclavage des millions de personnes et les ont exploités comme main d’œuvre forcée – et, dans le cas des Japonais, comme prostituées (de force) pour les troupes du front. Si vous étiez un prisonnier de guerre Nazi aux mains du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande ou du Canada (mais pas de la Russie), vos chances de ne pas survivre à la guerre s’élevaient à 4%; en comparaison, le taux de mortalité pour les PGs aux mains des Japonais approchait les 30%."
Extrait de la page http://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_japonais sur Wikipédia France.

dimanche 20 mai 2007

Des nouvelles des VFF

Comme promis sur l'article de la vidéo des petits trains, voici quelques nouvelles des VFF (Voies Ferrées de Fay). Les photos ne sont pas dans l'ordre, mais bon...

On commence avec deux nouveaux tableaux, que j'ai réalisé avec des bouts de plastique, du bristol et un peu de colle. Je les ai faits pour les mettre sur la "nouvelle" voie de garage que vous allez voir un peu plus loin. Le premier indique qu'un heurtoir se trouve à 100m. Le second, avec le G, impose au mécanicien de se mettre en marche de manœuvre.

Voici la plus grande des nouveautés! L'école de Fay Aux Loges a été terminée ce week-end. Baptisée Ecole Joseph Daumain en hommage à une école de la ville de Monts, elle est toute petite mais des agrandissements sont d'ores et déjà à l'étude.

La voici vue de la rue. Ca manque un peu d'animation et de peinture, mais a-t-on déjà vu une école vivre pendant le week-end?

Quartier "municipal"! La nouvelle école a trouvé sa place près de la bibliothèque et de la mairie, juste à coté de la place du marché!

La gare n'a elle pas changé. :) Il y a juste un Duplex sur le quai 2... Comment cela-ce fait-il!!??

Et bien c'est simple, vous vous souvenez sans doute de la triste nouvelle que je vous avais annoncé au sujet de mon contrôleur... Il ne me reste plus que le petit en état de marche, celuis sur lequel on ne peut pas choisir quel train faire avancer. Pierre m'a donc prêté son TGV pour repeupler un peu les rails! C'était une grande première, le premier matériel français à s'arrêter à la gare! Ce TGV est un TGV pour enfants, le niveau de détail n'est pas excellent, et la numérotation ne correspond pas à la réalité, mais c'est un bon début! :D Merci Pierre!

Hop là, avec la gare en arrière plan s'il vous plaît! Le panneau de dos impose une limite de vitesse à 60 km/h.

Revoici notre ami en train de serpenter sur une voie secondaire, près de la gare de Sunnyvale reconvertie en musée ferroviaire.

Hop là! Joli point de vue sur le TGV à destination d'Orléans! Comme dans Mission Impossible, il fonctionne sans caténaire, mais ça, j'y peux rien.... La caténaire pour modéliste est hors de prix... Du genre 10€ le poteau et 10 autre euros la portion de 10cm!!! Ourgh!

Ah ah ah! Ceci, Mesdames et Messieurs (et aussi Mesdemoiselles) est une rareté! Sorti de la réserve de Sunnyvale pour se dégourdir un peu les essieux, voici un locotracteur (enfin j'imagine) quadragénaire!!!! Oui, c'est celui de mon oncle, que j'ai emprunté à ma grand-mère. Sur un album photo, on le voit quand il l'a eu, petit, en 19jesaisdéjàplus, mais je me souviens qu'il a dans les 40 ans... Comme vous avez pû le voir sur la vidéo, il fonctionne encore, et peux tirer 2 ou 3 wagons sans soucis (ou presque :p)

Tiens, voici l'autre locotracteur que Pierre m'a prêté! Vaguement inspiré des Y8000, locotracteurs de la SNCF, il porte un numéro imaginaire et une livrée s'approchant de la livrée Fret Verte de la SNCF. Encore un matériel pour enfants donc, mais bon :) On le voit ici au droit de la voie de garage réalisée à l'aide de vieux rails de l'époque du locotracteur précédent, tirant un court train de fret. Bah oui, ils fonctionnent encore ces rails, ils sont un peu défraîchis, mais justement, c'est exactement ce qu'il faut pour une voie de garage à la SNCF :p

Départ de Fay, après le croisement du TGV!

