jeudi 8 septembre 2016

Cévenol en couleurs


Alors que le gouvernement a scellé le sort de la quasi-totalité des Intercités de Nuit, leurs homologues de jour s'accrochent encore à leurs chemins de traverses. L'un des plus emblématiques, rare rescapé portant encore un nom en plus de son numéro, continue tant bien que mal à irriguer le Massif Central en assurant sa mission de service public. 
Vous l'aurez reconnu, il s'agit du Cévenol, reliant jadis Paris à Marseille, désormais cantonné entre Clermont-Ferrand et Nîmes. Grâce à l'indéfectible soutien des populations locales, aux associations œuvrant pour sa sauvegarde et à la volonté des élus locaux, il n'a pas (encore) cédé sa place aux sacro-saints autocars, nouvelle lubie des élites politiques parisiennes. 
En ce 17 août 2016, en raison d'une indisponibilité des antédiluviennes locomotives qui assument habituellement la traction d'une rame Corail de quatre voitures, l'Intercités n°15954 est assuré par un XGC auvergnat. Il est vu peu avant la gare de Chapeauroux, sur le viaduc du Nouveau Monde.