Cette vue a pour but de montrer les trois premiers wagons... Ils sont en effet issus du train récupérré chez ma grand-mère. Après bien des difficultés, j'ai réussi à les atteler avec ceux prêtés par Pierre. Mais bon, avec un déraillement presque assuré à cause du deuxième! Mais bon (bis), ça roule encore quoi!

Ce que voient les passagers... (là ce sont les wagons de Pierre, sauf le flou au premier plan, et le gris sur le dernier wagon. Je l'ai mis là parsqu'à cause d'un attelage tordu, il faisait dérailler le train trop souvent. Une visite en atelier s'impose!).

On retrouve le TGV Duplex pour clôturer cette série! J'espère que ça vous a plû :)

Carte Ferroviaire

Voici une carte que j'ai réalisé en suivant plus ou moins le tracé des lignes proposé par Google Earth. L'échelle est approximativement respectée, sauf vers Montélimar et Pierrelatte, du fait du manque de place. Vous pouvez donc découvrir sur cette carte l'ensemble des lignes SNCF en service qui passent dans la région de la carte, à savoir le sud de Rhônes-Alpes, avec le nord de PACA (pensons à notre ami gapençais! :p). Comme ça, vous pourrez mieux situer les gares dont je parle dans mes divers articles et suivre à la trace le trajet Pierrelatte Grenoble! :-)

< GF <

Pour ceux qui la regarderaient plus en détail, la définition de LGV est dans mon dico et PLM signifie "Paris Lyon Méditerranée". Il s'agit d'une ancienne compagnie ferroviaire. J'ai indiqué PLM sur la ligne de la rive gauche car c'était la ligne principale dont elle assurait la gestion. On appelle donc souvent cette ligne "la PLM", mais on trouve également très souvent le nom de ligne ou d'artère impériale, sans que je sache pourquoi.

samedi 19 mai 2007

Une deuch un peu spéciale!

Hop là, voici des photos qui commencent à dater un peu (8 avril 2007), prises avec mon téléphone, et qui montrent l'ancienne 2cv de ma tante, que mon oncle a commencé à retaper. Elle se trouvait au fin fond de l'Ardèche, au fond du jardin de mes grands-parents, au fond du garage; vous imaginez donc son état :) Les sièges étaient tous plus ou moins mangés et salis par ces charmantes bestioles appelées rats (enfin du moins c'est ce qu'on m'a dit, parce que quand je suis arrivé, c'était presque tout propre!) Voici donc les photos de la bête! (un article spécial pour toi, Steph!) -Photos GF mais issues de mon tel-


Hop là, voici l'engin, tout de noir vêtu. Il a perdu l'essieu avant et le moteur, préalablement démontés, ainsi que la banquette arrière; mais quand on voit cette voiture, on se dit qu'au final il reste encore pas mal de choses.


Voici d'ailleurs le moteur. Quand on le voit, on comprend bien pourquoi le compteur ne dépasse pas 80, si je me souviens bien. On voit aussi les freins et le levier de vitesse.


Vue de devant, mais sans le ventilateur. Ca se démarre à la manivelle en plus! J'aurais aimé faire une expérience: mettre ce moteur dans la 807 à la place de celui d'origine pour voir ce que ça aurait donné. Dommage, je ne pense pas que Maman aurait été d'accord pour démonter la 807!


L'avant de la voiture(tte) vue de la place du moteur. C'est-y pas impressionant comme ça? :p Bon, en réalité, ça fait plutôt penser à une brouette à moteur, mais bon... (j'exagère, mais pas beaucoup :D)


On passe au point de vue conducteur maintenant. Tableau de bord dernier cri: le compteur et euh... ben c'est tout en fait! Ici point d'électronique (tant mieux!) ni de fioritures, comme dit la notice
la 2CV n'est pas une voiture ordinaire
(et ça continue en disant qu'elle ne se répare pas: quand c'est cassé, on jette la pièce et on remplace. Système intelligent difficilement applicable aux voitures modernes, démontables en 4 jours et pour lesquelles on doit aller au garage pour changer les ampoules des phares.) Précisons quand même qu'il n'y a pas de ceintures, et que la banquette (enfin le truc sur lequel on s'asseoit) n'est pas fixé à la carrosserie à l'arrière. Du coup, celui ci peut pivoter vers l'avant, ce qui est très sécurisant. Remarque, à la vitesse où l'on peut aller, c'est plutôt les autres qui craignent. Imaginez la situation: nous sommes dans la 2Cv, avançant fièrement à 70 sur une belle route bien droite. Arrive en face une Ferrari toute neuve, qui n'a bien entendu pa vu que la limitation de vitesse était fixée à 90. Que se passe-t'il? Et bien c'est pourtant évident: le conducteur de la Ferrari, ce demandant bien ce que peut-être cet engin roulant non-identifié, a un instant d'innatention. Il fait un écart, se prend le platane, et boum, plus de Ferrari. Il ressort de sa voiture tout étonnée, tandis que vous continuez votre route sans soucis dans votre brouette motorisée!


Tiens, maintenant il y a la banquette arrière. En fait, ça fait vraiment caisse métallique avec banquette et volant + moteur; on ne peut pas faire plus simple! On est loin du GPS, portes électriques, et autres...


Oh! Elle a retrouvé son moteur! Bon, pas exactement là où il faut, mais bon...

:D Je pense qu'on peut dire que comme la 205 en son temps, la 2cv était un sacré numéro!

vendredi 18 mai 2007

Ressemblance!

Voici une curieuse ressemblance entre deux abris de quai... L'un réel, et l'autre situé sur le réseau VFF, créé de toutes pièces! (photos GF)


Voici l'abri de quai de Fay Aux Loges, situé sur la voie 2.


Une autre vue, donnant sur l'autre coté et la passerelle.


Et voici maintenant... l'abri de quai réel!!! Situé en gare de Moirans, sur le quai dont la direction est Valence Ville, la ressemblance est frappante. Désolé pour la qualité, je pense que vous avez remarqué que d'une j'étais dans un train, de deux qu'il pleuvait des cordes (à tel point que le gars de la SNCF me fait penser à un marin, en bleu et avec sa casquette blanche). C'est rigoureusement le même abri, à quelques différences près: les bancs (remplacé par une planche qui court le long du mur sur le mien), les affiches et la signalétique (nom, quais, sortie...) et le haut parleur. En fait, j'ai déjà vu la gare de Moirans à construire en maquette, j'imagine donc que cet abri de quai est une extension qu'on peut lui adjoindre, expliquant la ressemblance avec l'abri réel de Moirans. Mais il me semble avoir vu d'autres abris similaires, aussi je lance donc un appel: si vous voyez un abri qui ressemble à celui là en dehors de Moirans, faites moi signe! :p :p :p

mardi 15 mai 2007

Vapeurs en vidéo

Voici comme promis la vidéo qui reprend les deux vapeurs présentées ci-dessous...
Sur YouTube d'abord: Sur YouTube
Haute qualité à télécharger Vidéo de près de 70Mo, en H264 à lire avec QuickTime 7 ou plus ou VLC. Désolé, ça saccade un peu, problème d'encodage... :'(
Ecoutez bien les sifflets!!!!!!!! Ce sont les "marques de fabrique" des locomotives, tous différents selon la série!

lundi 14 mai 2007

A toute vapeur!!! Voici la...

141 R 1199
Si cette locomotive n'a pas le prestige de la 241 P 17, elle n'en est pas moins très sympathique... Comme toutes les choses qui vivent dans l'ombre d'une autre, en fait! Classée elle aussi aux monuments historiques, elle fait partie d'une série de 1340 locomotives commandées aux américains après la guerre et les désatres qu'elle a causé au réseau ferroviaire. Sortie des usines de Philadelphie en février 1947, elle est retirée du service actif en 1971 après 24 ans de service. Circulant à la vitesse maximale de 100km/h, elle ne fonctionne pas au charbon mais au fioul lourd. Attention, tenez vous bien elle consomme 2000 L de Fioul au 100 et 20 000 L d'eau aux 100... Ca lui confère une autonomie de 150 km maximum, à cause de l'eau :) Sacré bestiole! Voici donc quelques photos de la 141 R stationnée en gare de Grenoble pour le plein d'eau, mercredi dernier!



On commence avec le top du top... Une voiture de première classe Pullman. Ces prestigieuses voitures servaient autrefois sur des trains aussi prestigieux que l'Orient Express!


Voici la plaque fixée au Tender, "wagonnet" réservé au transport du combustible de la locomotive.


Une photo en noir et blanc pour commencer, puisque la lumière de midi ne convenait pas du tout à mon appareil, qui a cramé toutes les couleurs de mes photos... Puis je me suis souvenu qu'en compensant l'exposition, plus de soucis de couleurs cramées, mais ma mémoire n'a refonctionné que trop tard... :'(


Bon, je suis désolé, mais j'ai un (gros) faible pour l'ancien logo de la SNCF, le tout premier (1938)... Celui de la 141 R 1199 était vraiment joli, doré brillant sur son médaillon rouge. En plus, avec la plaque du Mistral (qui n'a rien à faire à Grenoble, mais bon, on ne va pas s'en plaindre :p) et le fond noir de la locomotive, je trouvais l'ensemble parfait... Rien à voir avec l'horrible truc rouge vermillon qu'on voir maintenant collé n'importe comment un peu partout dans les gares et sur les locomotives! Ca au moins, c'était la classe, messieurs les éminents designers!!!!


Une petite photo que j'aime bien aussi, je sais pas trop pourquoi. On y voit un fanal avant, le numéro de la bestiole, un tampon (un truc bien français ça, on en voit pas sur les machines étrangères. C'est à cause de notre attelage non automatique, que l'on aperçoit ici et qui est toujours le même aujourd'hui que les tampons sont obligatoires. Cela permet de laisser l'espace nécessaire à l'agent de formation du train pour accrocher la rame à la locomotive! Avec un attelage automatique, l'intervention humaine n'est plus nécessaire. Ce qui pose bien des problèmes pour moi: comment accrocher un attelage français des wagons sur mes locomotives chinoises????? :p)


Un petit aperçu de la locomotive. Elle est bien belle aussi, et fume également, comme sa grande sœur du Creusot! Comme on le voit, les couleurs sont catastophiques, et encore, j'ai tenté de ratrapper le coup pour celle là. Enfin, il y avait beaucoup moins de monde, les mécanos et chaffeurs discuttaient du "bon vieux temps" où ils conduisaient "vraiment" des trains et racontaient avec nostalgie la grande époque du chemin de fer. On pouvait même monter dans la cabine.


Désolé, pas pû m'en empêcher! En plus je venais de redécouvrir comment compenser l'exposition sur mon appareil! J'aime tout particulièrement cette photo.


Voilà de belles couleurs et une belle montagne pour une magnifique machine. Seulement, le monde commençait à arriver! Et les dames qui pavanaient devant la belle bête ne semblaient absolument pas contrariée par le fait que tout plein de photograhes passionnés attendaient qu'elles daignent se dégager un peu pour que chacun en profite!


Le premier qui dit qu'une locomotive de ce genre n'est qu'un simple tas de ferraille après avoir vu ce mécanisme d'embiellage aura affaire à moi! Na!


Héhé, un grand moment! L'heure du départ aprroche! Dans un nuage de vapeur, la locomotive jusqu'alors froide se met sur le qui-vive. Après, mes lunettes étaient pleines de petites particules noires!


Une petite dernière... Pas assez de compensation d'exposition, j'ai un peu retouché la photo pour obtenir ce résultat! La fumée commence à sortir de la cheminée, départ dans 15 minutes après le TER pour Gap! (salutation au gapençais lecteur d'Essai pour voir!)


Et c'est en crachant le fin fond du fond de ses tripes que la brave locomotive décolle (oui, c'est aussi comme ça qu'on dit pour un train qui redémarre) pour se diriger vers Chambéry!


Et voilà!!! Dans un nouveau nuage de vapeur grisâtre, sous les saluts des passagers et des mécanos, la belle 141 R repart en soufflant et cliquetant, laissant derrière elle des yeux brillants de souvenirs...

Au final, c'était une très belle locomotive, sans le prestige de sa grande sœur plus puissante, plus longue et plus performante, mais qui m'a peut-être encore plus séduit de part sa force discrète, ses lignes racées et son sifflet très doux!

(Et puis, il faut dire que quand on est pas entassé les uns sur les autres avec des chauffeurs sympas et pas stressés par le monde, la belle 141 R ne peut qu'être plus belle encore! Car à Valence, l'ambiance était bien plus "publicitaire", stressante et on donc au final moins agréable. Mais un des chauffeurs de la 141 R avouait quand même avec un haussement d'épaule à la question "et l'autre?" que la 241 P était plus longue, fonctionnant au charbon et que c'était "autre chose"... Quand je vous disait que c'était un mythe!)

A toute vapeur!!! Voici la...

241 P 17!
Mesdames et messieurs, voici une locomotive exceptionnelle! Cette machine, qui a foulé de ses roues le sol de notre planète bien avant la plupart d'entre nous est classée monument historique. Construite entre 1947 et 1949 au Creusot et mise en service en 1950, son service commercial se termine en 1969. Elle a parcouru 1 741 865 km durant toutes ses années... D'une masse totale en ordre de marche (c'est à dire prête à partir, avec tout le combustible, le sable et autre) de 131,4 tonnes, elle développe à 100km/h une puissance au crochet de 2900 chevaux et acheminait les trains à 120km/h maximum. Alors vous vous doutez bien que cette machine est un mythe pour les cheminots et le monde du chemin de fer en France. Conclusion: pouvoir aller voir cette machine mardi dernier rouler sur les lignes SNCF était un réel plaisir pour un passionné comme moi! D'autant que c'était la première fois que je voyais une vraie locomotive à vapeur en état de marche! Voici quelques photos!


En attendant le passage de cette loco que vous attendez tous avec impatience, j'en profite pour montrer ce qui est passé avant et qui n'a malheureusement pas droit au même engouement public. Voici la 67345 qui assure un TER sans arrêt et qui passe à pleine vitesse!


11 minutes plus tard, voici la BB7403 bien sale qui tracte un train de fret.


Puis, voici enfin la belle tant attendue, avec 10 bonnes minutes de retard et annoncée par un "tadaaaaam" au micro de la gare! Malheureusement mal placé, la photo n'est pas terrible, mais le long coup de sifflet et les goutelettes étaient terribles! Un spectacle très étonnant et magique, suivi par de nombreux spectateurs sur le quai et sur la passerelle: des jeunes, des vieux, des femmes et des hommes... Pour une fois, tout le monde s'intéresse au train!


Puis, sur l'idée lumineuse de Maman, nous attendons le TER qui passe à 16h57 et qui arrivera avant la vapeur à Valence. Comme ça, on la croisera à Livron et je la verrai plus longtemps à Valence, où il est prévue qu'elle prenne de l'eau. Avant notre train (Yilun était là aussi :D), voici la 26222 (beau numéro non?) qui passe avec un nouveau train de fret. J'aime bien cette photo, je la trouve réussie!!


Hop là, posté spécialement en queue du TER (qui va jusqu'à Paris!!!!), nous dépassons en gare de Livron la belle vapeur qui là encore a attiré du monde!


La photo que tout photographe ferroviaire a déjà fait! Sauf qu'au travers du nez de l'UM de X72500, cette fois c'est une voiture de grand luxe Pullman qui apparaît, emmenée par la 241P17 qui vient d'arriver elle aussi à Valence!


Au milieu d'une foule impressionante et hétéroclite, il faut jouer des coudes pour avoir la chance d'apercevoir la machine de prêt! Voici le coté de la locomotive, avec une toute petite fenêtre!


La brave 241 P 17 n'en est pas à ses débuts mais est toujours essouflée à l'arrivée! Mais attention, essouflée ne veut pas dire fatiguée... Car elle n'est pas encore arrivée, elle doit encore aller jusqu'à Lyon, puis rentrer au Creusot!


Voici une photo de l'ancien logo SNCF, sous lequel a été fixée la plaque du fameux train Mistral dont j'ai parlé dans un article précédent.


Et voilà un joli blason, celui de la ville du Creusot. La locomotive est un peu son ambassadrice! Ils distribuaient des tracts, et on ne manque pas de rappeler qu'elle vient du Creusot, qu'elle y a été fabriquée... Ca, c'est ce qu'on appelle de la pub!


Voici un aperçu de la foule située sur le quai d'en face, avec la loco sous la belle marquise de la gare de Valence (qui porte encore les emblêmes du PLM, je n'avais jamais remarqué! Elles sont situées sur les bords supérieurs droit et gauche de la marquise)


Et voici la foule de l'autre coté... Pleine de passionné, bien entendu, avec leur gros appareils photos et les discussions pointues, et tous les autres!!!


Et on termine avec de nouveau le Mistral! Je suis désolé, je n'ai pas de photos plus belles de la machine en elle-même; mais il y avait trop de monde pour pouvoir s'approcher... Les gens allaient même sur les voies alors...!

A suivre, la vidéo de l'arrivée de la loco à Valence avec son sifflet si particulier, et les photos d'une autre locomotive à Grenoble!